Révélations de la fin des temps Tome 3 

 

Révélations de la fin des temps Tome 3  

Cliquez sur ce lien pour lire en flash player (uniquement en Français)

Révélations de la fin des temps: TOME 3

SEPTEMBRE 2015 :

7 PREUVES IRREFUTABLES DE LA DATE DE L'ENLEVEMENT DE L'EGLISE

Cet ouvrage est disponible :

sur le site des Editions Oasis : 

www.editionsoasis.com

Route d'Oupia B.P. 31, Olonzac

tél : 04 68 32 93 55

fax 04 68 91 38 63

Ou sur le site de l'auteur :

http://www.apocalypse-revelations-bible.com/

 

 

 

 

 

 

    Ce livre peut être imprimé en français ou en d'autres langues.

    Il suffit de cliquer sur " choisir une langue ", puis sélectionner la langue désirée, attendre que la traduction se fasse, puis sélectionner le texte par un " cliqué glissé gauche ". Un fois le texte sélectionné, cliquez à droite et choisissez " imprimer ". 

   Cher internaute,

Si vous imprimez ce livre dans une langue autre que le français, nous vous remercions d'en assurer la diffusion, autant par des copies réalisées sur votre propre imprimante que par des messages orientant vos connaissances vers le site. C'est là votre responsabilité. 

 

 

 

 


Révélations de la fin des temps : TOME 3 

SEPTEMBRE 2015 :

"7 preuves irréfutables de la date de L’Enlèvement de l’Eglise"

 


Résumé du livre :

« Bienheureux est celui qui lit, et ceux qui écoutent les paroles de cette prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites: car le temps est proche » (Apo.1 :3).

Après l’édition de deux ouvrages d’édification et de révélations sur la fin des temps que nous rappelons au passage : le Tome 1 « Ultime appel de Dieu avant la fin de notre génération » et le Tome 2 : « révélations de la fin des temps : l’enlèvement de l’Eglise et le retour de Jésus-Christ », voici le Tome 3 dans la continuité et la complémentarité des précédents.

Ce dernier livre a pour but d’interpeller profondément la conscience des vierges en vue de ses préparatifs pour la venue imminente de l’Epoux. L'idée faussement et largement répandue dans le milieu évangélique, prétendant qu'il est impossible de connaitre la date des évènements à venir est une hérésie complotée par l’ennemi de Dieu. Car il est à déplorer que les serviteurs de Lucifer connaissent mieux le moment de la naissance dans ce monde de leur maître : l’Antichrist, - et donc de son apparition - que les chrétiens, eux, pour ce qui concerne la venue de Jésus-Christ pour les Siens. Mais au-delà de cette évidence détaillée dans ce livre, l’auteur s’évertue à démontrer que la confusion qui règne au sein du peuple de Dieu est due à un manque de révélations et de connaissance, qu'il est victime de fausses doctrines. L'auteur les dénonce pour permettre à l’Esprit prophétique de se

répandre. Il tente aussi de prouver, par la grâce de Dieu, que la Bible, contre toute attente, contient en ses pages précieuses toutes les indications nécessaires pour parvenir à la connaissance de cette date.

Mais de quelle prédiction parlons-nous ? S’il y a en effet une date que les Ecritures affirment que personne ne peut connaitre, ce n’est certainement pas celle du jour de l’enlèvement appelé le « jour de Christ ». L'auteur a en effet reçu 10 preuves dont 7 irréfutables. Cependant, la date exacte du retour de Jésus sur terre avec Ses anges et Ses saints, demeure secrète.

La clef du mystère se trouve en partie dans la différence fondamentale qu’il explique entre le « jour de Christ » comme étant l’enlèvement de l’Eglise et le « jour du Seigneur » qui est le « jour de l’Eternel » celui de l’après- enlèvement.

Pour finir, avant de préjuger de la question, ne négligeons pas ce que
dit l’apôtre Paul inspiré par le Saint Esprit : « examiner toutes choses » et
« éprouver les esprits pour savoir s’ils viennent de Dieu… ».

 



PREAMBULE DE L’AUTEUR

 


Chers amis, et chers frères en Christ, il a plu au Seigneur que j’écrive encore ce livre, bien que j’aie toujours espéré qu’un autre, plus capable que moi, entreprendrait cette tâche. Je n’ai pas été enlevé au ciel, ni eu d’extases, ni même reçu de visions ou de songes, mais par la grâce de Dieu, il m’a été fait des révélations pour recevoir la compréhension des prophéties bibliques. Seul le Saint Esprit peut expliquer le sens des choses cachées, n’est-il pas après tout l’Auteur Divin, c’est Dieu seul qui en dispose comme Il entend, et à qui Il veut le faire connaître. « Ce n'est donc point du voulant, ni du courant : mais de Dieu qui fait miséricorde » (Rom.9 :16).

Ma prière est que Dieu vous donne d’entendre son message par ces écrits ainsi que tous les autres moyens qu’Il jugera nécessaires par Son Esprit, pour vous révéler ce qui ne devait être connu que dans les tous derniers temps selon qu’il est écrit :

« Mon Seigneur, quelle sera l'issue de ces choses ? Il répondit : Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées jusqu'au temps de la fin » (Da.12 : 8-9).

Quand je pense aux efforts déployés par l’ennemi pour m’empêcher d’écrire cet ouvrage, je ne peux pas me défendre de ce sentiment d’appréhension : Satan ne va-t-il pas chercher à décourager certains lecteurs de renoncer à la lecture, et de le laisser dormir sur une étagère ? Je me permets donc de prévenir mes lecteurs : demandez à Dieu, en abordant ces pages, de protéger la continuité de votre effort contre l’obstruction de l’ennemi. Satan a pris ce travail en haine (je sais par où je suis passé), et fera tout pour vous dissuadez d’être convaincu de ces vérités et bénédictions de Dieu. Remettez chaque lecture entre les mains de Dieu, confiez-vous à Lui constamment, en demandant qu’IL vous couvre du casque du salut pour que vous n’ayez point de doute sur votre enlèvement, tout en vous accordant de vous faire digne de ce grand jour.

J’ai pensé que le meilleur moyen d’aborder mon sujet, était de vous partager une expérience surnaturelle vécue par quelques chrétiens dans le monde et qui cadre parfaitement avec le thème de mon livre. Le Seigneur m’a permis d’en recevoir l’explication parce qu’il m’incombe de par mon ministère d’annoncer le retour imminent de l’Epoux et les circonstances présentes me pressent pour joindre ma voix à celle du psalmiste qui disait :

«Heureux le peuple qui connaît le son de la trompette ; Il marche à la clarté de ta face, ô Eternel ! » (Ps. 89 :16).

En 2012, il y a eu quelques manifestations d’anges qui ont apparu à plusieurs
chrétiens dans le monde, en voici un témoignage qu’un frère m’a envoyé :

« A propos des trompettes, j'ai aussi entendu des témoignages de personnes en Suisse et dans la région de Grenoble à qui il est arrivé la même chose : un autostoppeur est pris, même sur autoroute, car le conducteur est convaincu de devoir s'arrêter, s'assied à côté du chauffeur (l'un d'eux est pasteur) et au bout d'un moment lui dit : " savez-vous que le Retour de Jésus est proche ? Que les trompettes sont prêtes à sonner ? Qu'elles sont à la bouche ? ". Puis l'autostoppeur disparaît, ceinture de sécurité fermée... le conducteur s'arrête à la prochaine aire, et là rencontre des gendarmes qui le voient tremblant et lui demandent s'il va bien... avec réticences, il leur raconte ce qui s'est passé en précisant qu'ils vont le prendre pour un fou... et s'entend répondre après le récit
: savez-vous que vous êtes la 5ième personne qui nous raconte la même chose... ».

Suite à ces manifestations insolites (mais non mystiques, car les anges sont au service de Dieu pour exercer leur ministère en faveur des élus), beaucoup ont entendu dans différentes parties du monde ces fameux sons de trompettes. Voici un témoignage d’une sœur en Christ :

« Je voudrais juste partager avec toi un événement que j’ai vécu il y a quelques jours et qui m’a beaucoup intriguée. J’étais en train de travailler sur des dossiers difficiles, assise devant l’ordinateur et mon mari était assis sur le canapé dans le salon, quand j’ai entendu clairement retentir par trois fois des sonneries de schofar. J’ai été très surprise et intriguée d’entendre les sonneries que j’ai reconnues de suite. Je ressentais au fond de moi à la fois une profonde inquiétude et en même temps une certaine sérénité car je pensais que c’était peut-être l’enlèvement. Je regardais alors tout autour de moi dans la pièce et demandais à mon mari s’il entendait ce que j’entendais et il m’a répondu dans un premier temps qu’il n’entendait rien. Je lui ai dit : « ce sont des sonneries de schofar » et il m’a répondu : « qu’est-ce que c’est ? » et je lui ai expliqué alors brièvement. Puis les sons ont encore retenti et ce n’est qu’à la troisième fois que lui aussi les a entendus. J’ai regardé par la fenêtre la rue, en pensant voir disparaître les passants peut-être enlevés mais il n’y avait personne à ce moment précis dehors. J’ai eu alors très peur en fait d’entendre le schofar et que ce soit l’enlèvement et que je ne sois pas enlevée. Mon mari n’est pas croyant et je n’ai pas pu partager avec lui tout le sens de cet évènement que je venais de vivre. J’étais médusée et puis après, j’ai essayé de comprendre pourquoi j’ai entendu ces schofars. Je pense que j’ai vécu les prémices du retour de Jésus et qu’Il est plus que jamais à la porte. Il revient très bientôt. C’est un avertissement de Son retour imminent qu'il m’a été donné d’entendre.
»

  A la suite de ces sons que certains ont pu entendre à plusieurs endroits dans le monde, les uns ont cru à l’enlèvement et les autres aux trompettes de l’Apocalypse. Mais il n’en est rien, car voici ce que le Seigneur m’a donné comme explication :

  Le son de cette trompette vient du ciel avec une signification que l’on retrouve dans l’Ancien Testament, comparable aux deux trompettes d’argent. Le son identifié sans éclat est pour la convocation des saints, plus particulièrement de ceux qui se sont vus administrés un ministère au service de l’édification du peuple de Dieu (selon Nomb.10 :1-7). Pour mieux comprendre le sens spirituel de cet événement, voici l’extrait de la partie IV du Tome 2 correspondant aux trompettes de Dieu (en référence à 1 Thess. 4 : 16 et 1 Cor.15 : 50-52).

  Au fait ! Savez-vous pourquoi la trompette de Dieu de 1 Th. 4:16 est appelée la dernière trompette dans 1 Co. 15 : 52 ?

  Parce qu’il y en a plus d’une, et de toute évidence s’il y a une dernière trompette, il y a aussi une première trompette. En fait, il s’agit de deux trompettes, et c’est dans le livre des Nombres que nous en trouvons la confirmation : No. 10:1-7 :
« L'Éternel parla à Moïse, et dit : Fais-toi deux trompettes d'argent ; tu les feras d'argent battu. Elles te serviront pour la convocation de l'assemblée et pour le départ des camps. Quand on en sonnera, toute l'assemblée se réunira auprès de toi, à l'entrée de la tente d'assignation. Si l'on ne sonne que d'une trompette, les princes, les chefs des milliers d'Israël, se réuniront auprès de toi. Quand vous sonnerez avec éclat, ceux qui campent à l'orient partiront ; quand vous sonnerez avec éclat pour la seconde fois, ceux qui campent au midi partiront : on sonnera avec éclat pour leur départ. Vous sonnerez aussi pour convoquer l'assemblée, mais vous ne sonnerez pas avec éclat ».

  Dans ce texte, rien n’est laissé au hasard par notre Dieu parfait. Tout
d’abord, il y a bien deux trompettes avec leurs fonctions très précises :

 la convocation de l’assemblée ;

 le départ des camps.

  Mais ce n’est pas tout, arrêtons-nous plus en détail sur la nature des trompettes et la façon dont elles doivent sonner.

  Remarquons tout d’abord que ces trompettes sont en argent battu. Ce matériau est significatif, car selon Exode 30 : 11-16 et 38 : 25-28, chaque Israélite depuis l’âge de vingt ans, qu’il soit riche ou pauvre, devait donner un demi-sicle d’argent comme rançon de son âme. Cette rançon remplissait un double but : premièrement, elle préservait chaque Israélite de la plaie du jugement de Dieu ; deuxièmement, elle servait de matériau pour la construction de la tente d’assignation. Le tabernacle reposait sur des bases d’argent (Ex. 26 :19). L’argent est une figure du prix que le Seigneur Jésus a payé pour le rachat des pécheurs (1 Pi.1:18-19). Ceux qui entendront cette trompette d’argent – qui je le répète est « Le son de la trompette de Dieu » – seront ceux qui ont été rachetés par le sang de Christ (qui ont la foi dans Son sacrifice suprême).

  Nous avons vu que les deux trompettes étaient d’argent, mais c’est la façon dont elles sonneront ou le son qui en sortira qui déterminera l’événement qui doit suivre.

- 1° la convocation de l’assemblée : au verset 4, une trompette seulement sonnera pour le rassemblement des princes (les élus, les croyants en Christ). Comme elle retentira sans éclat, on peut l’apparenter au signal donné ou à la voix de l’archange pour prévenir le peuple de Dieu de l’arrivée de l’Époux (assimilé au cri qui annoncera l’arrivée de l’Époux dans la parabole des 10 vierges en Mt. 25 : 6 « Voici l’Époux, allez à sa rencontre ! »).

- 2° le départ des camps : verset 6 : « On sonnera avec éclat pour le départ », magnifique révélation pour le départ des camps qui est conforme à notre enlèvement de cette terre. Cette représentation figurée est très symbolique : l’éclat comme celui de notre Dieu et de la nouvelle Jérusalem (Ap. 21:11 ; 2
Th. 2 : 8). Cet éclat peut être identifié comme étant le son de la trompette de
Dieu de 1 Th. 4 :16.

Les deux trompettes qui sonneront avec éclat concordent avec deux événements distincts et consécutifs :

   a) Au verset 5, quand la première trompette d’argent sonnera avec éclat, le premier départ du camp est donné : la manifestation qui se rapporte à la résurrection des morts en Christ (1 Th. 4 : 16).

   b) Au verset 6, quand la seconde et dernière trompette d’argent sonnera avec éclat (toujours le son de la trompette de Dieu) le deuxième départ du camp comme vous l’avez maintenant compris : il s’agit de nous, les vivants en Christ, qui seront tous transformés puis enlevés (1 Th. 4 : 17).

Petite précision, mais non négligeable, la trompette de Dieu en (1 Co.15 :50-52 ; 1 Th. 4 :16-17) n’a strictement aucun rapport avec les sept trompettes de l’Apocalypse, puisqu’elles sont sonnées par des anges. Tandis que la trompette de Dieu est celle de (Apo.4 :1) qui nous indique sans ambiguïté que c’est en réalité la voix du Seigneur, c’est pourquoi elle est faite d’argent en sonnant avec éclat dans le passage de nombre 10 :1-7.

  En résumé : Le texte du livre des Nombres confirme une chose importante : il y aura bien deux événements consécutifs et non simultanés. Désormais on peut mieux comprendre le sens de la dernière trompette de 1 Co. 15 : 52 et les phases du déroulement de cet événement qui demeure pour le moins extraordinaire : la rédemption de notre corps et notre union avec notre merveilleux Prince du salut.

  Revenons maintenant à la manifestation des anges suivie des sons des deux trompettes du ciel que l’on peut assimiler à celle de l’explication donnée ci-dessus des trompettes d’argent : ces sons des trompettes prédits par les messagers de Dieu (les anges), puis entendus par plusieurs chrétiens dans le monde sont les trompettes de Dieu qui ont sonné sans éclat pour la convocation « des leaders », les chefs de troupes (des églises locales). Les pasteurs,… les instructeurs de la parole de Dieu doivent se mettre à l’écoute premièrement des directives - ou de la conviction - du St Esprit, de la part de la sentinelle de Dieu qui veille…. pour porter la voix qui crie : voici l’Epoux, allez à sa rencontre ! (Mat.25 : 6). C’est ainsi que le peuple de Dieu représenté par les 10 vierges sortira de son assoupissement et même pour certains de leur sommeil : Mat.25 : 7.

Lorsque ces mêmes trompettes sonneront plus tard avec éclat, ce sera le départ des camps, la première des deux trompettes pour la résurrection des morts en Christ, puis la deuxième, pour l’enlèvement des vivants (il y aura davantage de détails un peu plus loin).



AVANT PROPOS

 

 


    Les Saintes Ecritures nous invitent à observer les signes de la fin des temps (Jér.8 : 7); et Jésus Lui-même laisse entendre que les négliger serait une grave erreur (Mat.16 : 3), car c’est le moyen que Dieu a choisi pour situer les événements sur l’échelle des derniers temps. La première étape était donc toute tracée : avec le Tome 1 (Ultime appel de Dieu avant la fin de notre génération), l’auteur démontre que la mutation brutale de notre monde est liée aux douleurs de l’enfantement de la création (dans laquelle elle est plongée, malgré elle, par la vanité des hommes) annoncées par les Saintes Ecritures. Des recherches importantes et l’étude des signes prophétiques lui ont permis d’acquérir la certitude que non seulement nous faisons partie de la dernière génération, mais qu’en plus le temps est désormais compté avant l’enlèvement de l’Eglise et l’apparition de l’Antichrist.

   Alerté par un besoin pressant d’avertir son entourage et le peuple de Dieu, il écrivit sous l’inspiration du Saint-Esprit de précieuses révélations dans un deuxième ouvrage, (Tome 2 : révélations de la fin des temps : l’enlèvement de l’Eglise et le retour de Jésus-Christ), contenant notamment la chronologie inspirée, visant la prise de conscience de tous ceux qui sont réceptifs de l’imminence du « jour de Christ » (pour les élus) et du « jour du Seigneur » pour le reste du monde. Ces découvertes ont abouti - au-delà de toute attente - à des prédictions de date, synchronisant précisément des évènements sur le point d’arriver, et suscitant diverses réactions parmi les lecteurs : tout d’abord, pleinement accueillies par « les vierges sages » qui, convaincues de ces révélations, se préparent activement au très proche retour de l’Epoux, mais en revanche, des réactions plus mitigées parmi les incrédules et même chez certains chrétiens (qui se sont contentés de préjugés sur la question, sans avoir pris la peine de s’intéresser à ces ouvrages), dont le comportement est comparable aux « vierges insensées ».

   Sous la direction et l’insistance du Seigneur, un troisième tome a été jugé nécessaire. Le but est de faire entendre la voix qui crie : « voici l’Epoux, allez à sa rencontre ! » de façon à contribuer, selon la grâce de Dieu, au réveil de toutes les vierges encore assoupies (Mat. 25 : 6). Ce dernier est dans la continuité des deux précédents de par ses révélations progressives. Il a été conçu dans le but de démanteler le réseau infiltré de l’ennemi dans l’enceinte du peuple de Dieu et qui prive les enfants de Dieu des bénédictions du ciel. Le ministère de l’auteur est la réparation « des brèches de la muraille » en œuvrant par la seule grâce de Dieu en vue du rétablissement de certaines vérités, tenues jusqu’ici en échec par les fausses doctrines qui se sont immiscées parmi les chrétiens. Pour finir, une partie importante de ce livre est réservée à une démonstration de la manifestation de l’Esprit prophétique : 7 preuves irréfutables de la date de l’enlèvement de l’Eglise, basées sur les Ecritures, et révélées maintenant pour nous qui sommes concernés par ce dernier acte.

PARTIE I



PARTIE I : La doctrine de l’enlèvement de l’Eglise

 


INTRODUCTION DE LA 1ère PARTIE :

la doctrine de l’enlèvement sous l’influence de la doctrine de l’imminence ?

Beaucoup de chrétiens dans le monde sont dans l’expectative face à la manifestation d’un évènement d'ampleur planétaire, spectaculaire, qui sans aucun doute ne laissera personne indifférent : il s’agit du « jour de Christ » appelé communément l’enlèvement de la véritable Eglise universelle. Cet ouvrage est dédié à tous les chrétiens, en particulier ceux qui désirent se préparer telles « les vierges sages » et qui ne manqueront pas, j’en suis sûr, de reconnaître l’empreinte de notre chef Jésus-Christ.

 

 

Plan de la première partie : 


I) Le retour de Jésus : deux événements distincts.
II) La doctrine de l’enlèvement de l’Eglise n’est pas un mythe.
III) La position Pré-Tribulationiste : seule condition nécessaire pour aboutir aux preuves irréfutables d'une chronologie juste de la fin des temps.
IV) La fausse interprétation de la doctrine de l’imminence : cause principale de l’assoupissement de l’Epouse et de son manque de préparation.


Ce plan est la ligne directrice de tout le parcours par lequel le Seigneur m’a conduit, pour aboutir à la chronologie inspirée et détaillée de la fin des temps concernant le retour de Jésus-Christ ainsi que de tous les événements qui le précèdent, particulièrement et principalement l’enlèvement de l’Eglise.

           I) L’enlèvement de l’Eglise et le retour de Jésus-Christ en tant que Messie sur terre : un événement unique ou deux événements distincts ?
   Vu l’importance de cette question, voici quelques rappels du Tome 2 :

   L’ignorance ou la confusion de la plupart des chrétiens d’aujourd’hui concernant le retour de Christ sont au moins aussi grandes que celles du peuple juif lorsqu’il attendait le Messie il y a plus de 2000 ans lors de Sa première venue. À cause de leur aveuglement, les Juifs ne pouvaient entrevoir la double venue du Messie sur terre, annoncée pourtant par les prophètes. Pourquoi ? Parce que leur attention était entièrement centrée sur la réalisation de la promesse de l’Alliance avec David annonçant le Roi Messie pour établir Son royaume sur terre. Ils n’avaient pas compris la prophétie d’Esaïe qui prévoyait que le retour du Roi de gloire devait être précédé par Son premier avènement comme Serviteur humilié, suivi des souffrances, jusqu’à la mort, pour l’accomplissement du grand dessein de Dieu. Le peuple d’Israël, ignorant tout de Sa première venue, n'était pas préparé pour Sa première manifestation, ce qui eut pour conséquence directe et tragique le rejet de leur Messie. Et nous savons que ces choses sont arrivées pour nous servir d’exemples, et qu’elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles. En tant que chrétiens, nous devons prendre conscience de notre position, et du temps qui nous reste à persévérer dans ce monde, en nous concentrant sur l’aspect de la double manifestation très prochaine de notre Seigneur. Il est donc capital de distinguer : l’Enlèvement de L’Église (que seuls les fidèles en Christ vivront) et le retour de Jésus-Christ en gloire sur terre (que tous les survivants restants, bons et méchants verront). Mais il faut bien le reconnaître, ces deux évènements extraordinaires, qui font l’objet même de l’Espérance bienheureuse du croyant en Christ, n’en demeurent pas moins un grand mystère pour beaucoup. Il importe donc de les différencier l’un de l’autre, et c’est précisément cela que je vous propose de partager – tout ce que j’ai reçu – en vous donnant le maximum de précisions sur ces deux évènements distincts. Nous commencerons par l’enlèvement de l’Église, car après tout, c’est la priorité absolue pour le chrétien, afin que nous ne nous rendions pas coupables de négligence comme certains Juifs qui rejetèrent le Messie lors de Sa première venue. Merci Seigneur pour Ton amour et l’aide de Ton Saint-Esprit.

  Une étude approfondie de la Bible, sous la direction et l’Onction de Dieu concernant la seconde venue du Prince de vie, notre Sauveur et Seigneur Jésus-Christ, est à considérer en deux étapes : non simultanément, mais successivement, séparées par la dernière semaine de Daniel. Compte tenu de l’importance de la prophétie de Daniel, elle sera traitée à un moment plus opportun, ultérieurement. Mais pour en résumer son essence, cette prophétie comprend 70 semaines d’années prophétiques, en trois phases, dont une semaine appelée : la dernière semaine de Daniel, qui trouvera son accomplissement à la fin des temps. C’est au début de cette semaine que l’Antichrist fera son apparition pour une durée de 7 ans, qui sera suivie aussitôt du retour du Roi des rois sur terre pour instaurer Son royaume de mille ans (le millénium).

  Les deux étapes de la seconde venue de Jésus-Christ s’effectueront
différemment selon les intervenants :

1° Pour l’Eglise :

La grande manifestation de Jésus-Christ pour les Siens est à différencier des autres, car elle représente l’espérance même de tout croyant en Christ. Dieu l'a largement répandue sur nous par Sa grâce excellente en Son Fils. Elle se concrétisera par l’enlèvement avant la Tribulation (voir les 20 arguments dont la plupart basés sur les Ecritures Tome 2 : Chap.IV) que nous aborderons de la façon la plus essentielle pour la ligne directive de notre sujet. C’est l’espérance formidable pour le chrétien de la dispensation de l’Eglise (Tite 2 : 13), le corps de Christ qui bénéficie de la grâce dans l’attente bienheureuse de Sa venue. Sa manifestation sera physique et secrète (Ac.1 : 9-11), dans les airs à Sa rencontre sur des nuées (1 Thess.4 :15-17 et 1 Cor.15 : 50-52), exclusivement pour les croyants en Christ (les morts et les vivants), cachée aux yeux du monde (1 Jean 3 : 2-3). Ce sera un évènement sans précédent et subit, les morts en Christ ressusciteront premièrement et les vivants en Christ seront transformés par la Parole de Christ qui a le pouvoir de s’assujettir toutes choses. Notre arrachement de la terre se fera par la puissance de l’Esprit de Jésus et non par les anges comme cela est prévu lors des jugements des nations lors du retour de Jésus sur terre pour séparer les brebis des boucs…(Mat.25 : 31-46). En effet, de même qu’Enoch et Elie furent enlevés de la terre de leur vivant, nous aussi, nous serons enlevés dans les airs à la rencontre du Seigneur. Prenez également l’exemple de Philippe après avoir annoncé l’Evangile à l’eunuque Ethiopien : « l’Esprit du Seigneur enleva Philippe et l’eunuque ne le vit plus » (Actes 8 : 39). Pour le déroulement de l’enlèvement voir dans le Tome 2 le chapitre 4 « Révélation de la fin des temps : l’enlèvement de l’Eglise et le retour de Jésus sur terre ».

2° Pour Israël après la Tribulation des 7 ans : le retour glorieux du Seigneur sur terre se manifestera après la Grande Tribulation de la dernière semaine de Daniel, et marquera l’accomplissement des prophéties concernant son rassemblement national, sa conversion, puis son rétablissement dans son pays et sa ville Jérusalem qui sera la capitale du monde, en vertu de l’alliance faite avec David dont les promesses sont les suivantes (2 Sam.7 : 16 ; Ac.15 :14-18 ; Za.14 :1-9…)

 une postérité pour la maison de David.
 Un trône symbole de l’autorité royale.
 Un gouvernement s’exerçant sur la terre.
 La certitude des promesses, car elles sont faites « pour toujours ».


3° Pour les nations quelques jours après la Tribulation des 7 ans : Le retour de Christ se fera également dans les airs (2 Thess.1 : 7), à la différence de Sa venue pour l’Eglise, il sera visible de tout œil et Se remarquera dans le ciel de l’orient à l’occident (Mat.24 : 27-28 ; Apo.1 :7). Il sera accompagné de Ses anges (Mat.24 : 29-30, 2.Thess.1 : 7), mais également des saints qui constituent l’Eglise préalablement enlevée 7 ans auparavant (Za. 14 : fin du v5 ; Apo.19 :14). Il combattra d’abord les armées de la Bête réunies dans la vallée d’Harmaguédon (2 Pi.1 : 8 ; 2 Thess.1 : 8 ; 2 : 8 ; Apo.19 : 15) ; puis posera les pieds sur la montagne des Oliviers, causant un changement topographique de la ville et de la région (Za.14 : 4-9). Le retour de Christ entrainera la destruction du système politique mondial (Da.2 : 34-35 : Apo.19 : 11). Il jugera d’abord les nations des survivants restants (Mat.25 : 31-36). Alors des peuples entiers se soumettront à Christ et participeront à la bénédiction universelle du royaume qu’Il instaurera et dont la capitale sera Jérusalem (Es.2 : 2-4 ; 11 : 10 ; 60 : 3 ; Za.8 : 3, 20-23 ; 14 : 16-21).

    II) La doctrine de l’enlèvement n’est pas un mythe : ses fondements sont bibliques.

 

La doctrine de l‘enlèvement trouve son origine dans les révélations que l’apôtre Paul a reçues de notre Seigneur et qu’il mentionne dans les Ecritures à plusieurs reprises comme étant un phénomène physique et secret, se refusant à toute interprétation allégorique (1Thess.4 :15-17 ; 1 Cor.15 : 51-52). Le mot "enlèvement" ne se trouve pas dans le texte original de la Bible. Il vient du verbe traduit par "enlever" dans 1 Thess.4 : 17. Le verbe grec est " harpazo " qui signifie : "saisir, emporter avec force, arracher, tirer vers le haut". Ainsi, l'enlèvement peut être défini comme la descente de Christ du Ciel, pour enlever subitement les Chrétiens (ceux qui sont morts en Christ et ceux qui sont vivants et prêts à ce moment-là) et les attirer à Sa rencontre dans les airs. Le mot traduit par Segond « un instant » dans 1 Cor.15 : 52 en grec est « Atomos » qui a donné le mot atome en français, faisant allusion implicitement à la transformation de notre corps en l’espace d’une fraction de seconde, pour ne pas dire instantanément. Pour recevoir un maximum d’enseignement sur la doctrine de l’enlèvement dont notamment toutes les étapes du déroulement, je vous invite à vous procurer le Tome 2 (Révélations sur la fin des temps : l’enlèvement de l’Eglise…sur mon site www.apocalypse- revelations-bible.com).

  Mon intention première était de développer ce sujet en commençant par retracer son historique et son évolution avec ses différents aspects. Mais après réflexion j’ai eu la conviction que je devais me contenter d’exposer l’essentiel de ce que j’avais reçu comme révélations. Le sujet de l’enlèvement doit nous évoquer avant tout notre espérance en tant que chrétiens de la dernière génération et donc il serait indécent de lui prêter un autre intérêt, ou pire encore, de le surcharger de termes techniques compliqués sur le plan théologique.

  Aussi, pour la cohérence de cet ouvrage, je ne m’adresserai pas à ceux qui ne portent aucun crédit à l’existence d’une telle doctrine. Je dirigerai mes efforts vers les chrétiens confrontés à un choix de positionnement vis-à-vis de cet événement hors du commun. En effet, pour ceux qui ont acquis le bien-fondé de cette doctrine, il reste la difficulté - et non la moindre - de définir le moment où aura lieu cet événement, du moins dans un premier temps en ce qui concerne son emplacement dans la chronologie de la fin des temps. Et pour cela, nous devons élucider un point délicat, mais combien indispensable pour les préparatifs de l’Eglise, savoir la position du chrétien en tant que pré- tribulationiste (l’enlèvement avant la tribulation ou 70ème semaine de Daniel, de 7 ans) ; ou mi-tribulationiste (au milieu des 7 ans) ; ou post-tribulationiste (à la fin des 7ans juste avant Armageddon).

   III) La preuve de la position pré-tribulationiste.

   Il nous faut insister fortement sur notre positionnement par rapport à l’enlèvement de l’Eglise car il est essentiel et aura une incidence sur notre préparation à la venue de l’Epoux. Réfléchissons un instant : comment pouvons-nous raisonnablement porter toute notre attention sur les préparatifs des noces si notre concentration est ailleurs, comme devoir traverser la Tribulation ? En effet, comment un chrétien pourrait-il se préparer à l’imminence du retour de Christ avec l’idée que ses efforts doivent se concentrer sur le fait de passer d’abord des épreuves telles que le monde n’en a jamais connues depuis qu’il existe ? Certains chrétiens tels que les mi- tribulationistes avancent l’idée que le peuple de Dieu doit passer par la tribulation pour sa sanctification faisant référence à l’état spirituel de l’Eglise. Mais à cela je réponds que d’abord il leur sera difficile de le prouver sur la base de la Parole de Dieu, car la Bible dit que la colère de Dieu est réservée pour les injustes (Rom.1), les fils de la rébellion (Eph. 2 : 2), pour les apostats, (Apoc.), pour les chrétiens tièdes et refroidis comme l’église de Laodicée, et l’Israël naturelle, mais non pas l’Eglise pure, sans tâche sous la dispensation de la grâce.

   Par ailleurs, l’expression « les tribulations » au pluriel dont il est question dans les Ecritures (Act.14 : 22) n’a pas la même signification que « la Tribulation » au singulier qui fait référence à la période de la fin des temps en vue de l’accomplissement de la prophétie de la dernière semaine de Daniel… Paul dans les actes des apôtres dit « que c'est par beaucoup de tribulations qu'il nous faut entrer dans le royaume de Dieu », il s’adressait aux chrétiens de sa génération et de toutes celles à venir. N’est-il pas écrit, pour les chrétiens : « si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non des fils » ? D’autre part, « nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon ; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à Sa sainteté » (Héb.12 : 10). Tout homme, à cause de la faiblesse de son corps, est confronté à la dure réalité de ce monde par les souffrances auxquelles il peut être exposé, mais Dieu sait transformer ces épreuves de la vie à l’avantage de celui qui se confie en Lui.

« C'est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu'il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, afin que l'épreuve de votre foi, plus précieuse que l'or périssable qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l'honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra, lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d'une joie ineffable et glorieuse, parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi » (1 Pi. 1 : 6-9).

« Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l'allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. » (1 Pi.4 : 12-13).

Ces versets comme tant d’autres démontrent que le vrai chrétien n’a nullement besoin de passer par la Tribulation de la 70ème semaine de Daniel pour sa sanctification. La séduction toujours plus imposante dans le monde, le combat contre les puissances célestes, les tentations de la chair en portant sa croix, les ricanements et les persécutions des incroyants etc…, sont autant de réalités présentes dans cette vie ici-bas pour le croyant en Christ, même si dans toutes choses nous sommes plus que vainqueurs par Celui qui nous a aimés. Il n’en reste pas moins vrai, que ceux qui ne répondent pas aux critères de sélection d’une future Epouse digne d'être enlevée en ce jour, devront passer par cette grande épreuve qui vient sur le monde comme à l’improviste, mais cela ne concerne que les chrétiens de l’Eglise de Laodicée. Il est un principe dans la Bible : le jugement commence toujours par le peuple de Dieu, avant qu’il ne tombe sans préavis sur le reste du monde.

   Après les arguments de bon sens, voici maintenant l’une des preuves irréfutables en faveur de la position pré-Tribulationiste, de façon à convaincre si possible « les mi-tribeurs » (milieu de la Tribulation) ou « post- tribeurs » (avant Armaguédon) de leur mauvaise et dangereuse position. Si on lit attentivement le livre de l’Apocalypse, les croyants élus de la Tribulation des 7 ans sont tous ceux qui sont morts en martyrs (lire entièrement les versets suivants : Apo.6 : 9-11 ; 7 : 9-14 ; 15 : 1-4 = Apo. 20 : 4-6). Ces martyrs sont dans l’attente de la résurrection qui est appelée la première résurrection : elle aura lieu après le retour de Christ, juste avant le commencement du millénium (Apo.20 : 5-6).

« Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n'avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n'avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans. 5 Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu'à ce que les mille ans fussent accomplis. C'est la première résurrection. 6 Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection ».

Ce passage est postérieur à la prise de l’Antichrist (la Bête) et du faux prophète pour être jeter directement dans le l’étang du ardent, tandis que le diable est fait prisonnier et enchainé pour mille ans.

 


Autrement dit, nous avons ici la preuve que les chrétiens de l’actuelle dispensation de l’Eglise ne peuvent se retrouver dans la Tribulation, puisqu'il est impossible que l’enlèvement ait lieu après la Tribulation, au moment de la première résurrection des saints, telle que définie dans (Apo.20 : 5-6). (Cela n’aurait aucun sens puisque Jésus sera déjà revenu sur terre). Deux choses sont donc prouvées ici : à aucun moment les chrétiens de la grâce ne peuvent se retrouver dans la Tribulation, et d’autre part, la première résurrection (désignée par résurrection des justes) a deux phases :

1ère phase de la 1ère résurrection : elle débutera au moment de l’enlèvement au «jour de Christ» seulement pour les morts en Christ concernés par la période de l’Eglise (1 Cor.15 : 50-52 ; 1 Thess.4 : 15-
17) qui se passera obligatoirement avant la Tribulation puisque les saints de la Tribulation (Apo.6 : 9-11 ; 7 : 9-14 ; 15 : 1-4) ne pourront que ressusciter au début du millénium comme le dit Apo.20 : 4.
2ème phase de la 1ère résurrection : les martyrs de la Tribulation, elle, aura lieu lors de la première résurrection, et selon Apocalypse 20 : 4, à la fin de la Tribulation + 30 jours, juste au début du Millénium, quand tous les évènements de la septième trompette seront achevés. Celle des justes de l’Ancien Testament (ceux antérieurs à la naissance de Christ) doit également intervenir après une période extrêmement troublée, donc après la 70e semaine de Daniel (Es. 26 : 16-21 ; Da.12 : 1-3) : soit à la fin de la 6e trompette, à l’annonce du début de la septième (Ap.11 : 18), soit en même temps que les martyrs de la Tribulation.

 

 Quant à la deuxième résurrection, elle prendra effet après la guerre de Gog et Magog lors d’une dernière révolte de Satan, c’est-à-dire après ces mille ans d’enchainement (Apo. 20 : 7). Elle concerne d’une part, ceux qui se trouveront dans le livre de vie seront sauvés en héritant de la nouvelle terre, parce qu’ils auront été fidèle aux lois et d’avoir fait le bien (Jn. 5 : 28-29) jusqu’à leur mort durant la période du Millénium ; et d’autre part, ceux qui seront dans les autres livres et qui viennent déjà de l’endroit tourmenté du séjour des morts (Apo. 20 :13-15), cette résurrection est aussi appelée (des injustes Ac.24 : 15), ou jugement dernier parce qu’il est le dernier des jugements. Et seront concernés tous les impies et incrédules qui auront refusé Dieu, depuis que le monde existe. Leur jugement se fera sur la base de leur œuvre ce qui implique nécessairement un degré de sentence dans la condamnation éternelle, cette mort éternelle ne signifie pas pour autant un anéantissement, ce fait ressort de la comparaison de (Apo.19 :20 et Apo. 20 :10), mille ans passés dans l’étang de feu n’auront pas annihilé la Bête et le faux prophète qui seront tourmentés pour toujours. Cette deuxième résurrection sera séparée des mille ans de la première résurrection (Apo.20 : 5), autrement dit après le millénium, avant le « Jour de Dieu » (la nouvelle terre et les nouveaux cieux).


Pour revenir à cette preuve, elle suffirait d’elle-même pour attester la position de pré-tribulationisme, mais ceux qui veulent se rassurer, je les invite à consulter le Tome 2 p.83 à 106 pour examiner les 19 autres arguments étayés par les Ecritures qui confirment cette réalité, ô combien primordiale.


 Comprendre les terminologies bibliques des expressions relatives à la fin des temps ou termes prophétiques tels que : les derniers temps, le jour de Christ, le jour de l’Eternel, la 70e semaine de Daniel, la Tribulation ou la grande Tribulation, l’heure de l’épreuve, le jour de la colère, les temps des Nations…, sont tous d’une absolue nécessité pour entrevoir le domaine prophétique (voir le Tome 2 p.65 à 79).

 

 


IV)La doctrine de l’imminence est la cause principale de l’assoupissement de l’Epouse et de son manque de préparation.


   Depuis le 19e siècle, la doctrine de l’enlèvement bénéficie d’un intérêt renouvelé, mais de graves distorsions par rapport aux textes bibliques se sont introduites et ont prévalu jusqu'à nos jours. On a souvent associé la doctrine de l’enlèvement pré-Tribulationiste à la doctrine de l’imminence parce que beaucoup parmi les générations précédentes ont fondé leur espoir sur le retour imminent du Seigneur de leur vivant.

  Mais il importe d’examiner très attentivement les fondements mêmes de cette doctrine de l’imminence, car elle sous-entend que l’enlèvement des chrétiens peut se produire à tout instant, sans préavis, inopinément, afin de les maintenir en vigilance constante. En termes simples, il s’agit, contrairement au Retour de Jésus-Christ sur terre, de la croyance en ce qu’il n’y aurait aucun événement prophétisé devant survenir avant l’enlèvement. Nous allons démontrer que dans les Ecritures, non seulement le concept de l’imminence, n’existe pas, mais qu'au contraire, il est en contradiction totale avec les prophéties bibliques.

IV.1) Première contradiction de la doctrine de l’imminence : l’accomplissement des prophéties.

 


La première étape va consister à souligner l’importance de l’accomplissement des Ecritures, car la Parole de Dieu ne laisse aucune ambiguïté à ce sujet :

« Je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé » (Mat.5 : 18).

On ne peut concilier la doctrine de l’imminence - c’est-à-dire croire que l’enlèvement peut se produire à tout moment - avec le fait que les Ecritures doivent d’abord s’accomplir entièrement ! En effet, tant que les prophéties bibliques ne se sont pas accomplies à la lettre, le retour du Seigneur est exclu.

Jésus Lui-même faisait de l’accomplissement des prophéties Le concernant, une priorité absolue (cf. Mat.5 : 17 ; 8 : 17 ; 12 : 17 ; 13 : 14+35 ; 21 : 4…) et plus explicitement encore dans les deux versets suivants :

« Comment donc s'accompliraient les Ecritures, d'après lesquelles il doit en être ainsi ? » (Mat.26 : 54).

« Mais tout cela est arrivé afin que les écrits des prophètes fussent accomplis… » (Mat.26 : 56).

Quand le Seigneur Jésus a crié sur la croix que tout est accompli, cela concernait entre autres les prophéties qui étaient annoncées par les prophètes de l’Ancien Testament en rapport avec Sa première venue et Sa mission sur terre (Luc 24 : 44). Mais il Lui reste à accomplir les paroles prophétiques de la fin des temps, en l'occurrence, les différentes phases du « jour de l’Eternel » et de Son Retour.

Les promesses pour Israël ne concernent pas l’Eglise, car l’espérance d’Israël est le rétablissement du royaume sur terre pendant mille ans, puis sur la nouvelle terre que Dieu fera, tandis que la suprême espérance de l’Eglise est au-dessus de toute espérance car elle bénéficiera de cette grâce exceptionnelle de Christ, de cette dispensation, pour L’avoir reconnu comme le Christ et Prince de Vie dès sa première venue : elle héritera de la Jérusalem céleste (Apo.21 : 2-4). Elle sera elle-même la demeure de Dieu, ce qui fait ressortir la position distincte et privilégiée que l’Église occupera durant l’éternité…

Les différentes prophéties qui contredisent l’imminence


Avant de voir plus en détail les paroles prophétiques se rapportant à la fin des temps et plus particulièrement celles qui intéressent les croyants de la dispensation actuelle, je vous propose de survoler les siècles pour savoir si l’on peut prêter à la doctrine de l’imminence un intérêt justifié. Par exemple, l’apôtre Pierre était certain que le retour de Jésus ne pouvait pas se passer de son vivant puisque le Seigneur Lui-même a prédit la mort de l’apôtre devant tous les disciples (Jean 21 : 18-19). Il en va de même de Paul : il annonce sa propre mort dans la deuxième lettre à Timothée (2Tim.4 : 6-7), 2 ans avant son départ. Pierre est mort en martyr un an après Paul en l’an 67. Comment donc ces apôtres, tout en connaissant les prédictions certaines de leur mort, auraient- ils attendu le retour de Jésus de leur vivant ? Cela n’a aucun sens : nous avons la preuve ici que la doctrine de l’imminence est contraire à ces faits historiques, énoncés avant leur réalisation. Voici un autre exemple d’ordre plus général : juste avant l’ascension du Seigneur, les disciples avaient reçu pour mission d’évangéliser le monde dans un ordre donné :

« Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre » (Actes1 : 8).

Nous sommes obligés de reconnaître que les recommandations du Maitre Jésus, juste avant Son départ était clairement définies : faire connaitre au monde entier la bonne nouvelle. Par conséquent, la génération des premiers disciples ne pouvait s’attendre à Son retour, tant que la volonté du Seigneur ne se soit accomplie entièrement. Comment donc, pourraient-ils prétendre au retour de leur Maître comme imminent, alors qu’Il venait de monter au ciel et que l’évangélisation du monde venait juste de commencer ? Il paraît donc évident que l’espérance des premiers chrétiens ne portait pas sur l’enlèvement de l’Eglise, mais sur la résurrection des justes au « jour de Christ ». Nous en concluons que l’espérance des croyants en Christ diffère en fonction des générations dans la dispensation de l’Eglise :

  1° L’espérance des chrétiens appartenant aux générations passées : la résurrection des justes. (Actes 23 : 6 ; 24 : 15 ; Ph.3 : 11…)

  2° L’espérance des chrétiens de la dernière génération : l’Enlèvement de l’Eglise. (1 Cor.15 : 50-52 ; 1 Thess.4 :15-18 ; 2 Thess.2 : 2-3)

Ce qui est certain, c'est que la doctrine de l’imminence telle qu’elle a été perçue à partir du 19e siècle par ses fondateurs, « les Darbystes », n’aurait pas conduit les chrétiens d’aujourd’hui dans l’erreur, s’ils avaient pris en compte la condition absolue de l’accomplissement de certaines prophéties relatives à la fin des temps concernant notamment l’Eglise et Israël.

En effet, il y a plusieurs prophéties des Ecritures, dans l'Ancien comme dans le Nouveau Testament qui doivent au préalable s’accomplir pleinement avant la venue du « jour de Christ », et qui de ce fait contredisent la doctrine de l’imminence telle que définie ci-dessus.

  1) Prophétie 1 : La destruction de la ville de Jérusalem et de son (2ème) temple.


« Comme Jésus s'en allait, au sortir du temple, ses disciples s'approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions.
Mais il leur dit : Voyez-vous tout cela ? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée » (Mat. 24 :1-2)
Et cela fut accompli comme l’histoire nous le relate, en l’an 70 : le deuxième temple fut entièrement détruit par l’armée romaine de Titus.


  2) Prophétie 2 : La renaissance d’Israël en tant que nation :


Après l’éviction d’Israël de la carte du monde, elle devait renaître de ses ruines en tant que nation.
« Un pays peut-il naître en un jour ? Une nation est-elle enfantée d’un seul coup ? » (Esaïe 66 : 8). « Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, où je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël et de Juda, dit l’Éternel ; je les ramènerai dans le pays que j’ai donné à leurs pères, et ils le posséderont. » (Jérémie 30:3). « Je vous retirerai d’entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays et je vous ramènerai dans votre pays. » (Ezéchiel 36 : 24) ; « Je rassemblerai le reste de mes brebis de tous les pays où je les ai chassés, je les ramènerai dans leur pâturage » (Jérémie 23 : 3).

 

  3) Prophétie 3 : La dernière génération
Une prophétie de Jésus sous forme de parabole permettant à la dernière génération de se reconnaître dans la chronologie :

 « Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l'été est proche. De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l'homme est proche, à la porte. Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point » (Mat.24 : 32-35).

« Je vous le dis en vérité, vous n'aurez pas achevé de parcourir les villes d'Israël que le Fils de l'homme sera venu » (Mat.10 : 23).

  Le figuier représente la vie nationale historique du peuple d’Israël (Os.9 : 10 ; Jér.24 : 1-2 ; 5-10 ; Joël 1 : 7). La nation d’Israël est le figuier prophétique. Dans le verset de Matthieu 24, il est clairement établi que la dernière génération commencera à partir du moment où Israël redeviendra une nation, et cela fut réalisé en 1948, après une absence d’identité nationale sur le plan international depuis l’an 70. De plus, il est précisé que cette génération ne passera pas avant que ne soit accompli tout ce que Jésus a prédit dans ce chapitre de Matthieu 24. Le deuxième texte de Mat.10, précise que cette génération prendra fin lorsque l’évangile du royaume sera prêché dans Jérusalem…Mais cela sous-entend évidemment qu’Israël redevienne une nation, comme c’est le cas depuis son indépendance en 1948.

IV.2) La différence fondamentale entre le « jour de Christ » et le « Jour du Seigneur » prouve l’irrecevabilité de l’imminence.

 


Je tiens à souligner avec force que les expressions ci-dessous sont extrêmement importantes et comportent l’une des clés des mystères ouvrant à la compréhension de toutes les prophéties de la Bible concernant la fin des temps ainsi que de la suite de cet ouvrage…

Signification biblique des expressions : le « Jour de Christ » et le « Jour du Seigneur »

 

   1) Jour de Christ :


La manifestation de notre Seigneur Jésus-Christ mentionnée dans 1 Cor. 1 : 7 est décrite comme étant le jour de notre Seigneur Jésus- Christ au verset qui le suit (V8) :
V7. « …de sorte qu'il ne vous manque aucun don, dans l'attente où vous êtes de la manifestation de notre Seigneur Jésus-Christ. 8 Il vous affermira aussi jusqu'à la fin, pour que vous soyez irréprochables
au jour de notre Seigneur Jésus-Christ » (1 Cor. 1 : 7-8).

Ce jour-là est l’espérance de tout chrétien : les morts en Christ premièrement (1 Thess.4 : 15-17) et nous, croyants en Christ de la dernière génération qui en seront jugés dignes (Luc 21 : 36 versions Martin et Ostervald), afin d’assister de notre vivant à la venue du Seigneur dans les airs pour chercher sa future Epouse, dont l’événement sans précédent est appelé l’enlèvement de l’Eglise.

Le jour de la rédemption de notre corps (Rom.8 : 23) est mentionné dans sept passages du Nouveau Testament : il est appelé dans ces différentes expressions : « jour de notre Seigneur Jésus-Christ » vu ci-dessus en (1 Cor.1 : 8) ; « jour du Seigneur Jésus » (1 Cor.5 : 5 et 2 Cor.1 : 14) ; « jour de Jésus-Christ » (Ph.1 : 6) ; « jour de Christ » (Ph. 1 : 10 ; 2 : 16 et 2 Thess. 2 : 2 version Martin et Ostervald). Et ce jour-là n’a rien de commun avec le « Jour du Seigneur ».

   2) Le Jour du Seigneur ou jour de l’Eternel

 

Le « jour du Seigneur » n’est surtout pas à confondre avec l’expression précédente « Jour de Christ », c’est la base de toute compréhension des livres prophétiques de la Bible. Toutes les fois que l’expression « jour du Seigneur » est employée dans le Nouveau Testament, écrite telle quelle, elle est synonyme du terme « jour de l’Eternel » de l’Ancien Testament (Es. 2 : 12 ; Joël 1 : 15 ; So.1 : 7 ; Ma.4 : 5…).

Les expressions « jour de l’Eternel » et « jour du Seigneur » ont donc la même signification. La première est utilisée dans l’Ancien Testament plusieurs fois commençant au Psaume 2 : 9 et s’achevant à Malachie 4 : 5. La seconde est un terme employé dans le Nouveau Testament. Ces deux appellations désignent la période pendant laquelle Dieu intervient ouvertement dans les affaires des hommes, en bénédiction et en jugement avec les nations, les chefs ou rois qui dirigent ce monde (voir Ps.2), l’église apostate qui est désignée comme la prostituée (Apo.17), mais aussi Israël, pour Se constituer un reste (Apo12 : 13-18).

Ce jour-là débutera aussitôt après le ravissement de l’Eglise (1Thess.5 : 2- 4 commenté avec tous les autres arguments - voir ci-dessous chap. II -). A savoir également que la persécution (des chrétiens de l’après enlèvement*) commencera dès l’apparition de l’homme impie dans les jours qui suivent l’enlèvement (2Thess.2 : 3 ; v. 6-7). Le début du « jour de l’Eternel » sera marqué par une conjonction entre l’enlèvement de l’Eglise - qui provoquera une grande détresse dans le monde - et l’apparition de l’Impie sur la scène mondiale (qui se fera passer pour l’homme de la situation aux yeux des nations). Puis, ce jour-là se poursuivra dans ses différentes phases avec notamment la 70e semaine de Daniel décrite dans Matt.24 : 4-31 ; Mc.13 : 5-13 ; Lu.21 : 8-11, pour atteindre l'apogée de la détresse, successivement pour Juda et la ville de Jérusalem et ses murailles, pour l’église apostate (la prostituée dans l’Apoc.), pour les nations et pour l’antichrist et son faux prophète (livres des prophètes Esaïe, Jérémie, Ez., Joël, …). Ensuite survient la période de bénédiction avec le retour du Roi en terre sainte pour une période de 1000 ans appelée aussi dispensation du royaume, qui se clôturera par l’armée de Gog et Magog (Apo.20 : 7-9). Le jour de l’Eternel se terminera par la destruction des cieux et de la terre actuelle (2Pi.3 : 10).

*Les chrétiens de l’après enlèvement sont ceux qui ne seront pas prêts pour le ravissement de l’Eglise et seront restés derrière la porte qui s’est refermée comme pour les vierges folles, mais également toutes les personnes qui se seront converties, principalement durant les tests de la grande épreuve des 3 ans 1/2. On comptera parmi ces nouveaux convertis, en bonne partie, la plupart de ceux qui avaient reçu et refusé le témoignage des chrétiens de la dispensation de la grâce avant qu’ils ne se fassent enlever par le Seigneur …

Le « jour du Seigneur » comprend plusieurs étapes dans la chronologie de la fin des temps (détaillées plus loin en partie 2), il commencera aussitôt accompli le « jour de Christ » (l’enlèvement de l’Eglise).

 

 


     IV.3) Autres preuves des contradictions de la doctrine de l’imminence : les signes précédant le « jour de Christ » :

 


Maintenant que ces expressions sont devenues plus claires, nous pouvons évoquer les autres preuves montrant que la doctrine de l’imminence ne s’applique pas au « jour de Christ » :

  1) Le premier signe précédant l’arrivée du jour de Christ : l’apostasie 
Il est important de s’arrêter longuement sur ce signe, ainsi que sur le suivant, pour rétablir certaines vérités au sein de l’Eglise.

L’apostasie est le premier des facteurs qui précède le « jour de Christ »

Le terme Apostasie vient du grec 'apostasis' signifiant 'se tenir loin', mais a été transformé au fil des siècles par le latin 'apostasia' qui signifie : " action de se détourner de Dieu, de le renier " (voir étude sur l’apostasie des derniers temps Tome 2 Partie 3 chap. IV p.34 à 54).

                2 Thess. 2 : 2 : les versets :
                   1. « Pour ce qui regarde l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, et notre réunion avec lui,

                   2. Nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser ébranler facilement dans vos pensées, et de ne pas vous laisser troubler par quelque inspiration, ou par quelque parole, ou quelque lettre qu'on dirait venir de nous, comme si le jour de Christ était proche (imminent).

                   3. Que personne ne vous séduise en aucune manière ; car (1) il faut qu e la révolte (l’apostasie) soit arrivée au paravant, et (2) qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition,…

C’est un texte tiré de la version Ostervald après vérification des n° Strongs de l’original. Car certaines versions comme par exemple celle de Segond, font une erreur de traduction : à la place du « jour de Christ » elles traduisent « jour du Seigneur ». Or il s’agit bien « du jour de Christos (Christ) » et non « du jour de Kurios (Seigneur) », et cela change fondamentalement le sens, car le « jour de Christos » est celui de l’enlèvement, alors que le « jour du Kurios » est celui de « l’après enlèvement». Cette question qui a été discutée par certains exégèses qui soit dit en passant ne croient pas à l’enlèvement de l’Eglise, m’ont malgré tout conduit à approfondir les recherches sur les véritables manuscrits et confortés après plusieurs jours intensifs de travail (l’étude est proposée en partie IV : et m’a beaucoup édifié).

 


Après ce qui vient d’être souligné, nous comprenons mieux l’importance de ce signe comme étant celui qui précède le « jour de Christ ». Nous devons prendre conscience en tant que chrétiens de la dernière génération, que nous assistons à une grande séduction de l’ennemi des âmes, qui emploie toute sa stratégie pour entrainer le maximum de chrétiens dans l’apostasie ce qui a donné naissance à l’église de Laodicée (Apo.3 : 14-19). C’est la raison pour laquelle nous pouvons affirmer que le jugement de Dieu a commencé par sa maison (1 Pi. 4 : 17-18), prédit par les apôtres sous l’inspiration du Saint Esprit pour la fin des temps (1 Tim.4 :1-3 ; 2 Tim.4 : 1-4 ; 2 Pi.2 : 1-14 ; Jude 3-4…). Ce principe est présent dans toute la Bible :

« …Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes ; mais n'approchez pas de quiconque aura sur lui la marque ; et commencez par mon sanctuaire ! Ils commencèrent par les anciens qui étaient devant la maison » (Ez.9 : 6).

La bible de l’Epée de 1550 en vieux français. La version certainement la plus fidèle (avec la Martin et Ostervald) sur la base des manuscrits Texte reçu (voir chapitreIV étude sur les vieux manuscrits du nouveau Testament)

 

Pour examiner  les détails, veuillez prendre en parallèle l'original dans l'exemplaire en français en vous rendant sur la page " Accueil " puis en cliquant sur " livre " puis sur  " révélations de la fin des temps Tome 3 ", afin de vous rendre à la page : 30

 

 

Traduction de la phrase soulignée : « …comme si le jour de Christ était près ».

 


  2) Le second signe précédant le jour de Christ : l’apparition de l’Antichrist.
       Toujours 2 Thess. 2 les versets :

        2. « …comme si le jour de Christ était proche (imminent).

        3. Que personne ne vous séduise en aucune manière ; car (1) il faut que la révolte (l’apostasie) soit arrivée auparavant, et (2) qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition,

Nous avons donc la bonne traduction proposée par les versions Martin et Ostervald, et confirmée par Strongs : « …comme si le jour de Christ (Christos et non Kurios) était imminent (inestemi = proche ou imminent) » ; et ci-après pour comparaison les traductions erronées de Segond et Darby (et des autres versions modernes, voir étude sur anciens manuscrits):

« …de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu'on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là ». (Traduction erronée de la version Segond).

Ce qui change fondamentalement la compréhension du texte, car dans la traduction erronée la manifestation de l'homme impie se passe avant le jour du Seigneur (et donc après le jour de Christ), tandis que dans la bonne version il se manifeste avant l'enlèvement. Il apparaît donc sans l’ombre d’un doute, que nous, chrétiens serons témoins de son apparition (l’Antichrist) avant d'être enlevés.

Ce n’est pas tout, car le deuxième signe avant le « Jour de Christ », est la première apparition de l’Antichrist en tant qu’identité stipulée par les V3 et 9, tandis que les V6 Et V8 font état de sa deuxième apparition cette fois-ci en tant qu'intervenant dans sa fonction sur la scène mondiale surtout dans ce passage : « alors paraîtra l’homme impie » (version Darby).

  Il faut bien distinguer deux manifestations distinctes de l’homme impie :


     1° La première apparition avant le « Jour de Christ »
          2 Thess 2 :

          V2 « …comme si le jour de Christ était imminent.

          V3 il faut…auparavant, qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition,…

          V9 L'apparition de cet impie aura lieu avec la force de Satan, avec toute puissance, avec des prodiges et de faux miracles,

         V10 Et avec toutes les séductions de l'iniquité parmi ceux qui se perdent, parce qu'ils n'ont point reçu l'amour de la vérité, pour être sauvés ».

Cette manifestation de l’Antichrist se fera quelques jours avant le jour de Christ (V2 et V3), par la puissance de Satan au moyen de miracles et prodiges (V9,10) pour attirer l’attention du monde sur lui. Nous verrons plus loin de qui il s’agit, et quand il agira.

  Je ne serais pas étonné que nous assistions également (juste avant l’apparition de l’Antichrist) à la manifestation du faux prophète annonçant la venue du faux messie, pour simuler l’intervention de Jean-Baptiste préparant le chemin de la première venue de Christ. En effet, les juifs attendent toujours la réalisation de la prophétie de Malachie (Ma.4 : 5) dans laquelle Elie doit apparaitre avant le jour de l'Eternel. Ils ignorent qu'Elie s'est déjà manifesté en la personne de Jean (Mat. 11 : 14 et Matt 17 : 10 - 13), ce qui aura pour conséquence qu’Israël reconnaitra pour vrai le faux prophète en le prenant pour Elie.

Soyez très vigilants, bien-aimés de Dieu, car la séduction qui déjà agit dans le monde, atteindra son paroxysme avec l’avènement de l’Antichrist : Jésus a prédit qu’il séduira le monde entier et même les élus s’il le pouvait (Matt. 24 : v 4-5 et v 24) et le V24 est à mettre en parallèle avec 1 Thess.5 : 3.

       « Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus » (Matt.24 : 24).

En effet, depuis 2008, la crise économique et politique mondiale va
s’intensifier jusqu’à la manifestation du faux christ. Les habitants de la terre se réjouiront à la vue des miracles et prodiges de l’Antichrist, et l’acclameront avec confiance…

   « Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! Alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l'enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n'échapperont point » (1 Thess.5 : 3).

La seconde apparition de l’homme impie, le Faux christ interviendra quelques jours après le « jour de Christ », et cette fois-ci en tant qu’acteur principal dans la mondialisation pour tenter de redonner espoir à un monde plongé subitement dans le chaos suite à l’enlèvement de l’Eglise. Cela est une certitude, car cette seconde apparition-là est mise en exergue par la disparition de l’Eglise, sachant que celui qui la retient est le Saint Esprit qui agit au travers de l’Eglise. Dès lors que l’Esprit de Dieu ne fera plus obstacle, à cause du départ de l’Eglise, l’Antichrist se présentera cette fois-ci en homme de la situation par ses grandes séductions… Et c’est lors de cette 2ème apparition que le 1er sceau de l’Apocalypse sera ouvert, le cavalier sur son cheval blanc : le faux christ séduisant ceux qui n’ont pas aimé la vérité et combattant les élus vivants de la Tribulation.

Résumons les deux apparitions de l’homme du péché :

 

l’Antichrist sera d’abord révélé avant « le jour de Christ » (l’enlèvement) aux yeux du monde par son entrée en matière avec des faux prodiges et miracles (2 Thess. 2 : 9), puis il apparaîtra sur la scène mondiale comme le libérateur juste après le jour de Christ.
2 Thess. 2 : 4 :
    4. « L'adversaire et celui qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu, ou qu'on adore, jusqu'à s'asseoir comme dieu dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même dieu.

    5. Ne vous souvient-il pas que je vous disais ces choses, lorsque j'étais encore avec vous ?

    6 Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu'il ne soit manifesté que dans son temps.

    7 Car le mystère d'iniquité opère déjà ; attendant seulement que celui qui le retient maintenant, soit enlevé.

    8 Et alors paraîtra l'impie, que le Seigneur détruira par le souffle de sa bouche, et qu'il anéantira par l'éclat de son avènement. (2 Thess. 2 : 4 - 8).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau récapitulatif des prophéties de la période du début de l’Eglise jusqu’à l’enlèvement

                  Jn. 21 :18-19         Mat. 24 :1-2                              Esaïe 66 :8                          2 Thess. 2 :2

                 Mort de Pierre       Jérusalem et temple détruits    Renaissance d’Israël         Venue de l’Antichrist
                                                                                                                                                Apostasie
                                                                                                                                                Prémices 3ème temple
Eglise à la Pentecôte                                                                                                                    Enlèvement de l'Eglise  Ac. 2 :1                                                                                                                                                  1 Thess.4 :16                                                                                                                                                  

 33                    67                                 70                                      1948                                     Très prochainement 

Prophéties bibliques devant s’accomplir avant l’Enlèvement, et donc

contredisant la doctrine de l’imminence.

PARTIE II



PARTIE II

LA DATE DU RETOUR DE JESUS-CHRIST SUR TERRE

 


     I) Peut-on connaître véritablement la date exacte de Son Retour ?

 

I.1) L’état de l’Eglise : cause de son assoupissement.

 

Tout d’abord, et vous en conviendrez avec moi, peut-on se satisfaire des affirmations qui jusqu’ici n’ont que démontré l’impuissance de ceux qui les avancent ? Si tel est le cas, c’est que l’Eglise ne veut pas sortir de son assoupissement ou qu’elle n’a pas conscience de son état. Jésus ne nous a-t-Il pas prévenus, qu’à la fin des temps l’Eglise sera plongée dans un sommeil pour en être sortie juste quelques instants avant son départ lors de Son avènement ? C’est le seul et unique réveil de L’Eglise de la fin des temps prophétisé par la Bible : celui des dix vierges. Mais pour l’heure l’Eglise traverse sa phase d’épreuves exposée à l’apostasie envahissante comme nous l’avons déjà évoqué : c'est l’un des signes avant le Jour de Christ (en fin de première partie). L’Eglise doit d’abord réaliser sa condition actuelle prédite par le Seigneur - puisque nous sommes à la fin des temps - donc reconnaitre ce que dit la Bible, c’est aussi considérer les raisons qui la maintiennent dans cet état. Et c’est de cela que j’aimerais m’entretenir avec vous, car la question de la date de Son Retour est en grande partie responsable de cette situation.

I.2) Les raisons qui maintiennent l’Eglise dans son assoupissement :

 


1° La première raison est la plus cohérente (et c’est chose normale que je commence par elle) : parce qu’elle fait partie du plan de Dieu ! En effet, les prophéties en rapport avec les événements de la fin des temps devaient rester scellées, cachées, jusqu’à la génération concernée (voir Daniel 12). Pourquoi ? Parce que Dieu l'a voulu ainsi, pour atteindre Son but à travers toutes les générations : celui de soumettre Sa créature au test de l’épreuve, pour savoir qui sera attaché à Lui. C’est pourquoi, il paraît évident que ces choses précieuses ou ces mystères de la fin des temps, une fois révélés, ne le seront que pour ceux qui aimeront la vérité, car cela revient à aimer le Fils de Dieu qui est l’incarnation même de la Vérité. Il suffit pour s’en persuader de se rappeler ce que Paul disait au sujet de la puissance d’égarement pour ceux qui refusent ou rejettent la vérité (2 Thess. 2).

 

2° La deuxième raison est l’introduction de fausses doctrines, qui, telles des brèches que l’ennemi a percées dans la muraille de notre cité, occasionnent des dégâts considérables. C’est la raison pour laquelle j’ai consacré - sous l’inspiration du Saint- Esprit - deux parties de ce livre pour les dénoncer. La première partie, comme nous l’avons vu, concerne la « doctrine de l’imminence », et la deuxième partie celle de la date de Son Retour.


Il n’est pas sans conséquences de parler des choses de Dieu à la légère, aussi je vous invite tous à vous placer sérieusement devant Dieu pour recevoir du discernement de Sa part et qu’Il vous conduise par Son Esprit de vérité dans la compréhension de ce qui va suivre. Mais si vous n’avez pas adhéré à la première partie, il y a de fortes chances que vous prendrez le même chemin pour le reste.

La seule chose dont ont pu me convaincre ceux qui pensent qu’il est impossible de connaître la date de Son Retour, c’est de ne pas avoir avancé dans l’Œuvre de Dieu, ni dans la compréhension des livres prophétiques concernant la fin des temps. Entre, d’un côté, ceux qui ont jusqu’ici avancé l’idée qu’il était impératif de tout faire pour connaître cette date (mais dont les prédictions étaient contradictoires), et de l'autre, ceux qui se sont contentés d’une réponse toute faite, par des interprétations bibliques (pour conforter leur position théologique) on aboutit au même résultat : la confusion dans le milieu chrétien et la stagnation de l’Œuvre de Dieu. Aucune réponse, - je dis bien aucune - ne peut être acceptable si elle ne va pas dans le sens de la progression dans l’Œuvre de Dieu, et c’est bien ce qui est à déplorer. Car la seule chose perceptible au sein de l’Eglise universelle c’est son manque de connaissance et de révélations concernant le sujet qui doit faire l’objet même de toute notre attention : le Retour de Christ.

Est-ce à dire que nous ne sommes pas à la fin des temps, ou que nous ne sommes pas la dernière génération, ou que Jésus ne soit pas sur le point de revenir ? N’y a-t-il pas de ministère en vue de répondre à ces questions, ou de prédicateurs des derniers jours ? Où est l’Esprit prophétique ? Où sont les prophètes de Dieu ? Vous criez et vous demandez à Dieu et vous ne recevez pas. Vous semez et vous recueillez peu. « Considérez attentivement vos voies » dit l’Eternel, « car ce sont vos pensées qui font obstacle à Mes desseins ». Quelles sont vos priorités, ne savez-vous pas que seules les Œuvres de l’Esprit ont de la valeur aux Yeux de Celui qui jugera l’œuvre de chacun ? Alors, avant que quelques-uns ne se retrouvent à affirmer les choses, qu’ils s’assurent que cela vient de la part de Dieu, ou qu’ils se taisent, car c’en est assez des gens qui se font passer pour des enseignants spirituels et qui ne savent pas eux-mêmes ce qu’ils disent ou affirment. Ils n’apportent que confusion en jetant le trouble par leurs faux enseignements, induisant le peuple de Dieu dans l’erreur, croyant servir Dieu, mais agissant de fait au profit de l’œuvre de l’ennemi.

Ma mission en tant que serviteur de Dieu et dispensateur des mystères de la fin des temps, consiste à vous faire part de ce que le Seigneur m’a révélé sur ce sujet, et votre part sera d’examiner toutes choses. Comme tout ministère qui vient de Dieu, je m’efforce par Sa grâce à suivre Ses recommandations, et, n’en déplaise à certains, l’une de mes responsabilités est d’intervenir pour réfuter ceux qui affirment naïvement les choses qu’ils ont entendues des autres, sans en comprendre le sens réel. Mais s’il vous plaît, avant que l’idée ne vous effleure de me prendre pour un illuminé de plus, laissez-moi vous mettre en garde contre l’amalgame, car le fait de porter un jugement sans discernement à l’égard d’un serviteur de Dieu reviendrait à s’en prendre directement à l’autorité même de Dieu. Je dis cela dans l’intérêt de chacun, afin ne pas attirer une condamnation sur vous-même. Pour vous en convaincre lisez Nomb.12 et réalisez comment Dieu a repris Marie et Aaron qui avaient murmuré contre leur frère. Beaucoup de chrétiens ont une conception erronée de Dieu et de Sa grâce : ils ne connaissent pas Dieu. Prétextant qu’Il est Amour, ils pensent, parlent ou agissent sans réserve, et par manque de connaissance, ils s’attirent un jugement sur eux-mêmes…. Ils n’ont aucune idée de ce que signifie « avoir la crainte de Dieu », c’est pourquoi ils s’expriment avec légèreté sur les choses spirituelles, les doctrines, les prophéties etc., comme s’ils étaient en politique ou au théâtre : juste pour donner leur avis ou joindre leur suffrage à la majorité. Mais leur état charnel n’excuse pas tout, car il ne s’agit pas seulement d’ignorance, mais d’une attitude qui peut s’apparenter à de la rébellion, par manque d’éducation spirituelle, à reconnaître l’autorité divine que Dieu Lui-même a déléguée à Ses serviteurs qui devront à leur tour, rendre compte au tribunal de Christ.

« Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu'un homme aura semé, il le moissonnera aussi. Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption ; mais celui qui sème pour l'Esprit moissonnera de l'Esprit la vie éternelle » (Ga. 6 :7-8).

Je ne suis pas prophète, mais je sais que tout ce qui est écrit dans cet ouvrage doit se réaliser pratiquement dans tous les détails. La différence est que Dieu ne S’est pas adressé à moi comme aux prophètes de la Bible, mais Il m’a accordé la révélation pour la compréhension des choses que les prophètes avaient vues et annoncées depuis des siècles. Je n’ai point consulté la chair et le sang durant ces longues années de solitude, mais c’est par révélations du Saint-Esprit que j’ai eu la compréhension des prophéties et de tout ce que j’ai écrit dans mes trois ouvrages concernant la fin des temps. Et si j’affirme les choses, ce n’est pas par présomption, mais parce que je sais de Qui je les ai reçues, ce que j'ai traversé pour les recevoir, et du temps que j’ai passé avec Dieu pour recevoir les confirmations. Je ne dis pas cela pour me justifier, mais je le dis à ceux qui auraient tendance à me juger avant d’avoir pris le temps d’examiner les choses comme le Seigneur nous le demande pour savoir si cela vient de Lui. (1 Thess.5 : 20-21).

Cela étant, je vous répondrai sans détour à la question préalablement posée concernant la date de Son Retour, le plus affirmativement possible, que : non seulement la Bible contient en ses trésors ce mystère, mais qu’en plus, il incombe à tout chrétien de les rechercher. C’est pourquoi je m’efforcerai de le démontrer par les preuves que le Seigneur dans Son immense grâce a bien voulu me révéler.

Tout d’abord nous avons vu dans la première partie que la cause principale qui a tenu les chrétiens à l’écart (dans un confinement) était la doctrine de l’imminence, qui empêchait la vérité au sujet de l’avènement de notre
Seigneur de se manifester. En fait, Dieu avait prévu ces choses en annonçant par un ange au prophète : « Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées jusqu'au temps de la fin ». Si les prophéties sont restées un mystère pour les générations précédentes (ou seulement révélées en partie aux plus pieux des chrétiens), c’est parce qu’elles concernent la fin des temps et que l’accomplissement de certaines d’entre elles, étaient nécessaires pour activer le « descellement ». En effet, le secret demeurait entier tant que n’étaient pas accomplies les prophéties sur Israël (qui devait redevenir une nation après son anéantissement en l’an 70). Mais dès lors qu’Israël était redevenu une nation, (depuis 1948 par la déclaration de l’indépendance de l’état d’Israël), le voile a commencé à se lever et la compréhension des prophéties était amorcée. Depuis ce moment, les croyants composant l’Eglise de Jésus-Christ auraient dû posséder la véritable connaissance concernant les événements liés aux prophéties de la fin des temps, mais malheureusement c'est le contraire : ils sont démunis. Pourquoi ? A cause des œuvres de l’ennemi qui a jeté le trouble parmi les chrétiens en introduisant de fausses croyances. Et c’est l’une des fonctions de mon ministère, par la souveraineté de Dieu, que de démanteler l’œuvre de l’ennemi, afin que la vérité au sujet de la réalisation des dernières prophéties soit rétablie. Mais pour cela, nous devons comprendre le processus qui a entraîné les croyants dans le piège de l’ennemi. Nous passerons donc en revue les raisonnements des chrétiens qui font obstacle à la connaissance de la date fixée par Dieu concernant le « Jour de Christ », puis, avec l’aide du Saint Esprit, nous allons examiner et sonder ce que la Parole de Dieu nous dit à ce sujet.

Mais auparavant, je demande au Seigneur de faire tomber tous les préjugés et de renverser toutes les forteresses qui se dressent contre la véritable connaissance de Dieu, afin de ramener toutes pensées captives à l’obéissance de Jésus-Christ. Avant même de nous pencher sur la question relative à la date de Son Retour, je vous propose donc de faire un point sur les objections rencontrées dans les milieux chrétiens : les affirmations de ceux qui tiennent pour acquis que personne n’est en mesure de connaître cette date.

II) Les raisonnements faisant objection à la prévision de la date du Retour de Jésus

Rappelez-vous : « N’éteignez pas l’Esprit. Ne méprisez pas les prophéties.
Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon » (1 Thess. 5 : 20- 21)

 


1) Les opposants chrétiens qui prétendent qu’il n’est pas possible de connaître la date de la venue de Jésus s’appuient sur un certain nombre de versets bibliques qui ont d’ailleurs donné naissance à la fausse doctrine de l’imminence (nous verrons ce point plus en détail au chap. III)

2) Le nombre de faux prophètes et d’annonciateurs, comme les adventistes, les témoins Jéhovah, les Mormons etc. ont tous été victimes de leur propre tromperie et ont tourné en dérision les prévisions du Retour de Jésus sur terre. Ils sont tous à l’origine des hystéries collectives qui contribuent aujourd’hui à la méfiance et au retranchement des vrais chrétiens...

3) Il y a même des chrétiens vrais et sincères (et parmi eux des hommes de Dieu connus), qui par le passé, ont également eu la conviction d’avoir trouvé la date du retour de Jésus (jusqu’à faire des prédictions hasardeuses, au point de causer de grandes déceptions dans leur entourage et leur ministère). Pourquoi leurs convictions se sont-elles transformées en échec ? La raison est souvent la même : certaines révélations qui procèdent de l’Esprit de Dieu nous apparaissent progressivement et suivent un chemin en vue de mieux nous faire connaître la Personne du Fils de Dieu, Jésus-Christ. Mais dans bien des cas elle est interrompue dans son processus de lumière progressive sur les vérités spirituelles. Les causes sont multiples : un manque d’humilité, de patience, de persévérance dans les combats spirituels dans la prière… et au final ce sont des conclusions de raisonnements basés sur une conviction partielle non aboutie. C’est comme certains chrétiens que Paul prend pour exemple : « après avoir commencé par l’Esprit voulez-vous finir maintenant par la chair ? » (Gal.3 : 3).

4) La peur de se tromper est une autre raison, car la déception de ceux qui ont échoué fut au moins aussi grande que leur conviction transformée en erreur. Evidemment on m’a déjà posé la question : " dans l’hypothèse où Jésus ne reviendrait pas à la date que j’ai avancée, que ferai-je ? ". Bien que cela soit tout à fait improbable à cause des nombreuses confirmations que le Seigneur m’a accordées et de la puissance de son Esprit qui a Œuvré dans les cœurs des croyants de notre génération, et puisqu’il faut y répondre, je dirai que je continuerai à L’attendre jusqu’à ce qu’Il vienne. Pour faire suite à cette question, avez-vous songé ou entendu parler de la probabilité de Blaise Pascal, (mathématicien et philosophe chrétien) ? : « Pesons le gain et la perte sur l’existence de Dieu » :

1) vous êtes croyant, « si Dieu existe vous gagnez infiniment au-delà de votre mise : l’éternité de félicité…», si Dieu n’existe pas vous perdez votre mise d’avoir cru pour rien durant votre vie sur terre.

2) Pour les incrédules, « si Dieu existe vous perdez conséquemment = l’enfer » et si Dieu n’existe pas, ils gagnent leur faible mise : leur misérable existence sur terre, puis plus rien. L’un dans l’autre qui est le perdant et le gagnant, d’après vous ?

Cette probabilité s’applique également pour la date du « Jour de Christ », n’ai- je pas à regarder ce que j’aurai à gagner s’Il vient ce jour-là, plutôt que de constater ce que je risque de perdre s’Il ne vient pas ? Si j’ai raison, la récompense n’est-elle pas infiniment au-delà de ce que je perdrais si cela n’était pas le cas ?

A cause donc de toutes ces raisons, les chrétiens des derniers temps sont devenus victimes des idées reçues et des fausses conceptions de certains « leaders spirituels » qui ont confondus prudence et méfiance. La prudence
nous invite à sonder la Parole de Dieu et Ses mystères dans un esprit d’humilité et de prière, en nous appuyant sur le Seigneur pour obtenir sagesse et discernement afin de ne pas nous faire manipuler par l’adversaire. La méfiance a tendance au contraire : à mettre les chrétiens en position de défense par toutes sortes de raisonnements qui ne sont pas toujours fondés sur la Parole de Dieu, et finissent par rejeter en bloc tout ce qui se présente en dehors de leur propre schéma de pensée. Ce n’est pas parce que nous sommes confrontés à des mystères ou à des domaines inconnus que nous devons nous replier sur nous-mêmes, en position de défense, dans un esprit de méfiance. En d’autres termes, ce n’est pas parce que l’esprit (ou l’Esprit) de la prophétie n’a pas encore été révélé à l’ensemble de l’Eglise, qu’il faut tirer hâtivement des conclusions en se réfugiant derrière de faux raisonnements. Ce comportement peut conduire à un rejet de la vérité et bloquer l’Esprit prophétique au sein de la communauté chrétienne.

 Exemple de prudence dans la Bible :


«11 Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d'empressement, et ils examinaient chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu'on leur disait était exact. 12 Plusieurs d'entre eux crurent, ainsi que beaucoup de femmes grecques de distinction, et beaucoup d'hommes (Ac.17 :11-12).


 Exemple de méfiance dans la Bible :


« 32 Lorsqu'ils entendirent parler de résurrection des morts, les uns se moquèrent, et les autres dirent : Nous t'entendrons là-dessus une autre fois. 33 Ainsi Paul se retira du milieu d'eux » (Ac.17 :32-33).

III) Les versets bibliques sujets à controverse sur la datation du retour de Jésus

 


Examinons maintenant plus attentivement les versets bibliques cautionnés par les opposants de la datation du « jour de Christ » prétextant qu’il est impossible de connaitre le moment de Son avènement.

 


III.1) Première confusion : le verset 36 de Matthieu 24 :

 


      « Mais, quant à ce jour-là et à l'heure, personne n'en a connaissance, pas même les anges des cieux, si ce n'est mon Père seul » (Mat.24 :36 Darby).

 


III.1.1) Premièrement, et c’est le plus important : Jésus nous parle d’un jour précis, exprimé en ce jour-là. Le tout est de savoir de quel jour il s’agit ! Le contexte de ce verset met en évidence le fait que ce jour-là correspond au « Jour du Seigneur » et non au « Jour de Christ » et c’est pour cette raison (comme nous allons le voir) que ce jour-là ne peut être dévoilé avec précision, car seul le Père le sait.

Il faut donc bien tenir compte de la différence fondamentale entre le « Jour du Seigneur » dans le Nouveau Testament qui équivaut au « Jour de l’Eternel » dans l’Ancien Testament et de cet autre terme : le « Jour de Christ ».

Nous avons déjà vu l’importance de ces deux termes dans la première partie (à relire si nécessaire), mais pour la compréhension du contexte de Mat.24 : 36 nous devons approfondir les étapes du « Jour de l’Eternel ».

« Le Jour du Seigneur » ou « le Jour de L’Eternel »

Le jour de l’Eternel ou jour du Seigneur se déroulera en plusieurs étapes.

Voici maintenant les étapes de ce jour de l’Eternel et les événements marquant cette période.

1°) Acte 1 : l’enlèvement de l’Eglise suivi de l’apparition de l’Antichrist sur la scène mondiale. C’est le nouveau testament qui donne ce complément d’information dans les lettres de Paul aux Thessaloniciens. Il apparaît clairement dans 1Thess.5 : 2-4 que le jour de l’Eternel débutera aussitôt l’enlèvement accompli** (par le Jour de Christ), ce qui provoquera une crise ou détresse sur toute la surface de la terre, telle, qu'elle marquera à tout jamais la face du monde. Ce qui du même coup permettra à l’homme impie, le faux christ (ou antichrist), de faire son apparition sur la scène mondiale par toutes sortes de prodiges dans le ciel et de faux miracles sur la terre (2Thess.2 :3).Cela déclenchera la 70ème semaine de Dan.9 : 27 par un traité avec Israël (c’est à ce moment-là que devrait se reconstruire le 3e temple d’Israël).

** Ce qui vient étayer mes dires, c’est ce passage : « le Jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! Alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l'enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n'échapperont point. » (1Thess.5 :2). L’effet de surprise ne peut être causé que par un événement de grande envergure, d’ordre mondial, qui provoquera une frayeur sans précédent et causera une panique générale : l’ enlèvement de millions de gens simultanément . Et qui du même coup permettra au faux christ de profiter de l’occasion pour intervenir sur la scène mondiale avec la solution de la mondialisation et des miracles.

 

2°) Acte 2 : le déroulement de la 70ème semaine de Daniel : cette prophétie de Daniel concerne Israël et sa ville sainte Jérusalem (Da.9 : 27) et dont la deuxième moitié (soit 3,5 ans) sera la grande tribulation : Mat.24 : 21 et Apoc.7 : 14).

Parallèlement à la 70ème semaine (de 7 ans), nous avons le temps de l’épreuve exprimée en cette expression : « l’heure de l’épreuve » (7ans+ 30jrs), qui, elle, contient le « Jour de la colère » de Dieu de 3,5 ans (2ème moitié des 7 ans). La colère de l’Eternel qui s’enflamme pour exterminer Ses ennemis. De même que la 70ème semaine de Daniel (7 ans) est destinée au peuple d’Israël, l’heure de l’épreuve ainsi que le Jour de la colère sont réservés au jugement des nations, à l’église apostate (la prostituée dans l’Apocalypse) et aux religions du monde. Les expressions Tribulations et grandes Tribulations, elles, sont utilisées pour désigner les persécutions, les souffrances en général de tous les saints (chrétiens et juifs) durant cette période de 7ans (qui s’intensifiera lors de la 2ème période : la grande Tribulation).

Je tiens à préciser que nous ne relevons ici que les grandes lignes concernant le Jour du Seigneur. Car il faut savoir qu’à partir du départ de L’Eglise (c’est à dire à partir du chapitre 4), tout le reste de l’Apocalypse parle de ce Jour-là.

   3°) Acte 3 : Retour du Seigneur en gloire sur la terre avec les saints préalablement enlevés (Apo19  :11à16).

 

 


   4°) L'assaut final de la Bête : la bataille d’Harmaguédon : c’est le rassemblement de toutes les armées de la Bête et du faux prophète (Apo.19 :17-19) : 200 millions de soldats venus de l’Orient pour faire la guerre à Christ et à Ses saints. La colère de Dieu étant marquée par toute la période des 7 ans (pour le jugement des nations et la tribulation qu'Israël subira en même temps qu'elles). La colère de Dieu inscrite dans le Jour de l’Eternel est en fait une succession d’évènements terribles qui s’intensifieront durant les 7 ans et trouveront leur apogée dans la vengeance de Dieu à la fin de cette période : c'est Harmaguédon.

Remarque : contrairement à la pensée courante, il me paraît incertain qu’il puisse s’agir de la 3ème guerre mondiale, car les 2ème, 3ème et 4ème sceaux vont provoquer des millions de morts (Apoc.6 : 6-8). En fait une grande partie de cette période se déroulera dans une atmosphère de guerre. Mais ce qui apparaît de manière certaine, tout sera retenu jusqu'au départ de l’Eglise de cette terre, car le jugement est pour les nations, et également pour la prostituée (l’église idolâtre) et pour l'épuration d’Israël. (Toutes ces choses sont expliquées dans le reste de l’étude).

 

 


  5°) La Bête et le faux prophète emprisonnés : ils sont jetés vivants dans l’étang ardent de feu et de soufre.

  6°) La mise à l’écart du dragon : le serpent appelé aussi le diable est jeté dans l’abime pendant mille ans (qui n’est pas l’étang de feu mais il y sera jeté à la fin).

  7°) Le jugement des nations : les habitants seront triés sur le volet par les anges (voir parabole de Mat.25 : 31 à 46 : séparation des brebis et des boucs commentée plus loin) en fonction du traitement qu'ils auront réservé aux frères de Christ (les Israéliens : peut-être les 144 000 juifs qui auront évangélisé le monde durant la tribulation). Puis le jugement d’Israël (Ez.20 : 34-38).

  8°) La première résurrection dans le » jour de l’Eternel » : il n’est pas question ici des morts en Christ car elle est préalable au « jour de l’Eternel » qui est prévu dans le « jour de Christ » au moment de l’enlèvement de l’Eglise, même avant les vivants. La première résurrection dans cet acte du « jour du Seigneur » (Apo.20 :4-6) est aussi appelée la résurrection des justes (Ac. 24 :15) qui concerne tous les croyants bénéficiant du salut (sauf les morts en Christ ressuscités au « jour de Christ » ), savoir : les martyrs de la Tribulation + les croyants
de l’ancienne alliance (antérieur à la première venue de Jésus sur terre).

  9°) Le règne millénaire de Christ sur la terre (Apo.20 :4-6) avec les saints de tous les temps (Apo.3 : 21 ; 5 : 9-10 ; 11 : 15-18 ; 15 : 3-4 ; 19 : 16 et 20 : 4-6)

  10°) La révolte instiguée par Satan puis son jugement final. Beaucoup de chrétiens attendent le déclenchement de la rébellion de Gog et Magog comme étant le signe précurseur à la venue de Jésus : ils se trompent lourdement selon (Apo.20 : 7-10) et devront encore patienter plus de 1000 ans, car elle est clairement définie comme étant post-millénaire, orchestrée par le diable qui séduira et rassemblera une dernière fois les nations.

  11°) Le jugement dernier : la deuxième résurrection qui correspond à tous ceux qui ne seront pas inscrit dans le livre de vie. Ce livre de vie est en rapport uniquement avec ceux qui ont trouvé la mort dans le millénium (Apo.20). En effet, puisque ce jugement est post-millénium, tandis que la première résurrection a eu lieu avant le millénium. Il reste de rendre à Dieu le jugement de tous les injustes des tous les temps pour déterminer l’œuvre de chacun y compris de tous ceux du millénium.

  12°) Dernier acte du « Jour du Seigneur » : la fin de notre ère et l’achèvement de l’histoire de ce monde.

Le Jour du Seigneur arrive à son terme : il est explicitement annoncé dans (2 Pi. 3 :10-13) et confirmé dans (Apo.21 :1). Les cieux de cet univers visible se dissoudront et les éléments de la terre se consumeront (contrairement à l’idée reçue que l’univers est éternel, l’assimilant à sa grandeur illimitée). Seul Dieu est éternel ainsi que Ses héritiers en Christ qui auront bénéficié de Sa Promesse de la Vie Eternelle : ceux qui Lui appartiennent.

Pour finir trois expressions sont mentionnées dans la Bible pour décrire les aspects du “ Jour du Seigneur “ :

1) Jour de l’Eternel : Ps.2 :9 ; Mal.4 :5 ; Joël1 :15 ; So.1 :7 ; Amos 5 : 18

2) Jour de destruction : Apo.20 :11

3) Jour du jugement : Mat.10 :15 ; Apo.20 :11

 

 


Une fois cette distinction faite, au regard du contexte de Matthieu 24, nous pouvons mieux comprendre le contexte du « jour-là » que seul le Père peut connaître, en considérant attentivement les versets 26 à 31, il apparaît clairement que c’est le « Jour du Seigneur » qui est mis en évidence.

     26 Si donc on vous dit : Voici, il est dans le désert, n'y allez pas ; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas.
    27 Car, comme l'éclair part de l'orient et se montre jusqu'en occident, ainsi sera l'avènement du Fils de l'homme (le retour de Jésus).
    28 En quelque lieu que soit le cadavre, là s'assembleront les aigles.
    29 Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées.
    30 Alors le signe du Fils de l'homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire.
    31 Il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils
rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu'à l'autre.

Tous ces versets en rouge décrivent sans ambiguïté « le Jour de L’Eternel » dans la phase 3 qui correspond au Retour de Jésus sur terre. Et donc, il ne concerne en aucune façon le « Jour de Christ » : Sa venue dans les airs pour l’Enlèvement de l’Eglise. C’est pourquoi, en reprenant le verset 36 « Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul », le Jour en question que Jésus mentionne ici est sans équivoque celui du « Jour de l’Eternel ». Ce contexte de fin des temps nous est confirmé dans un passage formidable de Zacharie mettant en relief cette réalité contextuelle avec beaucoup de force.

    1. Voici, le jour de l'Eternel arrive, Et tes dépouilles seront partagées au milieu de toi.
    2. Je rassemblerai toutes les nations pour qu'elles attaquent Jérusalem ; La ville sera prise, les maisons seront pillées, et les femmes violées; La moitié de la ville ira en captivité, Mais le reste du peuple ne sera pas exterminé de la ville.
    3. L'Eternel paraîtra, et il combattra ces nations, Comme il combat au jour de la bataille.
    4. Ses pieds se poseront en ce jour sur la montagne des oliviers, Qui est vis-à-vis de Jérusalem, du côté de l'orient; La montagne des oliviers se fendra par le milieu, à l'orient et à l'occident, Et il se formera une très grande vallée : Une moitié de la montagne reculera vers le septentrion, Et une moitié vers le midi.
    5. Vous fuirez alors dans la vallée de mes montagnes, Car la vallée des montagnes s'étendra jusqu'à Atzel; Vous fuirez comme vous avez fui devant le tremblement de terre, Au temps d'Ozias, roi de Juda. Et l'Eternel, mon Dieu, viendra, et tous ses saints avec lui.
    6. En ce jour-là, il n'y aura point de lumière; Il y aura du froid et de la glace.
    7. Ce sera un jour unique, connu de l'Eternel, Et qui ne sera ni jour ni nuit; Mais vers le soir la lumière paraîtra (Za.14 :1-7).


Ce texte et en particulier le verset 7 décrit ce jour-là comme étant le « Jour de l’Eternel » du verset 1, en rapport avec le Retour de Jésus, de Sa venue sur terre, précisée comme un Jour connu seulement de Dieu : qui à prendre parallèlement avec Matthieu 24 :36.

Pourquoi personne ne peut-il le connaître ? Sans doute parce que cela doit rester l’effet de surprise pour Harmaguedon et sûrement pour les raisons propres à Dieu que nous comprendrons le moment venu. Ce qui est aussi extraordinaire : j’ai réalisé qu’après avoir reçu toutes les preuves, le Seigneur m’a permis de prendre connaissance de toutes les dates de chaque évènement de la fin, sauf un seul. En effet, la chronologie détaillée indique (comme nous allons le voir en 3ieme partie), les dates précises de l’Enlèvement, mais également de l’apparition de l’Antichrist, du commencement et de la fin de la Tribulation et de la Grande Tribulation, et même du Millénium, mais en aucun cas du jour précis du Retour de Jésus sur terre. Le seul jour que nous ne pouvons pas connaître avec précision (tout du moins l’heure et le jour précis, mais non le mois et l'année), est celui du Retour de Jésus sur terre correspondant à la 3e étape du « Jour du Seigneur » comme Jésus l’avait annoncé en Mat.24 : 36 ainsi que le prophète Zacharie (Za. 14 : 1-7).

 


III.1.2) Deuxièmement : si l’on considère ce verset d’une manière littérale, nous remarquerons que ce fait incontestable se limite uniquement à l’heure et au jour, et non à l’année et au mois : rien ne semble s’y opposer ou le contredire : je dirais même plus : d’autres versets de la Bible nous confèrent un éclairage plus précis sur le plan de Dieu : chaque chose a son temps !

 


III.1.3) Troisièmement, Jésus ne peut Se contredire, étant Lui-même « la Parole Vivante », car la Parole de Dieu affirme que la réalisation de certaines prophéties appartiennent à la fin des temps et seront scellées jusque-là :

« Il répondit : Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées jusqu'au temps de la fin » (Dan.12 : 9). Or nous y sommes, au temps de la fin !

Et tant que certaines prophéties n’ont vu le jour, il est impossible de connaitre ce Jour-là. Notamment la parabole du figuier qui précède même Mat.24 : 36 : elle fait allusion aux prophéties d’Israël en tant que nation (Es. 66 : 8). Sans l’accomplissement de cette prophétie en particulier, il était impossible de faire la moindre des prédictions, de même que celle de Daniel 9 : 24 -27 qui est en rapport avec les branches tendres du figuier (le peuple d’Israël et la ville sainte de Jérusalem). D’où la réponse de Jésus : personne n’en a connaissance (sous- entendu jusqu'à l’accomplissement de la parole de Dieu). L’apôtre Pierre l’avait compris plus tard en insistant dans ce sens :

« Et nous tenons pour d'autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour vienne à paraître et
que l'étoile du matin se lève dans vos cœurs;... (2 Pi. 1 : 19).

La prophétie est le seul moyen qui nous ait été donné dans ce monde de ténèbres pour connaître le temps concernant le Jour de Christ. Au fur à mesure que la lampe qui brille dans l’obscurité de ce monde, progresse dans le temps, elle mettra en lumière les prophéties qui nous rapprocheront toujours plus du Jour de Christ. Et sachant qu’aucune prophétie ne peut faire l’objet d’une interprétation personnelle, car c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu (2 Pi.1 : 20-21), de même l’homme ne peut les comprendre par lui-même, si cela ne lui a été révélé par l’Auteur de cette inspiration.

 

 


III.2) Deuxième confusion : dans Apocalypse 3 : 3 et 1 Thess. 5 : 1-5

 


Un autre verset dans le sens contextuel ne manque pas d’intérêt :

« Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu, et garde, et repens- toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi » (Apo.3 : 3).

L’avertissement est donné pour ceux qui ne veillent pas et seront donc concernés par l’effet de surprise : ils ne s’y attendront pas du tout, à cause de leur négligence, ils ne verront pas venir le « Jour de l’Eternel ». Et le verset suivant vient appuyer ce dernier :

    1 « Pour ce qui est des temps et des moments, vous n'avez pas besoin, frères, qu'on vous en écrive!

    2 Car vous savez bien vous-mêmes que le Jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit….

    3 Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! Alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point.

    4 Mais vous, frères, vous n'êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur;

    5 vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres » (1Thess.5 : 1-5)

C’est « le Jour du Seigneur » qui vient comme un voleur et non le Seigneur Lui-même. Et seront concernés par ce jour-là, tous ceux qui demeurent dans la nuit, les ténèbres de ce monde. Mais le vous des versets 4 et 5 indique que les enfants de lumière et du jour, ne sont pas concernés comme ceux qui se feront surprendre soudainement par les douleurs de l’enfantement verset 3, car les enfants de Dieu soupirent en eux-mêmes dans l’attente du « Jour de Christ », le jour de leur adoption finale par la rédemption de leur corps (Rom.8 : 23).

III.3) Troisième confusion : sur les versets 6 et 7 de Actes 1 :

 

« Eux donc étant assemblés, l'interrogèrent, disant: Seigneur, est-ce en ce temps-ci que tu rétablis le royaume pour Israël ?

Mais il leur dit : Ce n'est pas à vous (apôtres des fondements de l’Eglise) de connaître les temps ou les saisons que le Père a réservés de sa propre autorité » (Act. 1 : 6-7).

Là, cette question des disciples concerne le rétablissement du Royaume d’Israël dans le Millénium, qui correspond également au « Jour de l’Eternel » mais situé au 9ème acte de ce Jour-là. Alors que dans les précédents versets, l’attention était portée sur le 3ème acte du « Jour de l’Eternel » de la fin des temps. La réponse de Jésus n’est pas sous forme de reproche, mais établit clairement le fait que le Père Se réserve le droit de Sa propre autorité à le révéler à qui Il estimera bon de le faire. Et de toute évidence, cela ne concernait pas les disciples du temps des apôtres... et pour cause ! Ils faisaient partie des premiers chrétiens du fondement de l’Eglise de Christ, et non des chrétiens de la fin des temps. Le Seigneur révèle toutes choses en son temps, il
en va ainsi des principes de Dieu qui durent toute la vie du chrétien et de toute génération. Mais ce jour-là peut être maintenant connu parce que certaines prophéties ont depuis été réalisées, comme nous le verrons dans la chronologie détaillées de la fin des temps.
En conclusion, s’il est un jour que personne ne pourra connaître, c’est bien celui dans Zacharie 14 :1-7, décrit et confirmé par Jésus Lui-même en Matt.24 : 36, savoir le Jour de Son Avènement, de Son grand Retour en gloire sur terre. Mais ce Jour-là n’est certes pas à confondre avec celui de Sa venue pour l'Enlèvement de l’Eglise.

IV) Les exemples de la Bible en rapport avec la prédiction du Jour de Christ comme étant le plan de Dieu pour Ses enfants.

 


IV. 1) Noé et le déluge :

Le récit du temps de Noé est donné en comparaison avec le contexte énoncé dans Matthieu 24, autrement dit avec le « Jour de l’Eternel ». Il est à remarquer que cet exemple fait suite au verset 36. Je ne vais pas commenter ici entièrement ce texte (parce qu’il est déjà expliqué dans le Tome 2 p.108 à
118), mais je me limiterai à ce qui intéresse notre sujet. J’attire votre attention sur le fait suivant : comme ce récit est donné en comparaison avec le "Jour de l’Eternel ", nous pouvons savoir quand Jésus viendra nous chercher, puisque c’était le cas pour Noé.

    « 36 Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul.

    37 Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l'homme.

    38 Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche ;

    39 et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vînt et les emportât tous : il en sera de même à l'avènement du Fils de l'homme » (Mat.24 : 36-39).

Ce premier texte est très riche en instructions pour nous qui sommes arrivés à la fin des temps. Le verset 37 nous interpelle en nous faisant remarquer certaines similitudes entre la période de Noé et celle de notre génération qui va assister à l’Avènement de Christ. De plus le verset qui le précède est celui que nous avons commenté plus haut et qui concerne comme nous l’avons vu le « Jour du Seigneur ». Ce jour-là est comparé à celui du verset 39 qui est le déluge représenté par le jugement du temps de Noé. Le verset précise : « ils ne se doutèrent de rien… et les emportât tous ». Qui donc ne se doutèrent de rien ? Tous, sauf Noé et sa famille. Car Noé et sa famille, contrairement aux autres, avaient cru ce que Dieu a dit. C’est pourquoi Dieu leur a révélé aussi le moment de leur départ et du jugement qui devait le suivre. Voici la preuve dans le texte suivant :

Gen. 7 :

    1. « L'Eternel dit à Noé : Entre dans l'arche, toi et toute ta maison ; car je t'ai vu juste devant moi parmi cette génération.
    2. Tu prendras auprès de toi sept couples de tous les animaux purs, le mâle et sa femelle; une paire des animaux qui ne sont pas purs, le mâle et sa femelle;
    3. sept couples aussi des oiseaux du ciel, mâle et femelle, afin de conserver leur race en vie sur la face de toute la terre.
    4. Car, encore sept jours, (le déluge, parallèle au Jour de l’Eternel) et je ferai pleuvoir sur la terre quarante jours et quarante nuits, et j'exterminerai de la face de la terre tous les êtres que j'ai faits ».

Cet extrait nous confirme un fait certain : Dieu a révélé le moment précis à Noé, qu’Il avait choisi pour juger le monde de cette époque. Certes Il ne le fit pas au début des préparatifs, mais à l’instant où l’arche était prête. Et si l’on considère que l’arche représente l’image de l’Eglise, le Seigneur Se révèlera à elle pour lui faire savoir le temps qu’il reste avant les derniers instants de Sa venue en vue des tout derniers préparatifs. Et je vous l’atteste : comme Noé à cette époque, ne partiront que ceux qui seront trouvés dignes aux Yeux de Dieu et qui auront ouvert leurs oreilles pour entendre l’appel de Dieu. Cet appel se fera par Ses serviteurs, à l’image de Noé pour sa génération. Mais grâce soit rendue à Dieu, pas seulement une famille, mais beaucoup participeront au « Jour de Christ ». Et pour ceux qui ne le savent pas encore, ce Jour est proche, au point que lorsque vous l’apprendrez, il ne manquera pas de vous surprendre, mais remettez-vous entre les Mains de Dieu.

De même pour Lot, sauf que ce dernier fut sauvé dans le dernier jour, pour ne pas dire les dernières minutes. Ce qui peut vouloir dire que beaucoup de chrétiens des derniers temps exposés dangereusement à la perversité de ce monde, mais sans y participer, suite peut-être à des mauvais choix, un moment donné dans leur parcours, (comme Lot), seront également épargnés in extremis des jugements de Dieu. C’est pourquoi sentinelles, ne cessez pas de semer jusqu’à la dernière minute, prenez en exemple le brigand sur la croix qui fut pardonné in extrémis par Jésus.

 


IV.2) Elie avant son enlèvement.

L’histoire du prophète Elie est un exemple de plus, prouvant que « le Seigneur, l'Eternel, ne fait rien Sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes » (Amos 3 : 7).

Elie connaissait exactement le jour de son enlèvement, non seulement lui, mais aussi son serviteur Elisée et les autres prophètes et leurs fils.

    « Les fils des prophètes qui étaient à Béthel sortirent vers Elisée, et lui dirent : Sais-tu que l'Eternel enlève aujourd'hui ton maître au-dessus de ta tête ? Et il répondit : Je le sais aussi ; taisez-vous… » (2 Roi 2 :
3).


Quelques heures après, dans une autre ville, à Jéricho, les fils des prophètes lui firent la même remarque : verset 5 :

    «Et ils arrivèrent à Jéricho. Les fils des prophètes qui étaient à Jéricho s'approchèrent d'Elisée, et lui dirent : Sais-tu que l'Eternel enlève aujourd'hui ton maître au-dessus de ta tête ? Et il répondit : Je le sais aussi ; taisez-vous »

Pourquoi dans un même récit, l’Esprit relève-t-Il ces deux situations analogues à des endroits différents ? Parce que cela démontre que Dieu veut révéler Ses secrets en aussi grand nombre que ceux qui seront disposés à les recevoir. Il n’a laissé personne de Ses enfants indifférents à la date prévue de l’enlèvement d’Elie, qui est la figure de l’Eglise de Jésus-Christ. Je sais que le Seigneur Se manifestera en premier à un petit nombre pour leur révéler la date du « Jour de Christ ». Ils deviendront des sentinelles pour avertir le peuple de Sa venue. Et alors se réveilleront toutes les vierges de leur assoupissement. Le Tome 2 aura déjà contribué, par le Saint Esprit, à ouvrir les yeux des sentinelles, de même que par tous les autres moyens que Dieu a mis en place dans le monde. Le tome 3 - et en particulier les 7 preuves irréfutables dans la 3ème partie - devra permettre à la sentinelle, selon le bon plaisir de Sa volonté, de se conforter dans sa mission pour annoncer la date du « Jour de Christ » à l’ensemble des 10 vierges.


Conclusion de cette deuxième partie :

Après ces commentaires, vous l’aurez compris, pour autant que votre ouverture d’esprit vous permette d’en être avisé, seul le Retour en gloire de Jésus-Christ sur terre demeure inconnu, du moins en ce qui concerne le jour précis, car la chronologie l’établit pour ce qui concerne le mois et l’année. Pour ce qui concerne l’aspect de Son Avènement en rapport avec l’Eglise, appelé le « Jour de Christ » (le jour de l’Enlèvement), ce jour-là peut être connu avec précision par les Ecritures. Au risque de déplaire à quelques-uns, non seulement le « Jour de Christ » nous est révélé par l’Esprit prophétique, l’Esprit de vérité qui doit annoncer les choses à venir, mais il en sera de même pour le jour de l’apparition de l’antichrist : le début du jour de la tribulation de la 70ème semaine de Daniel, ainsi que d’autres événements décrits dans l’Apocalypse.

PARTIE III

PARTIE III

Les 7 preuves irréfutables de la date du jour de Christ (l’Enlèvement de l’Eglise)

Introduction à cette partie 3 :

    I. La chronologie inspirée des 6000 ans : aboutit à l’année 2022 pour la fin des 6 jours avant le grand sabbat, soit 2015 pour l’Enlèvement.
     Les 120 jubilés de 50 ans confirment l’année.
    II. La prophétie de Daniel atteste l’année et le mois de l’Enlèvement.
    III. La tétrade annonce l’événement majeur à venir pour Israël : l’Alliance de l’homme impie et la construction du 3ème temple, précisant le jour de la tribulation grâce aux Fêtes de l'Eternel.
    IV. Les Fêtes de l'Eternel associées à la tétrade précisent le jour.
    V. Les 7 semaines de Daniel attestent également le jour précis du Jour de Christ par le réajustement du calendrier grégorien.
    VI. La prophétie de Joël confirme : la tétrade, « le Jour de Christ » et « le Jour de l’Eternel ».
    VII. La vision de Jean du 6ème sceau confirme le tout.


    - La dernière génération.
    - Les trois ans de décalage du calendrier Julien.
    - La naissance de l’Antichrist

 

 

    Mise en condition :


Compte tenu des années passées auprès du Seigneur dans la prière, le jeûne et les combats spirituels, ces révélations ont pris beaucoup de temps pour mûrir en moi. Vu leur profondeur, il est possible qu'elles vous paraissent complexes à première lecture. Les deux premières preuves surtout. Mais je vous encourage à persévérer en continuant dans un premier temps à prendre connaissance des autres ; vous pourrez toujours y revenir de façon plus approfondie ultérieurement. Il est parfois préférable d’avoir d'abord une vue d'ensemble, pour mieux cerner un sujet et de revenir plus tard - et plus longuement - sur les points qui nécessitent plus de concentration. Mais au- delà de cet aspect, pour recevoir la bénédiction de Dieu, personne ne pourra déroger aux principes divins, car le Seigneur sonde les cœurs et connaît les intentions de chacun.

 

 

 

 

     I) Première preuve : la chronologie inspirée

 

Avant toutes choses, j’invite tous les chrétiens amoureux de la Bible à se consacrer à l’étude de cette chronologie : c'est la découverte des merveilles et des infinies richesses de notre Dieu qui, dans Sa grande sagesse, a conduit non seulement les événements d’une manière parfaite, mais, de plus, les a tous fait converger dans le temps et la continuité, sans faille aucune. Il est certain qu’en portant votre attention sur l’inspiration de cette œuvre, elle ne pourra que vous être bénéfique à bien des égards. En effet, elle contient au-delà de son grand nombre de données historiques, quantité d’éléments précieux pour votre vie spirituelle en vue d’une meilleure compréhension du Plan de Dieu, et constater avec beaucoup d’enthousiasme ô combien les prophéties sont extraordinairement précises dans leur accomplissement, et nous confèrent un éclairage des évènements de la fin des temps.
Pour information, la partie de la chronologie que vous trouverez dans cet ouvrage diffère quelque peu du tome 2, mais je vous rassure : le résultat est le même. En réalité la question de la différence entre les données historiques et bibliques nécessitait d’approfondir quelques points, si bien que la partie qui nous concerne est plus détaillée dans ce tome 3.
La plupart des pères de l’Eglise des premiers siècles ont été convaincus de l'importance de l’étude de la chronologie pour tenter de déterminer l’âge de notre monde, afin de discerner les temps de la fin. Ils avaient acquis la certitude que notre monde était destiné à une durée de 6000 ans, correspondant aux 6 jours de la création, avant de connaître une ère nouvelle : le Millénium (1000 ans) qui est le septième jour : le grand sabbat de Dieu. Bien qu’ils ne soient pas parvenus à percer le mystère réservé à la dernière génération, ils ont cependant largement contribué à la compréhension de certains points délicats dans la chronologie biblique.

 


Grâce aux Ecritures nous pouvons reconstituer une chronologie précise des évènements depuis l’origine jusqu’à la fin des temps. Car toutes les Ecritures sont inspirées de Dieu, et cela comprend évidemment les faits historiques que les auteurs désignés par Dieu ont pris soin d’inscrire dans le temps et la continuité des évènements. La Bible ne donne pas de dates de la même façon que les historiens le font. Eux se servent d’une référence de base : la naissance de Christ dans le monde et d'un calendrier basé sur les connaissances de l’astronomie sur lesquelles est synchronisé le calendrier Julien. La chronologie biblique consiste à relever tous les faits historiques pour les répertorier dans le temps et les époques concernées. Par exemple : dans Gen. 5 la postérité d’Adam est édifiante sur le commencement de notre terre…

Voici comment la Bible présente le commencement de l’histoire de l’homme : « Adam âgé de cent trente ans, engendra un fils à sa ressemblance, et lui donna le nom de Seth. Les jours d’Adam, après la naissance de Seth, furent de huit cents ans…, tous les jours qu’Adam vécut furent de neuf cent trente ans ; puis il mourut. ». Et Seth à son tour « âgé de cent cinq ans, engendra Enosch. Seth vécut, après la naissance d'Enosch, huit cent sept ans »… et ainsi de suite. Pourquoi donc la Bible relate-t-elle avec une telle précision l’âge et la généalogie des patriarches ? Ce n’est certes pas pour préciser leur durée exceptionnelle de vie, comparativement à l’homme d’aujourd’hui. Cela prouve au contraire qu’il y a une intention divine. La Bible nous enseigne, non seulement que la terre sur laquelle nous vivons a une histoire, avec un début, en vue d'un plan divin, qu'Il va mener à terme, mais également qu'elle a été destinée à une fin : atteindre une autre dimension : l'éternité. Et Dieu a prévu le moyen de révéler cet extraordinaire plan à l’homme - et plus particulièrement à ceux qui s’investissent, par la foi, dans la recherche de cette vérité - à travers l’histoire de notre monde, par la chronologie inspirée. Cela est confirmé dans la subtilité des Ecritures qui usent de bien des façons pour obtenir une chaîne d’événements, sans discontinuité, dans ces 66 livres. En effet, les généalogies sont importantes mais ne suffisent pas à constituer une chronologie complète de l’histoire, car comme nous allons le voir à l’aide de ces quelques exemples il y a diversité d’événements marquant une continuité de l’histoire dans le temps.

 


Par exemple :


Prenons les versets suivants :


    Gen 7 : 6 : " Noé avait six cents ans, lorsque le déluge d’eaux fut sur la terre. "

    Gen 8 : 13 : " L’an six cent un, le premier mois, le premier jour du mois, les eaux avaient séché sur la terre. Noé ôta la couverture de l’arche: il regarda, et voici, la surface de la terre avait séché. "

    Gen 11 : 10 : " Voici la postérité de Sem. Sem, âgé de cent ans, engendra Arpacschad, deux ans après le déluge. "

Comment s'articulent ces versets et quelles conclusions pouvons-nous en tirer ?


« Sem, 2 ans après le déluge, avait 100 ans (Gen. 11 : 10) lorsqu'il engendra Arpacschad. Le début du déluge se passe dans la 600ème année de Noé (Gen. 7 : 6), mais le déluge dura 1 an : jusqu'à la 601ème année de Noé (Gen 8 : 13) fin du déluge. Par conséquent, 2 ans après le déluge (Gen 11 : 10) soit 601 + 2 = 603 années de Noé, c'est la naissance d'Arpacschad. Et Sem est donc né quand Noé avait 503 ans ».

 

 

 

 

Le tableau ci-dessous n'est donné que pour une compréhension globale permettant la traduction dans les différentes langues.

Pour examiner  les détails, veuillez prendre en parallèle l'original dans l'exemplaire en français en vous rendant sur la page " Accueil " puis en cliquant sur " livre " puis sur  " révélations de la fin des temps Tome 3 ", afin de vous rendre à la page : 63 ou :

rendez-vous sur le site de l'auteur où il explique toute la chronologie : 

http://www.apocalypse-revelations-bible.com/#!tableaudelachronologie/cg0g

 

 

CHRONOLOGIE BIBLIQUE INSPIREE

AB1: ANNEES BIBLIQUES D'ADAM A JESUS-CHRIST

AB2: ANNEES BIBLIQUES DE LA NAISSANCE DE JESUS-CHRIST A ADAM

AJ1: ANNEES JULIENNES D'ADAM A JESUS-CHRIST
AJ2: ANNEES JULIENNES DE LA NAISSANCE DE JESUS-CHRIST A ADAM

Pour LES 49 ANS plus d'explication se rapporter à l'an 445 av JC (année julienne) à la 20ème année
d'Artarxerxès qui met en exergue la première phase de la prophétie de Daniel 9:24-27 .

AJ1 AJ2 AB2 AB1

57 3943 3951 49 * Adam Gen. 5:3 Adam, âgé de 130 ans, engendra un fils… Seth. (v9)
186 3814 3870 130 130 Seth Gen.5:6
289 3711 3765 235 A 105 Enosch Gen.5:9
378 3622 3675 325 A S 90 Kénan Gen.5:12
447 3553 3605 395 A S E 70 Mahalaleel Gen.5:15
511 3489 3540 460 A S E K 65 Jéred Gen.5:18
670 3330 3378 622 A S E K MA 162 Hénoch Gen.5:21
735 3265 3313 687 A S E K MA J 65 Metuschélah Gen.5:25
919 3081 3126 874 A S E K MA J H 187 Lémec Gen.5:28
974 3026 3070 930 930 S E K MA J H ME L
1084 2916 2958 1042
912 E K MA J H ME L
1094 2906 2948 1052
E K MA J 365 ME L
1098 2902 2944 1056
E K MA J ME 182 Noé Gen.5:32
1181 2819 2860 1140
905 K MA J ME L N
1275 2725 2765 1235
910 MA J ME L N
1329 2671 2710 1290
895 J ME L N
1459 2541 2578 1422
962 ME L N
1591 2409 2444 1556
ME L 500
1594 2406 2441 1559 L 503
1685 2315 2349 1651
969 777 N

Sem 2ans après le déluge avait 100 ans (Gen.11:10) lorsqu'il engendra Arpacschad. Le début du déluge est en 600 de Noé (Gen.7:6), mais le déluge dura 1 an jusqu'à 601 an de Noé (Gen.8:13) fin du déluge. Par conséquent, 2ans après le déluge (11:10) soit
601 +2 = 603 an de Noé, c'est la naissance de Arpacschad. Et Sem est donc né quand Noé avait 503 ans. Il y'a donc un petit décage de 1 an, mais non négligeable dans la suite de la chronologie .

3 fils Gen.5:32
dont Sem à 503 an
SEM


AJ1 AJ2 AB2 AB1
1690 2310 2344 1656 LE DELUGE DURE 1 AN (Gen.7:6,11; 8:13) soit environ 371 jours jusqu'au v14
1691 2309 2343 1657 Noé et sa famille sortent de l 'arche 601 (Gen.7:6) 98

Voici encore d’autres exemples dont les Ecritures se servent subtilement pour marquer la continuité historique - sans interruptions - des événements :

    1. Les jours de Térach furent de deux cent cinq ans ; et Térach mourut à Charan. Gen. 11 : 32

    2. Abram était âgé de soixante-quinze ans, lorsqu'il sortit de Charan. Gen.12 : 4

Abraham a 75 ans au moment de la mort de Terach, donc il est né quand Térach avait 130 ans (205 - 75 = 130).

Il y a encore un autre moyen pour établir un lien entre des événements historiques : le temps des juges, le règne des rois et des synarchies, et les événements de l’époque : à l’exemple de ce verset :

    « Ce fut la quatre cent quatre-vingtième année après la sortie des enfants d'Israël du pays d'Egypte que Salomon bâtit la maison à l'Eternel, la quatrième année de son règne sur Israël, au mois de Ziv, qui est le second mois » (1 Roi 6 : 1).

 

Et pour finir, la chronologie inspirée comprend également des prophéties spécifiques aux périodes de déclins, de captivités et de restaurations du peuple d’Israël qui se sont réalisées à la lettre à travers les siècles et les empires universels. Voyez le grand nombre de détails contenus dans Jér. 25 : 1-3 + 12 et Da. 9 : 25-27.

Maintenant que nous avons démontré l’existence d’une telle chronologie dans la Bible et son importance, il reste encore à déterminer la façon de s’y prendre pour s’assurer de sa véracité et de son aboutissement. Les tentatives qui ont été menées jusqu’à présent n’ont pas réussi à convaincre. Et pour cause : comme toutes les chronologies proposées par les théologiens ne se basent pas sur les mêmes données, les résultats sont forcément différents. La question à se poser est : peut-on démontrer qu'une chronologie inspirée aboutit à des résultats authentiques ? Plusieurs éléments doivent être pris en considération, et le plus important, sans aucun doute est l’inspiration divine. Car celui qui entreprend une telle entreprise doit être convaincu que la Bible est la Parole de Dieu et se faire recommander par Dieu Lui-même. Il a plu à Dieu de révéler ces choses au moindre de ses serviteurs, et non aux érudits historiens et théologiens de ce monde. Comme il est écrit, ce sont des choses que l'œil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui L'aiment.

 


Les éléments-clés pour une chronologie inspirée :

Voici maintenant les preuves d’une chronologie inspirée d’Adam jusqu’au Retour de Christ :

    1) Le premier élément de toute importance pour une chronologie inspirée : 6000 ans d’histoire du monde permettent une prédiction de l’année du Retour de Christ.


    2) Deuxième élément indispensable et tenu secret jusqu’aux derniers temps : le calendrier prophétique et biblique des Saintes Ecritures.


Ces deux points sont déjà abordés dans la partie 7 du tome 2 « Révélations de la fin des temps : l’enlèvement de l’Eglise et le retour de Jésus-Christ ». Je m’efforcerai donc de les résumer en n'insistant que sur l’essentiel.

 

    1) Le premier point de repère pour une chronologie inspirée : 6000 ans d’histoire de l’humanité jusqu’au Retour de Jésus-Christ sur terre.


Il y a plusieurs arguments en faveur de cette affirmation en commençant par les versets bibliques qui y font allusion.


1 .1) Preuves des 6000 ans par les versets bibliques

« Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour » (2 Pi. 3 : 8).

« Car mille ans sont à tes yeux, comme le jour d’hier, quand il n’est plus et
comme une veille de la nuit » (Ps. 90 : 4)

Et cet autre verset en rapport avec les deux premiers :

« Car en six jours l'Eternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s'est reposé le septième jour (1000 ans : le Millénium) : c'est pourquoi l'Eternel a béni le jour du repos et l'a sanctifié » (Ex. 20 : 11).

A la lecture des versets ci-dessus, nous déduisons que les six jours (Ex. 20 :
11 ; et Gen.1 : 31 et 2 :1) que la Bible mentionne pour la création représentent les 6000 ans d’histoire du monde, et cela est d’autant plus vrai que le septième jour sanctifié compte 1000 ans et correspond bien au Millénium des Ecritures de l’Apocalypse.

Si, à première vue, cela peut paraître trop simple pour les intellectuels et scientifiques qui se targuent de mieux comprendre l’origine de notre planète - ou encore pour d’autres qui veulent mettre cela sur le compte d’une théorie du christianisme - sachez que non seulement les pères spirituels fondateurs des premières églises y croyaient fermement, mais que de plus, cette chronologie élaborée sous l’inspiration du Saint-Esprit se vérifie par elle-même, par la confirmation de toutes les autres preuves, détaillées plus loin.

 

    1. 2) Confirmation par les jubilés


Nous pouvons observer dans le Livre du Lévitique au chapitre 25 un ordre croissant bien établi du repos de Dieu, impliquant Sa créature.
 Le 1er degré : c’est le sabbat hebdomadaire, le repos de la semaine.
 Le 2ème degré : l’année sabbatique, qui est la septième année.
 Le 3ème degré : le jubilé de 50 ans, 7x7 années sabbatiques + l’année
sanctifiée.
 Le 4ème degré : le grand jubilé : 120x50 ans = 6000 ans + le septième millénaire qui sera le Millénium. Cela est en rapport avec l’âge de Moïse : 120 ans qui préfigurent les 120 jubilés, non seulement parce que c’est à lui que les lois ont été confiées, mais aussi parce que toute
sa vie est représentative de l’histoire du monde et d’Israël.

En plus de ces deux preuves des 6000 ans, Dieu m’a confirmé d’une manière providentielle par son Esprit cette réalité par plusieurs signes dans ma vie. En effet, il me fallait des bases certaines pour l’étude d’une reconstitution chronologique par les Ecritures et, sans ces profondes convictions, je n’y serais pas arrivé - surtout face aux nombreuses oppositions -. L’intervention divine m’a été d’un grand secours, de même que le second point de repère, concernant le calendrier biblique : il était tout aussi indispensable pour la réalisation d’une chronologie inspirée.

 

    2) Deuxième élément déterminant pour la reconstitution d’une chronologie inspirée : le calendrier institué par Dieu dans la Bible.


Si les pères spirituels étaient certains des 6000 ans d’existence historique de notre monde, à partir d’Adam, pour obtenir une chronologie exacte, il leur manquait cependant une donnée essentielle à sa réalisation. En effet, ce qui leur avait échappé c’était l’existence d’un calendrier prophétique dans les Ecritures, indispensable pour la reconstitution de cette chronologie, car jusqu’ici le travail reposait sur le calendrier établi par les hommes. Le plus utilisé, était le calendrier Julien.

Il est impératif de savoir sur quelle base la Bible s’exprime concernant la notion du temps, et plus précisément du calendrier qu’elle tient pour acquis. La question est donc de savoir si le calendrier actuel définissant le temps au moyen de l’astronomie est le même que celui dont se sert la Bible. Autant préciser que cette information est d’une importance capitale pour établir une chronologie juste. L’erreur de l’homme, une fois de plus, est de croire qu’il peut compter sur sa propre capacité intellectuelle pour résoudre les mystères bibliques, et c’est cette démarche prétentieuse à l’égard des choses saintes de Dieu qui l’empêche d’y accéder. L’homme a préféré s’appuyer sur des éléments qu’il a estimés recevables sur le plan scientifique, en considérant par exemple le temps sur l’échelle astronomique, par laquelle une année totalise 365,2422 jours. Mais que dit la Bible ?

La façon de calculer ou d’évaluer le temps d’un point de vue biblique est : 1 an prophétique = 360 jours ; cela est certifié par les versets suivants : « Un temps, des temps et la moitié d’un temps » (Da. 7 : 25 ; Ap. 12 : 14) qui 
correspondent à « 42 mois » de Ap. 11 : 2 + 13 : 5 ; ou encore à « 1260 jours » (Ap. 11 : 3 ; 12 : 6).

Par conséquent, si 42 mois = 1260 jours = 3,5 ans, nous avons bien :

    1260 jours : 42 = 30 jours.

Donc 42 mois font 30 jours x 42 = 1260 jours ou 360 jours/an x 3,5 ans =
1260 jours.

Ceci tend à prouver que dans la Bible tous les mois de l’année ont 30 jours et
qu'un an a 360 jours.

Une année prophétique est bien de 360 jours (1260 jours divisés par 3,5 ans).

Cette notion de temps n’est pas exclusive aux années prophétiques, mais elle est appliquée comme principe biblique dans toutes les Écritures saintes, comme par exemple dans la Genèse :

    « L'an six cent de la vie de Noé, le second mois, le dix-septième jour du mois, en ce jour-là toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux s'ouvrirent » (Ge. 7 : 11).

    « Les eaux se retirèrent de dessus la terre, s'en allant et s'éloignant, et les eaux diminuèrent au bout de cent cinquante jours. Le septième mois, le dix-septième jour du mois, l'arche s'arrêta sur les montagnes d'Ararat » (Ge. 8 : 3-4).

Le déluge commença en l’an 600 de la vie de Noé au 2ème mois du 17ème jour, et cent cinquante jours après, nous sommes au 7ème mois, également au 17éme jour : soit 5 mois de 150 jours : donc 150 / 5 = 30 jours par mois. Tous les mois dans la Bible ont trente jours.

J’encourage tous ceux qui s’intéressent à ces preuves, de vérifier la chronologie inspirée sous forme de tableau, mais pour le début de la chronologie (parce qu’il y a plusieurs pages), il vous faudra vous procurer le Tome 2 « Révélations de la fin des temps : l’enlèvement de l’Eglise et le retour de Jésus » sur mon site www.apocalypse-revelations-bible.com ou alors je peux vous l’envoyer par mail sur votre demande : voici mon adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ci-joint la partie du tableau chronologique qui nous intéresse à partir du premier empire universel, décrit par Daniel, plus détaillée que le Tome 2, parce qu’elle constitue la première preuve de l’année du « Jour de Christ » jusqu’au Millénium. La date qui apparaît et qui sera étayée par toutes les autres preuves, pour le Retour de Jésus-Christ sur terre est : fin 2022. Et par là-même, il devient facile désormais de connaître l’année de l’Enlèvement : 2015.

 


EMPLACEMENT DE LA CHRONOLOGIE QUI EST SUR EXCEL

 

Le tableau ci-dessous n'est donné que pour une compréhension globale permettant la traduction dans les différentes langues.

Pour examiner  les détails, veuillez prendre en parallèle l'original dans l'exemplaire en français en vous rendant sur la page " Accueil " puis en cliquant sur " livre " puis sur  " révélations de la fin des temps Tome 3 ", afin de vous rendre aux pages : 70 à 71

Ou rendez-vous sur le site de l'auteur où il explique toute la chronologie : 

http://www.apocalypse-revelations-bible.com/#!tableaudelachronologie/cg0g

1967 1995,2 5995,2

5967 ↓

La prophétie (Da.9:25 Darby) dit :"Depuis la sortie de la parole pour rétablir et rebâtir Jérusalem, jusqu'au
Messie, le prince, il y a sept semaines..."
Levy Eskhol gouvernait Israël lorsque le 8 Juin 1967, quelques heures après que l'armée israélienne eut prit
Jérusalem, Ben-Gourion affirmait : « Maintenant, nous contrôlons Jérusalem, ce qui suppose un événement des plus importants. Une des premières choses que nous avons à faire c'est de construire des quartiers, des colonies juives dans le quartier juif de la Vieille Ville. S'il y avait des maisons arabes vides, nous y mettrons des Juifs. Ce procédé est extensible aussi à Hébron. Je suis convaincu que les gens voudrons y aller ». Et ils
le voulaient. Les colons ont immédiatement appelé et exigé l'autorisation au Premier Ministre Eshkol, pour
construire des communautés dans ce que les juifs appellent Judée et Samarie.
Ce sont quatre décennies de faits accomplis de violation de la résolution 242 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. On n'a jamais perdu de temps. Simon Peres avait rédigé en septembre 1967, quels seraient les contours des politiques à appliquer au sein du parti qu'il avait crée avec son mentor Ben Gourion. Peres avait alors encouragé la construction de quartiers au nord, au sud et à l'est de Jérusalem, et ajoutait :« les lieux
qui ont été abandonnés en 1948 seront rénovés », et cela fut fait.


1971,3
1974 1974


Pourquoi 2015 pour l'enlèvement? Car 1967 +49 =2016 années prophétiques soit septembre 2015,3 ( en années juliennes). En effet, 7 semaines d'années ou 49 années prophétiques de la prophétie de Daniel 9:25, correspondent à 48,3 années juliennes
→ 1967 + 48,3 = 2015,3. La parole a été annoncée le 8 juin 1967 pour rebatir Jérusalem et 48,3 ans années juliennes correspondraient à septembre (Tishri).

SEPT. LE JOUR DE CHRIST SUIVI DU JOUR DE L'ETERNEL
2015 2044 49 ans soit 7 semaines de la 2ème phase de la prophétie de Daniel

2016

5994,9

"jusqu'au Prince Messie" Da.9:25 = enlèvement de l'Eglise

La fê te d e s T ro m p e tte s ( la Rosh Hashanah juive) est associée à l'Enlèvement de l'Eglise (1 Thess 4:15-16; 1Co.15:50-52; Nb 10:1-7…) (voir Partie IV chap.2, argment n°7)
En principe elle est célèbrée le 1er jour du 7ème mois de Tishri (sept.)

_2015 "le jour de l'Eternel" débute aussitôt après "le jour de
Christ" accompli (l'enlèvement).
_ 2016 La chronologie fait apparaître clairement que la dernière semaine de Daniel 7 ans commence peu de temps (quelques semaines) après l'enlèvement au moment de l'alliance de l'Antichrist, car elle doit durée 7 x 360 Jrs ou 1260 x 2 = 2520 jrs (7 ans)

_ 2016 Alliance avec Israël et la toute la Palestine d'un chef qui
viendra (l'Antichrist) pour la reconstruction du 3e temple (Da
9:27)
DEBUT DE LA 70e SEMAINES DE DANIEL ET DES TRIBULATIONS.

 FI N

2022
7 ans la dernière semaine de Daniel

2019 vers milieu 2019 : 1/2 de la semaine de Daniel soit après 1260jours
, l'alliance est rompue par l'Antichrist. L'abomination par l'Antichrist prophétisée par Daniel (9:27) dans le sanctuaire se proclamant Dieu.
DEBUT DE LA GRANDE TRIBULATION PENDANT 3,5ANS.

FIN 2022 FIN DE LA DERNIERE SEPTANTE 70e SEMAINE DE DANIEL
FIN DE LA TRIBUTION LE RESTE D'ISRAÊL RELEVE ET RESTAURE
ACCOMPLISSEMENT DES PROPHETIES (Os.4:6...)
ISRAÊL RETABLI
Après les 7 ans de Tribulation de la 70e sem. De Daniel
LA 7e TROMPETTE = 7 COUPES DE L'APOCALYPSE PENDANT 1 MOIS
A suivre HARMAGUEDON
RETOUR SUR TERRE DU ROI GLORIEUX JESUS CHRIST
2022 2052 6000,0
2024 2023 2024,0 6001,0
DEBUT 2023 GRAND JUBILE 6000 ACCOMPLIS + 120 JUBILES (VOIR 120 ans MOISE)
1971,3-1967=4,3ans + 3 ans pour faire 7,3 ans dernière pour la 70e de Daniel
AJ AB
8-j ui n
1967
essie P
La parole annoncée JERUSALEM 1995,2 5995,2
49 ans (AB) ou 48,3 (AJ) jusqu'au M rince
1967 à 2016 années prophétiques
1967 à 2015 années juliennes
1971
Calendrier Jul → → 1974
rectifié et ajusté par rapport

 FIN

2022
à la naissance du Christ

SEPT.
2015
2016

 2019

FIN
2022
2044
5994,9 7 ans la dernière semaine de
Daniel

FIN 2022/ DEBUT 2023
RETOUR DU ROI CHRIST 2052 6000,0
SUR TERRE ET ETABLISSEMENT DE SON ROYAUME = MILLENIUM

71

La première preuve irréfutable par la chronologie :


Nous avons la certitude d’après la chronologie inspirée qu’à partir d’Adam jusqu’à Darius 1er et Artaxerxés nous avons toutes les références bibliques qui attestent la véracité des Ecritures. Ainsi la date de 445 av J.C. s’avère juste et même attestée par les historiens. Ce qui signifie que la différence des 51 ans se situerait entre la 20ème année d’Artaxerxés et la mort de Christ, car la prophétie de Daniel donne 434 ans (62 semaines d’années) et non 483 ans (69 semaines). Au final, nous avons donc d’Adam à la naissance de Jésus-Christ, non pas
4000 ans, mais bien 4000 – 51 ans soient 3949 ans.

Explication brève des 51 ans : Si nous prenons la date du Christ retranché (de sa mort) de la prophétie de (Daniel 9 : 26) et que nous déduisons les 62 semaines, soit 434 ans bibliques ou 427,77 ans Juliens, nous obtenons le résultat suivant : 434 ou 427,77 (années juliennes) – l’an 33 = 394,77 (année juliennes) pour la date du départ du décret, date de la 20ème année d’Artaxerxés. Nous avons bien une différence avec 445 (date retenue par les historiens) moins les 394,77 (réf. Biblique) = 50,23 ans. Et 50,23 années Juliennes correspondent exactement à 51 ans du calendrier biblique.

 

La preuve de ce résultat qui constitue ma première preuve irréfutable de l’année du : « Jour de Christ » est la suivante :

2000 ans bibliques convertis en années juliennes = 1971,3 ans que l’on rajoute à la différence des 50,23 ans (voir plus en détail ci-dessous dans l’explication de la 1ère phase de Daniel) font bien : 2022. Autrement dit : l’an
2022 totalise bien les 6000 ans. Car 1971,3 = 2000 ans bibliques et 50,23 années juliennes = 51 ans bibliques. Donc au final 3949 ans (antérieurs à Jésus) + 51 ans + 2000 ans = 6000 ans.

Conclusion :

L’an 2022 sera l’an 6000 depuis Adam. Et si l’on veut connaître l’année du « Jour de Christ » - qui doit avoir lieu avant le commencement de la Tribulation comme expliqué dans les deux précédentes parties et le Tome 2 - il faut retrancher les 7 ans de la Tribulation (la dernière semaine de Daniel : la 70ème). On a donc 2022 – 7 = 2015, année le l’Enlèvement de l’Eglise, confirmée par toutes les autres preuves.

Je réitère ma recommandation, si vous ne comprenez pas tout, considérez d’abord toutes les autres preuves dans l’ordre et vous aurez toujours la possibilité de revenir sur l’une ou l’autre des preuves ultérieurement.

 

 

 

 

    II) Deuxième preuve : la formidable prophétie de Daniel

 

II.1) Les 70 semaines d’années de Daniel (Da. 9 : 24-27 version Darby)


    24. « Soixante-dix semaines ont été déterminées sur ton peuple et sur ta sainte ville, pour clore la transgression, et pour en finir avec les péchés, et pour faire propitiation pour l'iniquité, et pour introduire la justice des siècles, et pour sceller la vision et le prophète, et pour oindre le saint des saints.

    25. Et sache, et comprends : Depuis la sortie de la parole pour rétablir et rebâtir Jérusalem, jusqu'au Messie, le prince, il y a sept semaines et soixante-deux semaines ; la place et le fossé seront rebâtis, et cela en des temps de trouble.

    26. Et après les soixante-deux semaines, le Messie sera retranché et n'aura rien ; et le peuple du prince qui viendra détruira la ville et le lieu saint, et la fin en sera avec débordement ; et jusqu'à la fin il y aura guerre, un décret de désolations.

    27. Et il confirmera une alliance avec la multitude pour une semaine ; et au milieu de la semaine il fera cesser le sacrifice et l'offrande ; et à cause de la protection des abominations il y aura un désolateur, et jusqu'à ce que la consomption et ce qui est décrété soient versés sur la désolée. »

Au verset 24, les 70 semaines nous sont présentées dans leur ensemble, leur totalité, comme point de repère pour le peuple d’Israël et sa ville sainte Jérusalem, la plaçant au centre des événements à venir. A remarquer que cette notion de temps mise en évidence est très importante, car à partir de son début elle détermine le temps jusqu’à son point d’arrivée qui marque la fin de quelque chose. Il nous faut commencer par déterminer en quoi consiste ce point d’arrivée. La prophétie est très claire quant au but à atteindre :

    «… Soixante-dix semaines sont déterminées sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour enfermer la rébellion, pour sceller les péchés, pour expier l'iniquité, pour amener la justice éternelle, pour sceller la vision et le prophète, et pour oindre le Saint des saints» (Ostevald).
Cela signifie que la fin de la 70ème semaine est en rapport avec l’accomplissement de tout ce qui est énuméré ci-dessus, en gardant bien à l’esprit qu’à ce moment-là le peuple d’Israël en aura fini avec la transgression et le péché, pour sceller la vision et oindre le Messie, et quel sera ce moment selon vous ? Au retour du vrai Messie Jésus Christ sur terre bien évidemment ! Ainsi les 70 semaines doit conduire jusqu’à la fin des 6000 ans.

 

Les trois versets suivants exposent en détails les trois étapes de cette prophétie (à inclure dans le contexte prophétique en fonction du temps). Pour une meilleure compréhension, il ne faut donc pas la prendre dans l’ordre du texte ou des versets, mais plutôt dans la chronologie du temps, sachant que par ailleurs, dans l’original des Écritures Saintes, il n’y pas de versets numérotés, ni de ponctuation.

 

 

    Les trois phases différentes de la prophétie à situer dans la chronologie :


Les 70 semaines sont décomposées en trois événements distincts de :

62 semaines d’années + 7 semaines d’années + 1 semaine d’années = 70 semaines d’années.

Démonstration qu’1 semaine prophétique = 7ans


    « …et le peuple du prince qui viendra détruira la ville et le lieu saint, et la fin en sera avec débordement ; et jusqu'à la fin il y aura guerre, un décret de désolations.

Et il confirmera une alliance avec la multitude pour une semaine ; et au milieu de la semaine il fera cesser le sacrifice et l'offrande ; et à cause de la protection des abominations il y aura un désolateur, et jusqu'à ce que la consomption et ce qui est décrété soient versés sur la désolée. »

 

Le chef d’un peuple qui viendra (nous savons qu’il s’agit de l’Antichrist puisque cette partie de la prophétie n’est pas encore accompli), doit faire une alliance pour 1 semaine qui concerne le peuple juif, car à l’issue de la moitié de la semaine l’Antichrist la rompra pour commettre l’abomination (de s’assoir dans le temple). Et nous savons que la grande tribulation au moment où l’abomination doit être consommée jusqu’à sa fin doit durer 42 mois (3,5ans) et qu’elle concerne la moitié de la semaine, donc une semaine = 2 fois plus soit 7 ans

 

Sachant qu’une semaine prophétique correspond dans la Bible à 7 ans dans le calendrier biblique. Cela est attesté par les versets suivants : ces 7 ans sont répartis en deux périodes de 3,5 ans chacune « Quarante-deux mois » (Ap. 11 : 2 + 13 : 5), ou encore 1 260 jours (Ap. 12 : 6 + 14) et appelée aussi « Un temps, des temps, et la moitié d’un temps » (Da. 7 : 25 + Apoc 12 : 14). En considérant tous ces textes avec attention, nous savons avec certitude que la dernière semaine équivaut à 7 ans, et qu’il devient évident que les 70 semaines de la prophétie de Daniel représentent 70 X 7 ans = 490 ans au total.

 

62 semaines d’années = 434 années bibliques = 427,77 années juliennes

7 semaines d’années = 49 années bibliques = 48,3 années juliennes

1 semaine d’années = 7 années bibliques = 7ans – 36 jours en années juliennes

 

 

 

 


Avant de détailler chacune des trois phases séparément, nous devons faire une mise au point sur les deux premières phases des 7 semaines et 62 semaines. Pour commencer, je dois vous rappeler avec insistance que dans l’original hébreu il n’y a pas de ponctuations : elles ont été rajoutées par la suite dans les différentes versions bibliques au gré des traducteurs. Cela n’est pas sans importance, car en comparant les autres versions on peut constater une différence. En effet, le fait de changer un tant soit peu une ou deux virgules, le sens du texte change entièrement.

Daniel 9 : 25

    «Et sache, et comprends : Depuis la sortie de la parole pour rétablir et rebâtir Jérusalem, jusqu'au Messie(,) le prince (,) il y a sept semaines et soixante-deux semaines; la place et le fossé seront rebâtis, et cela en des temps de trouble.» (Version Darby).

 

«Sache-le donc, et comprends ! Depuis le moment où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie(,) jusqu'à l'Oint (le Messie) au Conducteur (le Prince) il y a sept semaines; et dans soixante-deux semaines, les places et les fossés seront rétablis, mais en des temps fâcheux. » (Version Segond).


La version Segond traduit mieux ce verset, car en y ajoutant le (;) la seconde partie du verset est alors à considérée indépendamment du reste. Cela est cohérent car le verset suivant entérine les 62 semaines comme étant à différencier du reste (et non des 69 semaines (7+ 62) comme beaucoup l’ont suggéré !).

 

    V26 « Après les soixante-deux semaines, un Oint (le Messie) sera retranché, et il n'aura pas de successeur... »

 

Une fois distinguées les deux phases des 7 semaines et 62 semaines, il nous reste à rechercher le sens des deux déclarations en nous basant ce que la prophétie annonce, à savoir :

« Depuis le moment où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie, …» c’est la condition requise pour les deux événements : d’une part les 7 semaines et d’autre part les 62 semaines, mais avec en plus leur particularité propre.

Jusqu'au Messie le Prince il y a sept semaines.


2° Dans soixante-deux semaines, les places et les fossés seront rétablis, mais en des temps fâcheux. Après les soixante-deux semaines, le Messie sera retranché, et il n'aura pas de successeur…. »

Après avoir différencié les 7 semaines des 62 semaines de cette prophétie, nous nous appliquerons maintenant à approfondir les trois phases.

 


II.2) 1ère PHASE DE LA PROPHETIE DE DANIEL : les 62 semaines de Daniel


L’ordre des phases de la prophétie de Daniel que je vous propose ici est en cohérence avec la chronologie des événements dans la progression dans le temps. La première phase des 62 semaines est justifiée, parce qu’elle est la seule qui a été déjà réalisée, comme nous allons le voir. Tandis que la deuxième est en cours de réalisation et enfin la troisième est dans un futur très proche.

 

Les 62 semaines : concernent la première phase de la prophétie (V 25).


    « …Depuis le moment où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie… dans soixante-deux semaines, les places et la brèche seront rétablis, mais en des temps fâcheux. (V26) Après les soixante-deux semaines, le Messie sera retranché, et il n'aura pas de successeur…. »

 


Elle commence avec une déclaration en rapport avec Jérusalem pour sa reconstruction et tout particulièrement comme il est souligné dans le texte la réédification de la muraille et de ses fondements. Quelle est donc cette déclaration ?

Tout d’abord nous avons une indication des plus importantes : elle se situe forcément entre le prophète Daniel, (qui était retenu captif par le premier empire universel sous Nebucadnetsar), et la mort du Messie. Suite à la destruction de Jérusalem et de son premier temple annoncé par Jérémie (39 : 2 ; 52 : 12 et 2 Roi 8 : 9), lorsque la brèche fut faite et la ville détruite à la 11ème année du roi Sédécias (en l’an -586, année julienne) par Nebucadnetsar.

Voici ce le prophète Esaïe prédit :

    «Je dis de Cyrus : Il est mon berger, Et il accomplira toute ma volonté ; Il dira de Jérusalem : Qu'elle soit rebâtie ! Et du temple : Qu'il soit fondé ! » (Es.44 : 26).

   Néhémie 2 : 1 - 7 : " Au mois de Nisan, la vingtième année du roi Artaxerxès, comme le vin était devant lui, je pris le vin et je l’offris au roi. Jamais je n’avais paru triste en sa présence. Le roi me dit : Pourquoi as-tu mauvais visage ? Tu n’es pourtant pas malade ; ce ne peut être qu’un chagrin de cœur. Je fus saisi d’une grande crainte, et je répondis au roi : Que le roi vive éternellement ! Comment n’aurais- je pas mauvais visage, lorsque la ville où sont les sépulcres de mes pères est détruite et que ses portes sont consumées par le feu ? Et le roi me dit : Que demandes-tu ? Je priai le Dieu des cieux, et je répondis au roi : Si le roi le trouve bon, et si ton serviteur lui est agréable, envoie-moi en Juda, vers la ville des sépulcres de mes pères, pour que je la rebâtisse. Le roi auprès duquel la reine était assise, me dit alors : Combien ton voyage durera-t-il, et quand seras-tu de retour ? Il plut au roi de me laisser partir, et je lui fixai un temps. Puis je dis au roi : Si le roi le trouve bon, qu’on me donne des lettres pour les gouverneurs de l’autre côté du fleuve, afin qu’ils me laissent passer et entrer en Juda "

 

Pour l’accomplissement de la première phase des 62 semaines de la prophétie de Daniel, il nous faut donc chercher une déclaration pour la reconstruction de Jérusalem, sous le deuxième empire universel : celui de Cyrus. Et le décret royal donné par Artaxerxés 1er coïncide parfaitement en tout point, avec la prophétie de Daniel, car ce roi fait partie du deuxième empire mondial (ce qui cadre avec la prophétie d’Esaïe). Le décret mentionné dans Néhémie par le roi Artaxerxès (Néh. 2: 1-7) est le seul qui corresponde à la reconstruction de la muraille de Jérusalem et vient compléter celui promulgué par Darius dans Esdras 6 et 7 qui confirme l'Edit de Cyrus pour le temple et la ville. Grâce à ce décret précisément, il est possible de déterminer le début de la prophétie des 70 semaines de Daniel qui est la vingtième année du roi Artaxerxès en l’an -
445 qui se trouve dans Néhémie et non la septième année dans Esdras.
En effet, le décret du livre d’Esdras concerne le 2e temple pour permettre la glorification du seul Dieu vivant et tout ce qui regarde l’instauration de la loi pour le peuple d’Israël (Esdras 7 : 1-28) et n’a aucun rapport avec la prophétie de Daniel comme quelques-uns le prétendent.


Non seulement nous connaissons maintenant le début des 62 semaines, mais en plus le verset 26 nous donne avec précision le point d’arrivée : « Et après les soixante-deux semaines, le Messie sera retranché et n'aura rien (pas de successeur) » = jusqu’à la mort de Christ. Dan 9 : 26.
Et si nous mettons notre foi en la Parole de Dieu pour aboutir à la mort de Christ en appliquant uniquement les 62 semaines comme le stipule la prophétie (434 ans en années bibliques) et non les 69 (483 ans AB), nous obtiendrons une chronologie complètement différente que celle proposée jusqu’à maintenant par les théologiens et historiens.

Explication : en années juliennes, depuis le décret de la 20e année d’Artaxerxés au mois de Nisan (mars-avril) en – 445 (date officielle selon les historiens) jusqu’à la mort de Christ datée en avril de l’an 33 (AJ), il y a exactement 445 + 33 = 478 ans, auxquels il faut rajouter 1 an, car l’an 0 n’existe pas ; en effet, les historiens passent de l’an - 1 à + 1, soit 1 an de plus. Nous arrivons à un total de 479 ans. Les historiens se sont basés sur cette date, car les théologiens ont cru qu’il fallait considérer les 69 semaines (62+7) soit les 483 ans, car en les convertissant cela donne 476 ans + les 3 ans de décalage avec la datation de la naissance du Messie et on arrivait bien au résultat. Mais tout cela est faux, et c’est pour cette raison que toutes les prédictions n’ont pas abouti jusqu’à ce jour. C’est après beaucoup de prières et de longs jours de réflexions que le Seigneur m’a révélé ces choses, et sans le concours de l’Esprit de Vérité je n’y serais pas arrivé. C’est en mettant la foi dans la Parole de Dieu qui prévoit et affirme 62 semaines et non 69 semaines hypothétiques. C’est pourquoi le mode de calcul doit se faire sur la base des 62 semaines prophétiques :

 

62 semaines d’années = 62 x 7 = 434 ans (AB) soit : (434 x 5,2422 / 365,2422) - 434 = 427,77 années juliennes.

Nous avons donc le résultat suivant : 479 – 427,77 = 51,23 ans de différence par rapport à la date de départ donnée par les historiens, ce qui se justifie de la façon suivante :

Le décret concernant les 62 semaines commence sous Artaxerxés mentionné dans Néhémie 2 : 5-8 pour la reconstruction de la muraille, c’est-à-dire en -445 (années juliennes), et la prophétie spécifie bien : " jusqu’au retranchement du Messie " = de Sa mort. Or si nous tenons compte des données certaines de la Bible qui nous donne le moyen certain de connaître la date de la mort de Christ, nous pourrons remonter à la source de la 20e année du décret d’Artaxerxés grâce aux 434 ans prophétiques. En effet, nous savons d’après Luc que Christ avait environ 30 ans à la 15ème année de Tibère soit en l’an 29 Julien, et que Son ministère a duré 3,5 ans, ce qui nous donne l’âge de Sa mort 33,5 ans et l’année de Sa crucifixion en avril de l’an 33, puisque c’était la Pâque à 2 sabbats (d’autres références bibliques l’attestent par rapport à Sa naissance).

Si donc nous prenons la date du Christ retranché (de sa mort) de la prophétie de Daniel 9 : 26 et que nous déduisons les 62 semaines soit 434 ans bibliques ou 427,77 ans Juliens, nous obtenons le résultat suivant : 434 ou 427,77 (année juliennes) - l’an 33 = 394,77 (années juliennes) pour la date du départ du décret, date de la 20ème année d’Artaxerxés. Nous avons bien une différence avec 445 (date retenue par les historiens) moins les 394,77 (réf. Biblique) = 50,23 ans.

Autres modes calculs :
En l’an -445 il y a eu depuis Adam 3555 ans d’histoire qui se sont écoulées et justifiées par la chronologie inspirée (voir chronologie Tome 2). Sauf que si l’on considère qu’en réalité ces 3555 ans ont été extraites des données bibliques, pour être cohérent il faut leur enlever le nombre d’années bibliques de différence. Or le miracle est justement là, → (3555 x 5,2422 = 18636 jours / 365,2422 = 51 ans) les 51 ans de différence se retrouvent en convertissant les 3555 années juliennes en années bibliques. Par conséquent, au lieu des -445 pour la 20ème année d’Artaxerxés nous avons bien en réalité 445-51= 394.

 

1°) Première méthode de calcul : en années juliennes


La première façon consiste à soustraire 445 ans du début du décret – 51 ans de différence de la chronologie = 394 (Av.J.C) est l’année que les historiens auraient dû prendre en considération s’ils avaient tenu compte du décompte de l’histoire depuis le commencement en années bibliques.

Puis convertir les 62 semaines d’années bibliques en années juliennes soit 62 x 7 = 434 ans(AB) = 427,87 (AJ).

Pour finir, il reste à rajouter les 427,87 aux -394 = 33,87. Ce qui confirme d’une manière extraordinaire la véracité non seulement de la prophétie de Daniel, mais également la date de la mort de Christ qui est unanimement reconnue par les historiens, savoir en Avril de l’an 33 de notre ère du calendrier Julien.

 

2°) Deuxième façon de calculer : en années bibliques

L’an -445 années juliennes toujours en référence depuis le décret, correspondent à 451,4 (AB*) – les 51 ans de différence, ce qui nous ramène en l’an - 400,4 (années bibliques) auxquelles on rajoute les 434 ans soit : l’an
33,6.

    *AB= année biblique ou prophétique

Complément d’explication pour le décalage des 51 ans.


Nous venons de voir l’explication du décalage des 51 ans dans la chronologie qui était dû au fait que les historiens ont pris en référence le calendrier Julien et non le calendrier biblique. Mais ce n’est pas tout, car les 51 ans existent bien dans la chronologie, sauf qu’ils n’étaient tout simplement pas à leur place, il faut donc les remettre à leur véritable endroit. Et pour cela il nous faut savoir à quoi ils correspondent exactement : et le Seigneur m’a montré que les 51 ans étaient répartis en 49 ans pour les sept semaines de Daniel + 2 ans d’erreur du calendrier Julien.

 

    1) Voici l’explication des deux ans de décalage :
Cette datation a été calculée en se basant sur le Liber de Paschate 1 de Denys le Petit, publié vers 525 ; il avait été chargé par le chancelier papal Bonifacius de concevoir une méthode pour prévoir la date de Pâques selon la « Règle Alexandrine ». Cette règle avait été transcrite dans des tables (dites latines) préparées vers 444 par un subordonné de l'évêque Cyrille d'Alexandrie. Ces tables couvraient des périodes de 95 ans (ou cinq cycles de 19 ans du grec Méton) et dataient les années selon le calendrier dit de l'ère de Dioclétien dont la première année est notre année 285.

Jusque-là, la date de naissance de Jésus reposait sur l'indication de l'évangéliste Luc : Jésus avait 30 ans en l'an 15 de Tibère (an 28/29 du calendrier actuel). Clément d'Alexandrie faisait coïncider cette datation avec la
28ème année suivant la prise d'Alexandrie par Auguste (c'est-à-dire en l'an -2 du calendrier actuel), Hippolyte de Rome et l'historien Orose avec l'année 752 Ab Urbe Condita (an -2 du calendrier actuel), Eusèbe de Césarée avec la 42ème année d'Octave/Auguste (an -2 du calendrier actuel).

En 525, Denys ajouta un cycle de 95 ans à partir de l'année 247 de l'ère de Dioclétien là où s'arrêtaient les tables alexandrines qu'il avait en sa possession, (c'est-à-dire à partir de 285 + 247 = 532 de notre calendrier actuel). Mais il décida en même temps de modifier l'année du début du calendrier pour ne plus se référer au calendrier de Dioclétien, empereur qui avait sévèrement persécuté les Chrétiens. Il déclara donc que l'année où il réalisait ce complément aux tables d'Alexandrie était l'année 525 après l'Incarnation du Christ, qui devenait l'année de départ du nouveau calendrier.

Denys le Petit prit comme jour de départ le 25 mars (jour de l'équinoxe de printemps dans le calendrier julien initial) de l'année 753 ab urbe condita (calendrier romain), parce qu'elle offrait une coïncidence avec la Nouvelle Lune de Printemps. En effet, cette année-là, qui correspond à l’an -1 du calendrier actuel, soit l'an 0 sur l'échelle des astronomes, la nouvelle lune de printemps se produisit le 24 mars à 11 h 28 TU. Les années proches n'offraient pas cette coïncidence.

Depuis le IVe siècle l'Annonciation, fête de l'Incarnation, était commémorée le
25 mars. Aussi Denys le Petit n'hésita pas à sacrifier la rigueur des repères donnés par l'évangéliste Luc, à une coïncidence astrale. Son calendrier des dates de Pâques, approuvé par le pape Jean II en 533, servit à déterminer la nouvelle ère qui devait succéder à celle de Dioclétien. La naissance de Jésus s'en trouvant reportée au 25 décembre 753, l'an 1 de l'Anno Domini fut aligné sur l'année julienne 754 ab urbe condita, commençant le premier janvier (les années commençaient le 1er janvier à Rome depuis six siècles) qui tombe donc le jour de la circoncision du Christ, puisque les Juifs circoncisent les garçons une semaine après leur naissance. Le calendrier de Denys ne fut cependant pas adopté immédiatement et on continua, même à Rome, à utiliser le calendrier de Dioclétien (Anno Diocletiani) jusqu'au VIIIe siècle.

Anno Domini est abrégé en A.D. Ce terme est utilisé par les anglophones pour caractériser les années postérieures à cette naissance dans le calendrier julien puis le grégorien. En français, on parle des années après Jésus-Christ (« apr. J.- C. » en abrégé). Dans les textes anciens, on retrouve la locution après Notre- Seigneur Jésus-Christ (apr. NSJC).

En France, elle sera utilisée à partir du VIIIe siècle. À cette époque, Bède le Vénérable avait introduit son usage dans le monde anglo-saxon et à cause de la grande renommée de Bède, il se répandit dans tout l'Occident chrétien.

Inversement aux années « A.D. », les Anglo-Saxons parlent des années « B.C. » (before Christ) ou « B.C.E. » (before Christian Era ou Before Common Era) pour les années qui précèdent l’Anno Domini. Les francophones parlent d’années avant Jésus-Christ (« av. J.-C. » en abrégé). Il existe aussi la forme « av. NSJC » pour avant Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Le calendrier grégorien est employé par la majeure partie du monde, qui utilise de fait une datation faisant référence au christianisme.

L'ère chrétienne basée sur le calendrier de Denys le Petit offrait donc deux ans de retard sur les repères chronologiques de l'évangile de Luc et les correspondances proposées par les historiens de l'Antiquité, ce qui fait 3 ans pour le calcul en astronomie.

En effet, il n'existe pas d'an 0 dans l'ère chrétienne (Anno Domini). L’usage du nombre 0 en Europe est postérieur à la création de l’Anno Domini. On passe donc directement de l’an 1 av. J.-C. à l’an 1 ap. J.-C.. Ainsi 1er janvier 1 marque le début de la première année, de la première décennie, du premier siècle, du premier millénaire de l'ère chrétienne, qui finissent respectivement le 31 décembre 1, le 31 décembre 10, le 31 décembre 100, le 31 décembre 1000. Ainsi le XXe siècle et le IIe millénaire se sont achevés le 31 décembre 2000 ; le IIIe millénaire et le XXIe siècle ont commencé le 1er janvier 2001.

 

 

    2) L’explication des 49 ans due aux sept semaines de Daniel.

Au verset 25 de Daniel 9, le point de départ de la 70e semaine est marqué par une déclaration concernant la reconstruction et la restauration de Jérusalem. On a souvent additionné à tort les deux premières phases pour faire 69 semaines, car la somme en années correspondait à 69 x 7 = 483 ans, soit 476,1 années juliennes, couvrant ainsi la période de - 445 jusqu’à la mort de Christ à 2 ans près.

Seulement ce n’est pas du tout ce que dit la prophétie : les deux phases de (7 x 7 ans = 49 ans) et (62 x 7 ans = 434 ans) sont bien à différencier, car elles sont bien séparées et distinctes selon les Ecritures. S’il y avait 69 semaines, Daniel n’aurait pas distingué les 7 semaines des 62 semaines, mais il aurait écrit : 69 semaines et ce n’est pas le cas du tout. Les 69 semaines n’apparaissent aucune fois dans la prophétie. Et comme nous allons le voir ci-dessous la chronologie est en décalage également de 49 ans qui ne sont pas accomplis lors de cette période, mais elles appartiennent à la fin des temps et sont même en cours de réalisation.

 

 

 


II.3) 2ème PHASE DE LA PROPHETIE DE DANIEL :

 

Les 7 semaines d’années (= 49 ans) doivent débuter selon le verset 25 :

    « Depuis la sortie de la parole pour rétablir et rebâtir Jérusalem », pour aboutir « Jusqu'au Messie, le Prince, il y a sept semaines » (Da.9 : 25).

Tout d’abord nous devons tenir pour acquis que ces 7 semaines d’années n’ont rien à voir avec les 62 semaines, comme nous l’avons vu précédemment. En effet, les 7 semaines commencent par un autre décret : une déclaration concernant cette fois-ci la restauration et la reconstruction de la ville sainte devant aboutir impérativement à la venue du Messie exprimée par l’expression ici utilisée : « Jusqu ’au Messie ».

Or, le décret d’Artaxerxés dans Néhémie 2 : 8 concernant les 62 semaines, porte uniquement sur le redressement des murailles de la ville et devait aboutir (comme cela a été le cas) à la mort du Christ.

Il se trouve que cette annonce de la prophétie de Daniel (des 7 semaines) ayant trait à la reconstruction de la ville (Jérusalem) n’est mentionnée nulle part dans les Ecritures, cela est d’autant plus évident qu’elle doit aboutir à la venue du Prince. En conséquence cette prophétie appartient à la fin des temps, et cela signifie qu’elle est soit en cours d’accomplissement ou qu’elle reste à venir.

Pour découvrir cette période qui est concernée par la prophétie de cette deuxième phase, des 7 semaines soit 49 ans, il faut tenir compte des deux éléments qui la caractérisent, savoir :

Premièrement : la déclaration concernant la réédification de la ville sainte : Jérusalem.

Deuxièmement : les sept semaines (49 ans) doivent s’achever à la Venue du Messie - et la question est de savoir de quelle manifestation il s’agit -.

 

Pour le premier point, il suffit de consulter la chronologie : en 1967, durant la guerre des Six Jours, lors de la réunification de Jérusalem, et de prendre connaissance de cette déclaration de Ben Gourion qui avait déjà proclamé l’indépendance de l’État d’Israël en 1948. Quant au décret de Shimon Peres en septembre 1967, il vient confirmer la première déclaration de Ben Gourion (voir chronologie). Et là, en l’occurrence, ce n’est pas le décret qui importe, mais bien la déclaration de Ben Gourion, car c’est « Depuis la sortie de la parole… » que s’accomplit la prophétie. La date à retenir est donc le 8 juin 1967, car c’est par elle que débutent les 49 ans de la prophétie jusqu’au Messie.

Voici le décret qui est en rapport avec la prophétie du verset juste ci-dessus :

Levy Eskhol gouvernait Israël lorsque le 8 Juin 1967, quelques heures après que l'armée israélienne eut pris Jérusalem, Ben-Gourion affirmait : « Maintenant, nous contrôlons Jérusalem, ce qui suppose un événement des plus importants. Une des premières choses que nous avons à faire c'est de construire des quartiers, des colonies juives dans le quartier juif de la Vieille Ville. S'il y a des maisons arabes vides, nous y mettrons des Juifs. Ce procédé est extensible aussi à Hébron. Je suis convaincu que les gens voudront y aller »…... Simon Peres avait rédigé en septembre 1967, quels seraient les contours des politiques à appliquer au sein du parti qu'il avait créé avec son mentor Ben Gourion. Peres avait alors encouragé la construction de quartiers au nord, au sud et à l'est de Jérusalem, et ajoutait : « les lieux qui ont été abandonnés en 1948 seront rénovés », et cela fut fait.

Je précise que cette citation est tirée d’un journal palestinien du 29 mars 2010 : « Info-Palestine.eu ; Proche-Orient.net ». Il visait à dénigrer les juifs. Vu l’importance de cette déclaration pour les croyants Dieu a permis que cette information provienne d'un pays hostile à la nation d’Israël pour la rendre d’autant plus crédible. En effet, ce journal n’était pas au courant de l’importance de ce décret annoncé par Daniel - comme du reste le monde entier - ce qui rend cette information encore plus fiable, et tend à prouver que la prophétie de Daniel est en cours d'accomplissement. Cette annonce est en tous points conforme au verset 25 du chapitre 9 de Daniel qui annonce la reconstruction de Jérusalem, car il n’y a pas eu, de mémoire d’homme, un autre décret depuis la destruction en l’an 70 du temple et de sa ville par l’empire romain. A préciser que le quartier de la vieille ville ainsi nommé est identifié comme la Jérusalem antique où se trouvaient les deux premiers temples, et où se situait toute l’histoire ancienne de la Tribu de Juda, de David, de Salomon etc. Jérusalem était divisée en deux jusqu’en 1967, la partie Ouest appartenant à l’état d’Israël et la partie Est à la Cisjordanie, dont la vieille ville qui était complètement délabrée. La guerre des six jours du 5 au 10 juin 1967 a permis à Israël - par l’intervention divine - de récupérer la partie Est de Jérusalem qui est devenue la capitale de la nation, bien que sa légitimité soit contestée par l’O.N.U.

Pour en revenir à la prophétie, si nous l’appliquons à la lettre, c’est bien la date « depuis la sortie de la parole… » par Ben Gourion qui est à prendre en compte et non le décret écrit par Simon Peres. Nous retiendrons donc que les sept semaines de la prophétie de Daniel ont commencé le 8 juin 1967, date à laquelle il faut donc rajouter les 49 ans (sept semaines d’années prophétiques).

Et au final, les 49 années bibliques converties en années juliennes correspondent à 48,3 ans que nous rajoutons à 1967 au mois de mai, et nous arrivons à cette nouvelle preuve de septembre 2015.

 

Le deuxième point à éclaircir est de déterminer de quelle Venue de Christ il est question. Il ne peut s’agir de Sa première Venue, puisqu’Il n’est pas apparu en tant que Prince (ou chef) comme le précise la prophétie « jusqu’au Prince Messie », mais en serviteur de Dieu (Ph. 2 : 6-8) ; de plus cette prophétie concerne la fin des temps. Nous pourrions en déduire qu’il s’agit de Son Retour sur terre pour établir Son Royaume millénaire comme certains l’ont suggéré, mais c’est également impossible, et cela pour plusieurs raisons. Une raison évidente est que si c’était le cas, à l’heure où je suis en train d’écrire ces lignes, nous serions entrés dans la phase de la Tribulation et ce n’est absolument pas le cas. C’est assurément la raison pour laquelle le Seigneur m’a conduit à écrire toutes les autres parties du livre, afin qu’il n’y ait pas de confusion possible à ce niveau. L’étude a démontré dans la partie IV par ses nombreux arguments que l’Enlèvement de l’Église doit précéder le « Jour de l’Éternel », suivi de la dernière semaine (la 70eme) de Daniel. Démonstration faite : 49 ans (AB) = 48,3 années juliennes que l’on rajoute à 1967 soit 2015,3. Cette date ne peut correspondre au Retour de Jésus sur terre parce qu’il faudrait déduire 7,3 ans, soit en l’année 2008, et qu’aujourd’hui nous sommes déjà en 2013. Après avoir procédé par élimination, il ne reste que l’Enlèvement de l’Église comme possibilité. Et cela est confirmé par l'expression : « Jusqu’au Prince Messie ». Voilà les références :

    « Vous avez fait mourir le Prince de la vie, que Dieu a ressuscité des morts ; nous en sommes témoins » (Ac. 3 : 15).

    « Dieu l'a élevé à sa droite, comme le Prince et Sauveur, afin de donner à Israël la repentance et la rémission des péchés » (Ac. 5 : 31).

    « Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut » (Hé. 2 : 10).

« Jean aux sept Eglises qui sont en Asie : que la grâce et la paix vous soient données de la part de celui qui est, qui était, et qui vient, et de la part des sept esprits qui sont devant son trône, et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le Prince des rois de la terre ! » (Apoc.1 : 4-5)

 

Le Prince et Sauveur de la vie et du Salut est le Prince que les chrétiens attendent avec persévérance. Mais alors, les 7 semaines de Daniel nous révèlent-elles la manifestation de l’Enlèvement de l’Église ? Oui, non seulement elles le révèlent clairement, mais elles sont restées tel un mystère caché aux yeux de tous jusqu’à ce jour, et dévoilé maintenant à la fin du temps à l’Église. Gloire et puissance à notre grand Dieu !

    II.4) 3ème PHASE DE LA PROPHETIE DE DANIEL :


    V26 « Le peuple d'un chef qui viendra détruira la ville et le sanctuaire, et sa fin arrivera comme par une inondation ; il est arrêté que les dévastations dureront jusqu'au terme de la guerre.
    V27 Il fera une solide alliance avec plusieurs pour une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice et l'offrande; le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu'à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur » (Dan.9 : 26-27).

La 70eme et dernière semaine de la prophétie de Daniel. Comme je l’ai déjà expliqué en partie IV Tome 2, elle concerne sans l’ombre d’un doute les 7 ans de la Tribulation, des dernières années des 6 000 ans. Au verset 27, la 70eme semaine, c’est-à-dire la dernière semaine de 7 ans, commencera au moment de la signature de l’alliance du dévastateur qui concernera une alliance de paix entre les pays arabes et Israël dont le descriptif contiendra essentiellement l’ouverture du chantier pour la reconstruction du 3ème temple. En effet, pour l’accomplissement de cette troisième et dernière phase de la prophétie de Daniel, il faut  impérativement un sanctuaire, puisqu’au milieu de cette semaine, le chef, l’homme impie, mettra un terme à cette alliance :

    «… il fera cesser le sacrifice et l'offrande ».


Cette expression (Korbanot תונברק), implique forcément la présence du Temple. Il s’imposera et se proclamera lui-même Dieu dans le temple par l’expression :

    « le dévastateur commettra les choses les plus abominables ». Cela est confirmé par Mat. 24 : 15 « C'est pourquoi, lorsque vous verrez l'abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, que celui qui lit fasse attention ! »


Il s’en suivra une persécution contre les Juifs (détails dans l’explication de la chronologie inspirée).
Cette 70ème semaine de Daniel correspond exactement à la Tribulation de la fin des temps. Le mot « tribulations » au pluriel dans les Écritures est désigné par des épreuves que le chrétien doit endurer durant son passage sur terre (Jean. 16 : 33 et Act. 14 : 22). Mais l’expression « la Tribulation » ou « la Grande Tribulation » au singulier se rapporte à une époque ultérieure faisant allusion à de grands troubles. Dans la Bible, elle correspond le plus souvent à la seconde moitié des 7 ans ; toutefois il est couramment admis de définir « la Tribulation » comme représentant la totalité de la 70eme semaine de Daniel, et « la Grande Tribulation » par la seconde moitié de cette même semaine (3 ans et demi). Cette période de 7 ans est clairement spécifiée dans les écrits prophétiques, scindée en deux parties comprenant chacune « Quarante-deux mois » (Ap. 11 : 2 + 13 : 5), ou encore 1 260 jours (Ap. 12 : 6) et appelée aussi « Un temps, des temps, et la moitié d’un temps » (Da. 7 : 25 + Apoc 12 : 14). La Tribulation commencera avec la 70eme semaine à partir de l’alliance de l’Antichrist contractée entre les différents antagonistes, avec Israël au centre des négociations et dont très certainement le contenu officiel comportera les autorisations de la construction du troisième temple (Cf. Da. 9 : 27, ou l’homme impie de 2 Th. 2 : 8). La Grande Tribulation commencera trois ans et demi après cette signature de l’alliance - qui ne sera évidemment pas respectée - (rien d’étonnant venant de la part de cet individu, puisqu’il est le mensonge incarné). Cette seconde moitié sera caractérisée par l’abomination dont parle le prophète Daniel (Da. 9 : 27 ; Mt. 24 : 15-25 et Mc. 13 : 14-19).

 

En conclusion de cette deuxième preuve, la prophétie de Daniel annonce par sa première phase la mort du Messie, tandis que la deuxième phase annonce Son Retour pour ceux qui L’attendent en tant que Prince. Et pour finir, la troisième et dernière phase suivra : le Jour de Christ. Elle concernera la Tribulation des 7 ans de la fin des temps du système de ce monde géré par les hommes. Nous prenons connaissance par cette deuxième preuve que la prophétie de Daniel nous précise l’année et le mois pour « le Jour de Christ », savoir septembre 2015.

Tableau récapitulatif des 3 phases de la prophétie de Daniel dans la chronologie.

 

Le tableau ci-dessous n'est donné que pour une compréhension globale permettant la traduction dans les différentes langues.

Pour examiner  les détails, veuillez prendre en parallèle l'original dans l'exemplaire en français en vous rendant sur la page " Accueil " puis en cliquant sur " livre " puis sur  " révélations de la fin des temps Tome 3 ", afin de vous rendre à la page : 91

 

Ou rendez-vous directement sur le site de l'auteur où il explique toute la chronologie :

 

http://www.apocalypse-revelations-bible.com/#!tableaudelachronologie/cg0g

AJ1 AJ2 AB2 AB1 règne 41 ans

3535 465 471,7 3528,3 420,7 ARTAXERXES 1er (-465 à -423) selon calendrier Julien
3536 464 470,7 3529,3 419,7 1
↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓
3555 445 451,4 3548,6 400,4 20 Début de la prophétie de Daniel des 62 s e m aine s prophétiques

 1ère phase de la prophétie de Daniel 9:25-26

62 semaines = 434 ans bibliques= 427,77 ans juliens Reconstruction de la Muraille et la ville de Jérusalem (Néh.2:1)
Alexandre le grand 3ème ROYAUME UNIVERSEL
4ème EMPIRE UNIVERSEL ROMAIN
↓ -3 Age NAISSANCE DE JESUS-CHRIST
↓ -2 1
37 -1

1 1 2
2 2
↓ ↓
13 ↓
1 14 Tibère Empereur (14 - 37)

 2000 ANS BIBLIQUES

A la pentecôte lors de la

↓ 32 33
↓ 33
↓ avril 33
↓ ↓

Baptiste à lâge d'environ 30 ans (Luc 3:23). Il débutera son ministère quelques mois après à Capernaüm (Mat.4:12-17)

fête des moissons , début de la dispensation de l'Eglise.

↓ ↓

↓ ↓
↓ 37


Jésus est mort sur la croix à l'âge de 33 ans
1/2 en avril de l'an 33, il aurait eu 34 ans
en septembre ou décembre ...

jeudi 8 juin 1967

Jérusalem la vieille ville reconquise par Israël

↓ 2ème phase de la prophétie de Daniel
↓ 9:25 en cours d'accomplissement
7 semaines = 49 ans bibliques


13/14 septembre 2015
Enlèvement de l'Eglise

49 ans soit 7 semaines de la prophétie de Daniel
"jusqu'au Prince Messie" = enlèvement de l'Eglise

3ème phase de la prophétie de Daniel
La 70e semaine de Daniel
1 semaine = 7 ans

FIN 2022 RETOUR SUR TERRE DU ROI GLORIEUX JESUS-CHRIST

   III) 3ème preuve : La tétrade → l’Alliance de l’homme impie et le 3ème Temple.

 


Par définition, une tétrade est un phénomène scientifique exceptionnel parce que rarissime. En astronomie (et non en astrologie) on parle de tétrade quand les éléments suivants sont réunis : deux éclipses totales de lune dans la même année, se reproduisant l’année suivante, soit quatre éclipses totales lunaires en deux ans. Depuis l’an 1 de notre ère, seulement 7 tétrades ont été observées, dont deux se sont produites au XXe siècle. Chose encore plus exceptionnelle, celles du XXe siècle + celle à venir sont toutes les trois associées aux Fêtes de l'Eternel (Lév. 23 : 2 + 4 + 37 + 44), marquant chaque fois un événement majeur prophétisé dans la Bible en rapport avec l’histoire d’Israël et annonçant la fin des temps.

Ce phénomène extraordinairement rare intervient à l'occasion d’un événement majeur et déterminant pour Israël avec, en plus, comme dénominateur commun la réalisation d’une prophétie biblique.

Les 3 dernières tétrades sont des phénomènes annonciateurs de la réalisation d’une prophétie biblique de la fin des temps.

 

III.1) Tétrade de 1949 / 1950 : réalisation des prophétie d’Esaïe et d’Ezéchiel

 

La première Tétrade du XXe siècle a eu lieu en 1949 / 1950 juste après la déclaration de l’indépendance de l’état d’Israël par Ben Gourion, le 14 Mai 1948, qui donna naissance à la nation d’Israël et du même coup à la réalisation de la prophétie d’Isaïe 66 :

    « 5 Ecoutez la parole de l'Eternel, Vous qui craignez sa parole. Voici ce que disent vos frères, Qui vous haïssent et vous repoussent A cause de mon nom : Que l'Eternel montre sa gloire, Et que nous voyions votre joie ! - Mais ils seront confondus. 6 Une voix éclatante sort de la ville, Une voix sort du temple. C'est la voix de l'Eternel, Qui paie à ses ennemis leur salaire.

    7 Avant d'éprouver les douleurs, Elle a enfanté; Avant que les souffrances lui vinssent, Elle a donné naissance à un fils. 8 Qui a jamais entendu pareille chose? Qui n’a jamais vu rien de semblable? Un pays peut-il naître en un jour ? Une nation est- elle enfantée d'un seul coup? A peine en travail, Sion a enfanté ses fils ! 9 Ouvrirais-je le sein maternel, Pour ne pas laisser enfanter ? dit l'Eternel; Moi, qui fais naître, Empêcherais-je d'enfanter ? dit ton Dieu ».

 Déclaration d'indépendance de l'État d'Israël

 

 

 L’événement, en 1949, ce sont les accords d'armistice israélo-arabes qui ont été signés en 1949 entre Israël et les pays voisins : l'Égypte, le Liban, la Transjordanie et la Syrie entre le 24 février et le 20 juillet 1949. Qui aurait cru, en effet, que le peuple d’Israël serait revenu sur la scène mondiale en tant que nation après presque 19 siècles d’absence ? Sachant que durant tout ce temps son territoire est resté un désert pour tous les occupants à travers les siècles, jusqu’au jour où le peuple juif est revenu en ces lieux pour apporter la bénédiction divine sur ces terres, qui désormais sont les plus riches de la planète.


Quand j’ai reçu dans mon esprit, de la part du Saint-Esprit, que chaque Tétrade était liée à la réalisation d’une prophétie, j’avais d’abord pensé à celle d’Esaïe que je viens de citer ci-dessus, mais elle était d’1 an antérieure à la Tétrade ! Mais il se trouve que j’en ai trouvé une autre qui correspond cette fois-ci à la date exacte de la Tétrade, c’est la prophétie d’Ezéchiel, dans Ez. 36 :


   « 1 Et toi, fils de l'homme, prophétise sur les montagnes d'Israël ! Tu diras : Montagnes d'Israël, écoutez la parole de l'Eternel ! 2 Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel : Parce que l'ennemi a dit sur vous : Ah! Ah ! Ces hauteurs éternelles sont devenues notre propriété ! 3 Prophétise et dis : Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel : Oui, parce qu'on a voulu de toutes parts vous dévaster et vous engloutir, pour que vous soyez la propriété des autres nations, parce que vous avez été l'objet des discours et des propos des peuples. 4 Montagnes d'Israël, écoutez la parole du Seigneur, de l'Eternel ! Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel, aux montagnes et aux collines, aux ruisseaux et aux vallées, aux ruines désertes et aux villes abandonnées, qui ont servi de proie et de risée Aux autres nations d'alentour ;

    5 Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel : oui, dans le feu de ma jalousie, Je parle contre les autres nations et contre Edom tout entier, qui se sont donné mon pays en propriété, avec toute la joie de leur cœur et le mépris de leur âme, afin d'en piller les produits.

    6 C'est pourquoi prophétise sur le pays d'Israël, dis aux montagnes et aux collines, aux ruisseaux et aux vallées : ainsi parle le Seigneur, l'Eternel : voici, je parle dans ma jalousie et dans ma fureur, parce que vous portez l'ignominie des nations. 7 C'est pourquoi ainsi parle le Seigneur, l'Eternel : je lève ma main ! Ce sont les nations qui vous entourent qui porteront elles-mêmes leur ignominie. 8 Et vous, montagnes d'Israël, vous pousserez vos rameaux, Et vous porterez vos fruits pour mon peuple d'Israël; car ces choses sont près d'arriver. 9 Voici, je vous serai favorable, Je me tournerai vers vous, Et vous serez cultivées et ensemencées. 10 Je mettrai sur vous des hommes en grand nombre, La maison d'Israël tout entière; Les villes seront habitées, Et l'on rebâtira sur les ruines. 11Je multiplierai sur vous les hommes et les animaux; Ils multiplieront et seront féconds; Je veux que vous soyez habitées comme auparavant, Et je vous ferai plus de bien qu'autrefois ; Et vous saurez que je suis l'Eternel. 12 Je ferai marcher sur vous des hommes, mon peuple d'Israël, Et ils te posséderont; Tu seras leur héritage, Et tu ne les détruiras plus.

22 C'est pourquoi dis à la maison d'Israël : Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel : Ce n'est pas à cause de vous que j'agis de la sorte, maison d'Israël ; c'est à cause de mon saint nom, que vous avez profané parmi les nations où vous êtes allés. 23 Je sanctifierai mon grand nom, qui a été profané parmi les nations, que vous avez profané au milieu d'elles. Et les nations sauront que je suis l'Eternel, dit le Seigneur, l'Eternel, quand je serai sanctifié par vous sous leurs yeux. 24 Je vous retirerai d'entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays, et je vous ramènerai dans votre pays » (Ezéchiel 36 : 1-12 et v 22-24).


En 1950, la Knesset (le parlement israélien) vote la loi du retour qui donne à tout Juif le droit d'immigrer en Israël.

 

III.2) La Tétrade de 1967 / 1968 : réalisation de la prophétie de Daniel


La seconde Tétrade de ce même siècle, en 1967 / 1968 (sachant que qu’une la précédente était séparée de 4 siècles), après la guerre des 6 jours, permit aux juifs de reconquérir Jérusalem Est, la vieille ville du quartier juif, qui est la Jérusalem antique. Cette guerre - dite des six jours - est non seulement importante pour Jérusalem, mais elle est aussi l’accomplissement de la formidable prophétie de Daniel concernant la deuxième phase des 7 semaines d’année, les 49 années bibliques (vu en 2ème preuve).

  


Pour vous remettre en mémoire la prophétie de Daniel 9 : 25 qui dit :

« Et sache, et comprends : Depuis la sortie de la parole pour rétablir et rebâtir Jérusalem, jusqu'au Messie, le prince, il y a sept semaines. »

Et c’est suite à la reconquête de Jérusalem Est, de la vieille ville, lors de la guerre des six jours que Ben Gourion (qui avait déjà déclaré l’indépendance de l’état d’Israël) a affirmé de sa bouche les paroles : « Maintenant, nous contrôlons Jérusalem, ce qui suppose un événement des plus importants. Une des premières choses que nous avons à faire c'est de construire des quartiers, des colonies juives dans le quartier juif de la Vieille Ville. S'il y a des maisons arabes vides, nous y mettrons des Juifs. Ce procédé est extensible aussi à Hébron. Je suis convaincu que les gens voudront y aller … ».

 

 

 

III.3) La tétrade de 2014 / 2015 : prophétie de Daniel → l’alliance de l’Antichrist et la construction du 3e Temple

 

 

Ce phénomène exceptionnel ne se produira qu’une seule fois au XXIe siècle et de même que nous l’avons observé par rapport aux deux Tétrades précédentes, nous pouvons nous attendre à un événement capital, en 2014 / 2015. Cet évènement sera forcément en rapport avec Israël, confirmé par les Ecritures, et ce que nous pouvons également rajouter avec certitude, c'est qu'il coïncidera avec l’accomplissement d’une prophétie de Daniel de la fin des temps. En effet, cette prophétie de Daniel concerne sa 3ème phase (vu en deuxième preuve) qui est l’apparition de l’Antichrist qui contractera l’Alliance avec Israël et marquera par-là, le début de la 70ème semaine.

Dan 9 :

    « Et le peuple du prince qui viendra détruira la ville (Jérusalem) et le lieu saint (le 3ème temple), et la fin en sera avec débordement; et jusqu'à la fin il y aura guerre, un décret de désolations. 27 Et il confirmera une alliance avec la multitude pour une semaine ; et au milieu de la semaine il fera cesser le sacrifice et l'offrande ; et à cause de la protection des abominations il y aura un désolateur, et jusqu'à ce que la consomption et ce qui est décrété soient versés sur la désolée » (Da.9 :26-27 Darby).

 


Un certain nombre de raisons nous assurent ce scénario :

1° Première raison : la prochaine Tétrade s’apparente exactement aux mêmes caractéristiques du phénomène exceptionnel - non seulement rarissime, mais également accompagné d’un événement majeur en rapport avec Israël - et correspondant de plus à la réalisation d’une prophétie biblique.


2° La prophétie de Daniel de la 70ème semaine est la dernière des semaines restantes, autrement dit, la troisième phase de cette prophétie, et doit nécessairement suivre la deuxième phase des 49 ans (ou 7 semaines) qui aboutissent au « Jour de Christ ».


3° Cette prophétie est la seule qui cadre parfaitement avec la chronologie, car au milieu de cette semaine, la désolation annoncée par Daniel s’accomplira. En effet, l’Antichrist va annexer Jérusalem, s’assiera dans le Temple pour commettre cette désolation. Mais tout cela suppose qu’auparavant le troisième Temple soit reconstruit (nous en reparlerons juste après), et c’est ce que doit justement comporter cette alliance que proposera cet inique personnage dont parle la prophétie - marquant de cette façon le commencement de cette dernière semaine -.


4° Il ne peut s’agir que d’un évènement important en rapport avec le figuier (Israël). Autant le dire de suite, il ne peut être question du Retour de Jésus-Christ sur terre comme certains l’ont cru, ayant avancé l’hypothèse de l’Enlèvement en 2008. La date de 2008 étant passée, nous pouvons affirmer que 2015 ne sera pas encore le Retour de Christ sur terre. Mais il reste encore un accomplissement de la Parole de Dieu au sujet du peuple d’Israël qu’il ne faut pas oublier : la réalisation du troisième Temple. Et sa mise en œuvre doit faire l’objet au préalable d’une alliance qui sera celle de l’Antichrist annoncée par la prophétie de Daniel. Et compte tenu de cette suite cohérente, les travaux du troisième Temple devraient commencer fin 2015, voir début 2016, pour durer vraisemblablement plus ou moins deux ans.

 

Récapitulons : les deux précédentes Tétrades sont caractérisées par un événement majeur en rapport avec Israël + l’accomplissement d’une prophétie - toujours pour Israël, de même que pour la Tétrade 2014 / 2015.

 

Tétrades                       Evénements                                                                      Prophéties

 

1949 /1950             Israël redevenue une nation en 1 jour                                   Esaie 66:5-8

                                 Loi de 1950 votée par le Knesset permettant                      Ezéchiel 36

                                 à tout juif d'immigrer en Israël

 1967/1968              Conquête de Jérusalem Est, la vieille ville                             Daniel 9:25

                                 appelée quartier juif                                                            Les 7 semaines 49 ans

2014/2015                Alliance de l'Antichrist                                                             Daniel 9:27

                                                                                                                        La dernière semaine de Daniel


       III.4) Une autre prophétie de Daniel 9 : 2 prévoit la date de la fin de la construction du 3ème Temple (une preuve dans la preuve)

 

Voici une autre prophétie de Daniel qui entérine cet évènement :


    « Moi, Daniel, je compris par les livres, que le nombre des années dont l'Éternel avait parlé au prophète Jérémie, pour finir les désolations de Jérusalem, était de soixante et dix ans ».(Da.9 : 2).

    V17 « Maintenant donc, ô notre Dieu, écoute la prière et les supplications de ton serviteur, et, pour l'amour du Seigneur, fais briller ta face sur ton sanctuaire dévasté !

    V18 Mon Dieu, prête l'oreille et écoute ! Ouvre les yeux et regarde nos ruines, regarde la ville sur laquelle ton nom est invoqué ! Car ce n'est pas à cause de notre justice que nous te présentons nos supplications, c'est à cause de tes grandes compassions.

 


Comme nous pouvons le constater, la chronologie fait apparaître sur le plan historique, plusieurs périodes de 70 ans. La plus significative, c’est cette prophétie à partir de la désolation (des ruines) de la ville de Jérusalem et du Temple par Nébucadnetsar (Jer.39 : 2 ; 52 : 12 et suivantes) en l’an -586 / - 585 jusqu’à l’achèvement du 2ème Temple, à la sixième année du règne de Darius 1er, il y a exactement 70 ans bibliques = 69 ans juliens. Mais le contexte donné dans cette prophétie du chapitre 9 de Daniel, relève davantage du caractère prophétique des évènements de la fin des temps. Si nous observons bien le texte, l’expression des désolations est au pluriel, comme s’agissant de plusieurs désolations à venir. Et l’histoire du peuple d’Israël a connu depuis, plusieurs cas de dévastations à l’exemple d'Antiochus Epiphane (sanctuaire souillé en sacrifiant une truie en 171-165 av J.C.), puis en l’an 70 de notre ère lors de la destruction du 2ème Temple. Mais celle qui correspond en tous points à cette prophétie de Daniel, et qui est l’exacte réplique de celle du temps d’Esdras, c’est cette nouvelle période actuelle des 70 ans. Nous savons effectivement que : “ L’Etat d’Israël est né en 1948 sur les ruines de la Palestine, qui a été rayée de la carte ”. Dès lors, si nous appliquons cette prophétie (qui porte sur la reconstruction du sanctuaire (Dan. 9 : 17) à la lettre, en prenant comme référence l’indépendance de l’état d’Israël le 14 Mai 1948, nous rajoutons à partir de cette date les 70 ans prophétiques (ou 69 ans juliens). Cela situe la fin des travaux du 3ème Temple courant 2017. Cette prédiction est certaine, car elle cadre intégralement avec le reste de la chronologie inspirée. Cela constitue, en soi, une preuve dans la preuve de la Tétrade à venir. Un autre détail intéressant est que le premier temple de Salomon a demandé 7 ans pour être construit, celui du temps d’Esdras, Zorobabel, Josué environ 2 fois moins de temps (mais il était loin d’égaler le premier) soit 3,5 ans. Il est fort probable que le Temple à venir demandera 18 mois de construction, ce qui correspond aux estimations des rabbins. Nous sommes tout à fait dans cette cohérence 2017 – 18 mois = fin 2015.

 

Ci-après chronologie relevant les différentes périodes bibliques de 70 ans.

 

Le tableau ci-dessous n'est donné que pour une compréhension globale permettant la traduction dans les différentes langues.

Pour examiner  les détails, veuillez prendre en parallèle l'original dans l'exemplaire en français en vous rendant sur la page " Accueil " puis en cliquant sur " livre " puis sur  " révélations de la fin des temps Tome 3 ", afin de vous rendre aux pages : 103 et 104

 

Ou rendez-vous directement sur le site de l'auteur où il explique toute la chronologie :

 

http://www.apocalypse-revelations-bible.com/#!tableaudelachronologie/cg0g

3391 609 618 3382 567 31 PREMIER EMPIRE UNIVERSEL BABYLONIEN

3392 608 617 3383 566 1 Joahaz règne 3 mois 2 R 23:31-34
3393 607 616 3384 565 1 Phaaron Néco
année Juliennes 2 Jojakim règne 11 ans
3395 605 614 3386 563 3 Nebucadnetsar (605-562) s i è ge Jé ru s a l e m ca l e n d ri e r Ba b yl o n i e n
1
3396 604 613 3387 562 4 1ère siège de Jérusalem (Da. 1:1-6) et 1ère déportation
3397 603 612 3388 561 5 2 les israilites de la race royale (dont Daniel et ses compagnons )
3398 602 611 3389 560 6 3 4ème de Jojakim = 1ère année de Nébucadnesar
3399 601 610 3390 559 7 4
3400 600 609 3391 558 8 5
3401 599 608 3392 557 9 6
3402 598 607 3393 556 10 7 2ème siège de Jérusalem et 2ème déportation (Jé.52:28)
3403 597 606 3394 555 11 8 Jechoniah (Jojakin) règne 3 mois 3023 juifs en exil
3404 596 605 3395 554 1 9 Sédécias règne 11 ans dernier roi de Juda
2 10
3 11
4 12
5 13
6 14
7 15
8 16 3ème et dernier siège de Jérusalem et 3ème déportation
588 9 17 832 juifs en exil (Jé.52:29)
3413 587 616 3384 565 10 18 Fin du Ministére de Jérémie
3414 586 615 3385 564 11 19 destruction du Temple et de Jérusalem
585 1 20 Jér.39:2 et Jér. 52: 12 et 2 R 24:8-12
2 21

(1) 1ère période de 70
ans relative à la prophétie de Jérémie: en 605
70 ans de captivité sous le premier Empire mondial de Babylone (Jér.25:1-3 et v12)

3 22
4 ↓
5 ↓
6 ↓
7 ↓
↓ ↓
↓ ↓

(2) 2ème période des 70 ans commence avec la neuvième année de Sédécias, roi de Juda, le dixième mois, Nebucadnetsar, roi de Babylone, vint avec toute son armée devant Jérusalem, et en fit le siège...Jér.39:2
Et se finit Le vingt-quatrième jour du onzième mois, qui est le mois de Schebat, la seconde année de
Darius, (Za.1:7)... Eternel des armées, jusques à quand n'auras-tu pas compassion de Jérusalem et des villes de

575 3416,0 ↓ ↓
↓ ↓ ↓ ↓ ↓ ↓
↓ 562 ↓ ↓ ↓ 43

Juda, contre lesquelles tu es irrité depuis soixante-dix ans

3441 559 567,0 3433,0 516,02 26 Cyrus le Grand règne 29ans (559 - 530) ?
↓ ↓ ↓ ↓ ↓
3444 556 564,0 3436,0 512,98 29 Belschatsar (556-539)en synarchie avec son père Nabodine (Da.5:16)
↓ ↓ ↓ ↓ ↓


(2) 2ème période des 70 ans commence avec La neuvième année de Sédécias...

(3) 3ème période de 70 ans La 4ème année de Darius

(3) 3ème période de 70 ans La 4ème année de Darius (Za7:1),... Dis à tout le peuple du pays et aux sacrificateurs : Quand vous avez jeûné et pleuré au cinquième et au septième mois, et cela depuis soixante- dix ans, est-ce pour moi que vous avez jeûné (Za.7:5).
La onzième année de Sédécias, le neuvième jour du quatrième mois, la brèche fut faite à la ville, - Jér.39:2



↓ Cyrus le Grand DEBUT DU 2ème EMPIRE UNIVERSEL MEDO PERSE
3461 539 546,7 3453,3 495,74 la conquête de Babylone entre 539 et 537


Accomplissement de la prophétie de (Jé.25: 11-12)

Mort de Belschatsar (Da.5:30), Darius le Mède reçu (litt.) la royauté de cette province par Cyrus le Grand

 3463 537 544,7 3455,3 50 FIN DU PREMIER EMPIRE UNIVERSEL BABYLONIEN

536 (4) Darius le Mède devient roi de la Chaldée

537/536: Dès la 1ère année de Cyrus retour des enfants volontaires d'Israël dans leur pays

52 Esdras 3:8 La seconde année… les fondements du temple (52 ans après sa destruction)
70 ans années Prophétiques = 69 années Julienne

↓ ↓ ↓ ↓ ↓

(4) Darius reçoit (litt. Version Darby Da.5:31) le Royaume de la Chaldée (Babylone) par Cyrus ou Assuérus, tandis que Cyrus règne sur le reste de l'Empire Médo-Perse avec Assuérus en synarchie.


20 ans d'opposition pour Cambyse II règne 8 ans (529-522) de Ptolémée

 

486)

 calendrier Biblique à partir de JC -- CB* Calendrier Biblique à partir d'Adam --

** Calendrier julien à partir de J.C. -- CJ/AD* Calendrier Julien à partir de Adam

 vient compléter celui promulgué par Darius dans Esdras 6 et 7

 

En dépit des obstacles politiques et religieux, le Temple de Jérusalem sera rebâti. Josué et Zorobabel ont connu des oppositions de la part des ennemis de Juda sous Cyrus (Esdras 4 :1-6), de même les Juifs orthodoxes d’aujourd’hui et ceux qui souhaitent aujourd’hui la reconstruction du Temple sont confrontés à des problèmes insolubles, parce que personne ne peut changer l’histoire des nations et des hommes qui est écrite d’avance. Les difficultés apparentes s’effaceront comme la fumée d’un feu lorsque les évènements seront en phase avec le calendrier de Dieu. Dans tous les cas, si l’élévation des murs du deuxième Temple a duré 3 à 4 ans, le chantier d’une telle ampleur pour le troisième durera moins de 2 ans. Ce qui laissera le temps aux cinq premiers sceaux de se réaliser et à l’Antichrist de persécuter les saints convertis (durant l’heure de l’épreuve ou la première moitié de la Tribulation), comme au temps apostolique.


    Conclusion de la 3ème preuve :


Au même titre que les deux tétrades précédentes, la 8ème tétrade annonce l’événement majeur concernant Israël devant survenir en 2015. L’événement en question ne peut que correspondre à la reconstruction du 3ème Temple qui doit obligatoirement se situer juste après l’alliance de l’Antichrist, soit peu de semaines après l’Enlèvement (nous verrons plus loin la date exacte). Partant de la prophétie de Daniel 9 : 2 portant sur le 3ème temple après les 70 ans des ruines constatées, nous pouvons connaître la date de fin d’achèvement des travaux de cet édifice soit 1948 + 69 (ans prophétiques) = 2017. A partir de cette date, nous savons d’après les experts de la construction d’un tel édifice, que les travaux dureront un peu moins de 2 ans, ce qui nous ramène à la date de fin 2015 pour l’alliance de l’Antichrist suivie de la construction du 3ème Temple.



      IV) 4ème Preuve : Les Fêtes de l'Eternel associées à la tétrade, nous rapproche du jour

 


Autre particularité des trois dernières Tétrades et de celle qui est sur le point d’arriver : en plus de ce que nous avons vu précédemment, les éclipses coïncident exactement avec les jours des Fêtes de l'Eternel.

Dans le livre du Lévitique au chapitre 23, nous sont énumérées les sept Fêtes de l'Eternel que Dieu demande au peuple d’Israël d’observer chaque année. L’année religieuse d’Israël s’ouvrait au printemps, au mois de Nisan ; l’année civile commençait en automne, au mois de Tischri. Les sept Fêtes de l'Eternel étaient célébrées au cours de 7 premiers mois de l’année religieuse : les trois premières (Fêtes de la Pâque, des Pains sans Levain et des Prémices) avaient lieu le premier mois (Nisan) ; les trois dernières (Fêtes des Trompettes, du Jour des Expiations, et des Tabernacles) durant le septième mois (Tischri). La Fête des Semaines se situait (à la Pentecôte) entre les premières et les trois dernières, 50 jours exactement après l’offrande des Prémices. Avant de voir leur signification, je vous invite d’abord à observer leur placement dans les Tétrades en conjonction avec les éclipses.

 


• L’Inquisition espagnole : 1492-1493


 Pâque, 2 avril 1493
 Sukkot, 25 septembre 1493            5ème TETRADE
 Pâque, 22 Mars 1494
 Sukkot, 15 septembre 1494




La guerre israélo-arabe de 1948-1949 commence le 15 mai 1948 et se termine avec les différents cessez-le-feu israélo-arabes, conclus entre février et juillet 1949.



 Pâque, 13 avril 1949
 Sukkot, 7 octobre 1949
 Pâque, 2 avril 1950                            6ème TETRADE
 Sukkot, 26 septembre 1950


La guerre des Six-Jours en 1967 : reconquête de Jérusalem-Est (à la Cisjordanie) : du quartier de la vieille ville qui est l’antique Jérusalem



 Premier jour de la Pâque, 24 avril 1967
 Premier jour de Sukkot, 18 octobre 1967            7 éme TETRADE
 Premier jour de la Pâque, 13 avril 1968
 Premier jour de Sukkot, 6 octobre 1968

 


8ème et dernière TETRADE 2014 / 2015 du siècle depuis plus de 2000 ans

 


1) Eclipse lunaire totale : 14 AVRIL 2014 : 1ER Jour de Pâque :PESSAH

 

2) Eclipse lunaire totale : 8 OCT. 2014 : 1ER Jour de la Fête des Tabernacles : SOUCCOT

 

Eclipse solaire totale : 20 MARS 2015 : POURIM 5 MARS

  

3) Eclipse lunaire totale : 4 AVRIL 2015 : 1ER Jour de Pâque : PESSAH

 

Eclipse solaire partielle : 13 SEPT. 2015 : La Fête des Trompettes ; ROCH HACHANA

 

4) Eclipse lunaire totale : 28 SEPT. 2015 : POURIM 5 MARS

  

4 Lunes de sang (éclipses lunaires) + 2 de ténèbres (éclipses de soleil). Les signes dans les cieux sont en parfaite corrélation avec les Fêtes de L'Eternel !

 Les sept Fêtes de l'Eternel données au peuple Juif ont toutes une signification spirituelle en relation avec la Manifestation de Christ dans l’histoire. De même que l’A.T. donne une vision de la Personne du Fils de Dieu, de Son Œuvre et de Son Royaume, en introduction au Nouveau Testament.

Voici un petit résumé de ces Fêtes :

L'Eternel avait demandé à Son peuple d'observer sept Fêtes solennelles :

           1) - Les fêtes du printemps sont accomplies par la Première venue de Jésus:

La Pâque : était une fête juive commémorative représentant l'Œuvre Rédemptrice de Jésus Christ, ce n'est donc pas un hasard que Sa Mort prophétisée se passe lors d'une Pâque juive. (premier mois, quatorzième jour du mois). Jésus est bien mort lors de la pâque juive, cette fête commence du soir du 14ème jour jusqu’au soir du 15ème du mois de Nissan, il a mangé la pâque (l’agneau Pascal) avec ses disciples la veille de sa mort, car il était le seul à ce moment de savoir qu’il était l’agneau de Dieu donné en sacrifice au monde pour expier les péchés lors de cette même Pâque.

La Fête des Pains sans Levain : Au soir du 15ème de Nissan après la pâque, vient aussitôt la fête des pains sans levain, où il rompit le pain (sans levain) avec ses disciples pour la dernière fois, en instituant ainsi la pâque chrétienne par la sainte scène annonçant sa crucifixion et son ensevelissement (Luc 22 :7 et v.19). Jésus fut enseveli ce jour-là de cette Fête (premier mois, quinzième jour du mois) à la Fête des Pains sans Levain qui dure 1 semaine, et sa signification spirituelle nous parle de notre communion avec Christ " le Pain sans Levain " pour une marche dans la sanctification.

 

   « Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie» (Rom. 6 : 4).

La Fête des Prémices : préfigure la Résurrection de Jésus. Le Christ est ressuscité le Jour même de cette Fête, autrement dit le lendemain du sabbat hebdomadaire : le premier jour de la semaine (Mat.28 :1 ; Marc 16 :9). Et les Ecritures (1 Cor.15 : 20) présentent Christ comme étant les prémices de ceux qui sont morts (premier jour de la semaine suivant le sabbat hebdomadaire inclus dans les Jours de la Fête des Pains sans Levain).

La Fête de Pentecôte : La Fête des Semaines ou de la moisson commence 50 jours après ce Jour (Lev.23:15 + 16) c'est le jour de la Pentecôte, et correspond à l'effusion du Saint-Esprit promis par Jésus pour tous Ses disciples, en vue de former la véritable Eglise, le Corps de Christ.

Tableau des données de la Pâque de l’An 33

                                         14 Nisan dans le calendrier julien


Calendrier hébraïque            heures          événement                 Calendrier julien

      Jeudi 13 Nisan                  18 - 24

                                                     24 - 6                                                     Jeudi 2 avril

                                                     6 - 12      préparation Pâque

                                                    12 - 15

                                                   15 - 18      Pierre (pieds lavés)

    Vendredi 14 Nisan              18 - 24               Pâque

                                                     24 - 6          Procès Sanhédrin            Vendredi 3 avril

                                                     6 - 12            Procès Pilate

                                                    12 - 15       ténèbres anormales                    1er jour

                                                   15 - 18             mort de Jésus                   (éclipse de lune)

       Samedi 15 Nisan             18 - 24              grand sabbat

                                                     24 - 6                                                           Samedi 4 avril

                                                     6 - 12                                                               2ème jour

                                                   12 - 15

                                                   15 - 18

Dimanche 16 Nisan               18 - 24

                                                     24 - 6             Résurrection                    Dimanche 5 avril

                                                     6 - 12

                                                   12 - 15                                                        A l’aube du 3ème jour

Le calendrier julien compte les jours de minuit à minuit, alors que les Juifs les comptent à partir de la tombée de la nuit. La Pâque du vendredi 14 Nisan commence donc ainsi après le coucher du soleil, vers 18 heures. La période allant de 18 à 24 heures appartient au jeudi 2 avril.

Après ce qui vient d’être démontré, les Fêtes de l'Eternel du printemps ont toutes été vécues dans Son Etre par le Christ lors de Sa Première Venue : Jésus a été crucifié en avril de l’an 33 du mois de Nisan le Jour de la Pâque etc. ; nous pouvons donc nous attendre avec certitude, lorsque Christ Se manifestera une seconde fois, que les Fêtes d’automne restantes seront vécues dans Son Etre par Jésus-Christ. Rappelons-le : Elles ont toutes été instituées dans la perspective divine de révéler la Personne du Fils Unique de Dieu, Jésus-Christ.

Voici encore ce que dit le prophète Esaïe :

      « Laissez les Fêtes de l’Eternel accomplir leur cycle » (Es.29 : 1).

 


Les trois Fêtes restantes d’automne seront réalisées, vécues entièrement lors de Sa Seconde Venue, en deux étapes dans le septième mois juif (Tishri) conformément au calendrier divin :


La Fête des Trompettes : premier jour du septième mois (Tishri).
C'est le Nouvel An Juif. Mais cette Fête appelée Rosh Hashana est surtout la Fête des Trompettes. Et à ce titre elle a une double signification spirituelle : d’abord, pour l’Eglise, Elle est associée à l’Enlèvement : la Rencontre avec l’Epoux (voir étude des Trompettes Partie IV, en cf. 1 Thess 4 :15-16; 1 Co.15 : 50-52 ; Nb 10 : 1-7 ; Apo.1 : 10 ; 4 : 1). Et pour Israël : Elle trouvera sa réalisation dans le futur rassemblement du peuple juif à la fin des temps, après les événements (Es. 27 : 13). C’est en définitif, une convocation du peuple de Dieu pour les deux événements en des périodes fixées.


Le Jour des Expiations (Yom Kippour) : dixième jour du septième mois. Son signe distinctif prophétique met l’accent sur l’humiliation et le repentir d’Israël, à cause du rejet de son Messie, il y a deux mille ans. Cet événement sera le prélude de la manifestation de la Seconde Venue de Christ sur terre et à l’établissement de Son Royaume. Et c’est donc cette Fête qui définira la fin de la Grande Tribulation, la fin de la 70ème semaine de Daniel…

 

La Fête des Tabernacles ou des récoltes : quinzième jour du septième mois. Cette célébration présente avant tout un caractère commémoratif (Lev.23.40-43) pour se réjouir de la libération du peuple hors d’Egypte, revêtant de cette manière son aspect prophétique par la restauration de Son Peuple qui suivra la Bataille d’Armaguédon, et inaugurera le grand repos sabbatique de Dieu lors du règne du Messie sur terre pendant mille ans.

Revenons maintenant à la Fête qui nous concerne, savoir la Fête des Trompettes, car elle est associée pour tous les chrétiens en Christ à sa signification symbolique de l’Avènement de Christ en tant qu’Epoux venant à la rencontre de Son Epouse.

C’est l’heureux événement dans la Bible comme décrivant l’espérance du chrétien des derniers jours de l’Eglise, (et c’est triste au plus haut point que certains la considère juste comme un symbole). C’est pourquoi, nous pouvons affirmer avec assurance la chose suivante : puisque nous connaissons désormais l’année et le mois de l’Enlèvement de l’Eglise par les preuves précédentes, il nous est possible de définir l’événement au jour à deux jours près. Nous rappelons avec insistance que la Bible nous parle d’un jour que personne ne peut vraiment connaître et qu’il s’agit comme nous l’avons vu dans le chapitre 1, du « Jour de l’Eternel » dans sa phase du Retour de Jésus sur terre. Mais pour ce qui est des autres événements, nous avons au contraire tous les éléments pour les placer dans la chronologie avec précision. En effet, les trois premières preuves nous prédisent la date de cet événement exceptionnel : « le Jour de Christ » en septembre 2015, il nous suffit pour connaître ce jour précisément de consulter le calendrier sacré pour savoir quand aura lieu la Fête de Rosh Hashana. En 2015 La Fête des Trompettes est prévue entre le 13 Septembre (au crépuscule) et le 15 septembre au soir (qui est le septième mois du calendrier juif, le mois de Tishri). Les jours du calendrier divin (ou scripturaire) commencent toujours au coucher du soleil de la nuit précédant le jour séculier. Ainsi, toutes les observances de vacances, par exemple, commencent au coucher du soleil, le lendemain étant le premier jour de la Fête. Les jours du calendrier divin (ou scripturaire) se terminent à la tombée de la nuit. Et cette merveilleuse révélation nous est confirmée par la preuve irréfutable suivante que nous allons détailler.

 

 


     V) 5ème preuve irréfutable pour « le Jour de Christ » :
     le réajustement du calendrier grégorien par rapport aux 7 semaines de la prophétie de Daniel.


     Nous savons que dans la deuxième phase de la prophétie de Daniel les 49 ans doivent débuter selon le verset 25 : « Depuis la sortie de la parole pour rétablir et rebâtir Jérusalem », pour aboutir « Jusqu'au Messie, le Prince, il y a sept semaines ».

Voici encore la déclaration qui est en rapport avec la prophétie du verset ci- dessus :

Levy Eskhol gouvernait Israël lorsque le 8 Juin 1967, quelques heures après que l'armée israélienne eut pris Jérusalem, Ben-Gourion affirmait : « Maintenant, nous contrôlons Jérusalem, ce qui suppose un événement des plus importants. Une des premières choses que nous avons à faire c'est de construire des quartiers, des colonies juives dans le quartier juif de la Vieille Ville. S'il y a des maisons arabes vides, nous y mettrons des Juifs. Ce procédé est extensible aussi à Hébron. Je suis convaincu que les gens voudront y aller »…... Simon Peres avait rédigé en septembre 1967, quels seraient les contours des politiques à appliquer au sein du parti qu'il avait créé avec son mentor Ben Gourion. Peres avait alors encouragé la construction de quartiers au nord, au sud et à l'est de Jérusalem, et ajoutait : « les lieux qui ont été abandonnés en 1948 seront rénovés », et cela fut fait.

Et comme nous l’avons fait remarquer dans la deuxième phase si nous appliquons la prophétie à la lettre, c’est bien la date « depuis la sortie de la parole… » par Ben Gourion qui est à prendre en compte et non le décret écrit par Simon Peres. Nous retiendrons donc que les sept semaines de la prophétie de Daniel ont commencé le 8 juin 1967, date à laquelle il faut donc rajouter les 49 ans (sept semaines d’années prophétiques).

Maintenant nous devons procéder à un petit calcul pour arriver à la date avec davantage de précision, ce qui nous permettra de définir le Jour de l’Enlèvement.

49 ans d’années prophétiques = 49 x 360 (jours/an) = 17640 jours

A partir du 8 juin 1967 il faut donc rajouter 17640 jours pour arriver au premier résultat intermédiaire.

Ce qui nous donne le calcul suivant : du 8 juin jusqu’à la fin de l’année il y a 22 jours pour juin + 31 juillet +31 août + 30 sept. + 31 oct. + 30 nov. +31 déc. = 206 jours pour l’année 1967 qu’on déduit des 17640 – 206 = il reste encore 17434 jrs à décompter avant de trouver le résultat. Sachant qu’une année julienne fait 365,2422 j/an (avec les années bissextiles), combien d’années juliennes trouvons-nous dans les 17434 jrs ?(voir tableau ci-dessous).

Le tableau ci-dessous n'est donné que pour une compréhension globale permettant la traduction dans les différentes langues.

Pour examiner  les détails, veuillez prendre en parallèle l'original dans l'exemplaire en français en vous rendant sur la page " Accueil " puis en cliquant sur " livre " puis sur  " révélations de la fin des temps Tome 3 ", afin de vous rendre à la page : 115 et  116

 Jours / an                 Années        Jours restant sur 17640            Nbre d'années

      206                  1967 le 8 juin                 17434                                        1
365,2422 1968 17068,7578 2
365,2422 1969 16703,5156 3
365,2422 1970 16338,2734 4
365,2422 71 15973,0312 5
365,2422 72 15607,789 6
365,2422 73 15242,5468 7
365,2422 74 14877,3046 8
365,2422 75 14512,0624 9
365,2422 76 14146,8202 10
365,2422 77 13781,578 11
365,2422 78 13416,3358 12
365,2422 79 13051,0936 13

365,2422 80 12685,8514 14
365,2422 81 12320,6092 15
365,2422 82 11955,367 16
365,2422 83 11590,1248 17
365,2422 84 11224,8826 18
365,2422 85 10859,6404 19
365,2422 86 10494,3982 20
365,2422 87 10129,156 21
365,2422 88 9763,9138 22
365,2422 89 9398,6716 23
365,2422 90 9033,4294 24
365,2422 91 8668,1872 25
365,2422 92 8302,945 26
365,2422 93 7937,7028 27
365,2422 94 7572,4606 28
365,2422 95 7207,2184 29
365,2422 96 6841,9762 30
365,2422 97 6476,734 31
365,2422 98 6111,4918 32
365,2422 99 5746,2496 33
365,2422 2000 5381,0074 34
365,2422 2001 5015,7652 35
365,2422 2002 4650,523 36
365,2422 3 4285,2808 37
365,2422 4 3920,0386 38
365,2422 5 3554,7964 39
365,2422 6 3189,5542 40
365,2422 7 2824,312 41
365,2422 8 2459,0698 42
365,2422 9 2093,8276 43
365,2422 10 1728,5854 44
365,2422 11 1363,3432 45
365,2422 12 998,101 46
365,2422 13 632,8588 47
365,2422 14 267,6166 48
267,6166 2015 49
17640

Nous avons le premier résultat qui indique bien 2015 comme année de référence. Il nous reste à savoir combien font 267,6 jours en 2015.

 Détails de l'année 2015 :

JANV 31 j
FEV 28 j
MARS 31 j
AVRIL 30 j
MAI 31 j
JUIN 30 j
JUILLET 31 j
AOUT 31 j
SEPT 24,6 j
TOTAL 267,6 j

 Au final nous sommes entre le 24 et le 25 septembre. Mais alors cela ne correspond pas à la Roch Hashana ? Détrompez-vous, car c’est le miracle de Dieu. Le Saint Esprit m’a demandé aussitôt de consulter le calendrier grégorien et à ma grande surprise voici ce que j’y ai trouvé :

En 1582, le pape Grégoire XIII décida que le jeudi 4 octobre 1582 serait immédiatement suivi par le vendredi 15 octobre pour compenser le décalage accumulé au fil des siècles, soit 11 jours de différence sur le calendrier julien depuis cette date. Oui ! Vous lisez bien, il y a bien 11 jours de réajustement entre le calendrier julien et grégorien. Autrement dit : le 24 et 25 septembre 2015 sont en réalité le 13 et 14 septembre 2015 qui est Roch Hashana et tombe précisément le jour de l’éclipse partielle de soleil (voir tableau des éclipses). Je loue le Seigneur pour cette extraordinaire révélation qui confirme non seulement l’authenticité de cette date, mais également celle des fêtes juives.

En conclusion : Rosh Hashana, la Fête des Trompettes, se déroulera entre le 13 septembre au crépuscule et le 15 septembre au soir de l’année 2015 lors de l’éclipse partielle solaire. Tandis que les sept semaines d’années de la prophétie de Daniel s’achèvent entre le 13 (vers le crépuscule également) et le 14 septembre minuit, date à laquelle le Seigneur doit revenir chercher Son Epouse, sans tache et sans défaut, la véritable Eglise universelle. Nous remarquerons que les 24 heures latentes se passent entre deux jours, ce qui peut laisser entendre que Dieu l'a voulu ainsi, de façon peut-être à ne pas froisser les irréductibles défendeurs de Mat.24 : 36. Car après tout, ce qui ne peut être connu c’est l’heure et le jour, mais non le mois et l’année comme c’est le cas dans toute cette démonstration. Le suspens de l’heure peut s’expliquer, parce que tous les chrétiens élus seront enlevés en même temps, mais à chacun son fuseau horaire selon l’endroit où le croyant se trouvera sur la terre à ce moment précis. Tandis que le suspens du jour s’explique par le fait (comme nous l’avons dit) que la date se trouve entre deux jours le 13 et 14 septembre 2015, sachant que " Dieu compte les jours en commençant le soir, au coucher du soleil (Gen. 1 : 5 + Ex. 12 : 18 + Lév. 23 : 32 ), alors que dans nos calendriers nous commençons à minuit... ". Soyez prêt ! Gloire à Dieu !

 


Autre façon de calculer :

 

 

49 ans bibliques soit 360 x 49 = 17640 jours bibliques ou 17640

49 ans juliennes = 365,2422 x 49 = 17896,86

soit une différence de 17896,86 - 17640 = 256,86 jours
Il suffit de déduire ces 257 jours du 8 juin 2016 soit juste 49 ans après la date du 8 juin 1967, mois pour mois et jours pour jours, ce qui nous donne :

Année          Mois            Nombre de jours par mois     Nombre de jours restant sur 257 jours
2016            JUIN                              8                                                   249
2016             MAI                              31                                                  218
2016           AVRIL                            30                                                  188
2016           MARS                            31                                                  157
2016        FEVRIER                         29                                                   128
2016       JANVIER                           31                                                   97
2015    DECEMBRE                         31                                                   66
2015   NOVEMBRE                         30                                                     36
2015     OCTOBRE                          31                                                     5
TOTAL                                            252

 2015    SEPTEMBRE                  30 (-) 5 :                       soit le 25 SEPTEMBRE

                                                                                       (-) les 11 jours grégoriens = le 14 SEPTEMBRE 2015

 

 

 VI) 6ème preuve irréfutable : La prophétie de Joël confirme la tétrade et nous révèle « le Jour de Christ » et « le Jour de l’Eternel » dans la phase de l’apparition de l’Antichrist.

 


VI.1) La prophétie de Joël 2 : 30-31

 


    " V30 Et je montrerai des signes dans les cieux et sur la terre, du sang, et du feu, et des colonnes de fumée ;

       V31 le soleil sera changé en ténèbres, et la lune en sang, avant que vienne le grand et terrible jour de l'Éternel ".

 


Cette prophétie relate vraiment un double fait extraordinaire en rapport avec la prochaine Tétrade, sachant que le Jour de l'Eternel commencera juste après le Jour de Christ (l'Enlèvement). Il nous révèle comme nous allons le voir, le jour de la manifestation du « Jour de Christ » et le moment de l’apparition de l’Antichrist comme événement du « Jour de l’Eternel ». Car il est précisé que cela se passera avant ces deux signes :

1° un soleil en ténèbres (éclipse de soleil).

2° une lune de sang (éclipse lunaire).

 


Cette prophétie de Daniel corrobore remarquablement ce phénomène des tétrades pour l’année 2015, et en particulier celle du 13 et 14 septembre 2015 (éclipse solaire partielle) lors de la Fête des Trompettes (Roch Hachana) assimilée à l’Enlèvement. Tandis que la lune rouge avant le Jour de l’Eternel correspond à celle du 28 septembre (éclipse lunaire totale) qui est le 1er jour de la Fête des Tabernacles (Sukkot). En effet, cette tétrade présente deux éclipses lunaires totales en 2014 suivies du même phénomène en 2015, avec en plus deux éclipses solaires dont une totale. Je rappelle qu’un tel événement en conjonction avec les fêtes juives ne se reproduira pas avant cinq siècles. Mais ce qui nous intéresse dans la particularité de ce phénomène rarissime - en vue de démontrer cette cinquième preuve -, ce sont les deux dernières éclipses de cette tétrade, car elles sont en parfaite harmonie avec la prophétie de Joël.

 


VI.2) Les deux éclipses correspondent : à deux avènements bien distincts = signes dans le ciel, marquant le début du « Jour de l’Eternel ».

 

1) L’éclipse solaire du 13 septembre est le 1er signe dans le ciel avant « le Jour de l’Eternel» comme le mentionne la prophétie de Joël, et ce signe sera « le Jour de Christ » qui par définition est le Jour de la Venue de Christ pour l’Enlèvement de l’Eglise.
2) L’éclipse lunaire du 28 septembre est  le 2ème signe avant « le Jour de l’Eternel » et correspondra à l’apparition de l’homme impie ou l’Antichrist sur la scène mondiale.

Avant d’argumenter sur ces deux avènements, nous allons reprendre le contexte précis des deux lettres de Paul aux Thessaloniciens. Mais je dois vous confesser une difficulté (et non pas des moindres) à laquelle j’ai été confronté, puisqu’il s’agit d’une interprétation dont j’attendais la confirmation du Seigneur. En effet, dans le Tome 2 pages 95 et 96 j’avais émis deux possibilités sur la signification du mot « apostasie » à cause de sa racine grecque, mais surtout à cause du texte dans la moitié des versions existantes qui ont mal traduit le verset de 2 Thess. 2 :2. C’est après beaucoup de prières et de recherches personnelles qu'il m’a été donné de comprendre le vrai sens de ces versets, car le Seigneur voulait aussi appuyer mon ministère pour l’enseignement des textes se rapportant à la fin des temps. Ainsi dès que j’ai eu la confirmation de la bonne traduction du verset 2, les choses sont devenues limpides. En effet, certaines traductions traduisent le jour de Kurios (du Seigneur) au lieu de jour de Kristos (Christ), ce qui change tout le contexte de ce texte riche en significations.


Lorsque l’on fait la lecture approfondie des épîtres aux Thessaloniciens, la première épître nous donne une description du déroulement de l’Enlèvement de l’Eglise, alors que la seconde épitre met l’accent sur les signes caractéristiques qui doivent précéder le Jour de Christ. En ce qui concerne les explications de ces deux signes reportez-vous en partie 1 IV.3 de ce livre. Ce qu’il faut comprendre, c'est que ces deux signes : « apostasie » + première apparition de l’Antichrist, déclencheront l’imminence de l’Avènement de Christ pour le « Jour de Christ » (l’Enlèvement de l’Eglise) et que cet événement déclenchera, à son tour, l’avènement de l’Antichrist sur la scène mondiale. La prophétie de Joël nous permet d'en déterminer le moment précis.

 

Le plus extraordinaire, c’est que chacun de ces deux avènements correspond à un signe particulier dans le ciel, décrit dans Joël 2 : 30-31, car ils appartiennent tous deux à la manifestation du début « du Jour de l’Eternel »

« Et je montrerai des signes dans les cieux, le soleil sera changé en ténèbres, et la lune en sang, avant que vienne le grand et terrible Jour de l'Éternel ».

Nous allons voir maintenant que ces deux signes dans le ciel sont étroitement liés aux deux facteurs déclenchant le « Jour de l’Eternel » d’après ce que le Seigneur a bien voulu me révéler. Et comme ces signes (cités en référence dans ce verset de Joël) doivent se produire avant le « Jour de l’Eternel », nous en comprendrons mieux le sens une fois déterminé : quel signe pour quel événement.

Premièrement, le soleil changé en ténèbres s’apparente à l’éclipse partielle de soleil, prévue le 13 septembre 2015 : elle doit correspondre à la veille de l’Enlèvement (à deux jours près), puisque cette date est le Rendez-vous avec la Fêtes des Trompettes (Roch Hashana) qui aura lieu du 13 au crépuscule jusqu’au 15 septembre 2015 au soir.

De la même façon, nous allons maintenant nous arrêter sur le deuxième facteur débutant « le Jour de l’Eternel » : la deuxième apparition de l’Antichrist (le terme de faux Christ correspondrait mieux, et au besoin reportez-vous sur l’explication de ces deux apparitions en partie 1), car il est en rapport avec cet autre signe dans le ciel de Joël 2 : 30-31 « … la lune en sang, avant que vienne le grand et terrible Jour de l'Éternel ». Car ce verset est à prendre en parallèle avec la deuxième apparition du faux christ.

 


Récapitulation des deux apparitions de l’Antichrist : 2 Thess. 2 :

1ère apparition : verset 3 : « auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du
péché… ».

« Auparavant » indique le signe préalable au « Jour de Christ » du verset 2.

2ème apparition : «V6 Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu'il ne soit manifesté que dans son temps V7 Car le mystère d'iniquité opère déjà; attendant seulement que celui qui le retient maintenant, soit enlevé. V8 Et alors paraîtra l'impie ».

Celui qui le retient comme déjà commenté, est identifié à la personne du Saint- Esprit qui est le Seul à pouvoir freiner le mal. Mais quand Celui-ci sera enlevé (V7), alors apparaîtra (réapparaitra : deuxième apparition) l’impie.

Si on lit attentivement ces versets, en tenant compte de tous les paramètres, il n’y a aucune ambiguïté quant aux deux apparitions de l’Antichrist. La première fois avant l’Enlèvement de l’Eglise en tant que dévoilement, et une deuxième fois en tant que meneur et solutionneur. Car il ne faut pas oublier, lorsque le « Jour de l’Eternel » se manifestera par le « Jour de Christ » (l’Enlèvement de l’Eglise), une ruine soudaine frappera tous les habitants de la terre à cause des millions de chrétiens qui auront disparu.

 


Il apparaît clairement que l’homme du péché, ou l’homme impie est l’incarnation du mal en la personne de l’Antichrist (contre le Christ) et non l’Antéchrist (avant le Christ) comme il est écrit dans certaines versions.

Il nous reste à démontrer que la manifestation de l’homme du péché est en rapport avec le second signe dans le ciel, à savoir la lune rouge dans Joël 2 :
31. Déjà reconnaissant la chose suivante : puisque la preuve a été donnée concernant le premier signe comme étant la venue de Christ, nous pouvons en déduire que le second signe sera celui de la seconde apparition de l’Antichrist.
Voici plusieurs arguments pour cette démonstration.

 


     1°) Argument n°1 : un avènement planétaire majeur et hors du commun pour voir apparaître l’Antichrist. Nous n’ignorons pas que ce personnage cherchera à usurper l’identité de Christ, et en tant que faux christ comme dans le 1er sceau il se manifestera avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers. Son entrée doit se faire de manière magistrale dans le monde, il faut un évènement de taille qui jouera en sa faveur.

Et le seul événement qui cadre parfaitement à cette situation sera le « Jour du Seigneur » provoqué par « le Jour de Christ ». En effet, le départ de l’Eglise entraînera le monde entier dans le chaos dans tous les domaines : social par l’anarchie, financier par l’effondrement des bourses. L’état d’urgence sera décrété dans toutes les nations. Les politiques désorientés seront pris de panique… Ces choses arriveront tel que je vous le prédis. Et il est évident que cette situation incontrôlable ne pourra pas durer sans qu’un autre évènement vienne interférer, et ce, en quelques jours seulement (15 jours). C’est à ce moment-là, que l’antichrist profitera de ce chaos général pour réapparaître en sauveur de la situation avec un nouveau système de fonctionnement : « la mondialisation ».

 


2°) Argument n°2 : L’événement du krach boursier de 2008 vient appuyer cette affirmation.

Le 28 septembre 2008, le krach financier a laissé apparaître sur le mur de Wall Street une chute spectaculaire de 777 points qui a entrainé, comme on le sait, la crise que nous connaissons actuellement. Le Saint-Esprit m’a remis en mémoire ce qu’une chrétienne allemande prophétisait il y a 25 à 30 ans : que le monde connaîtra dans les prochaines années 7 années de vaches grasses suivies de 7 années de vaches maigres. Et aussitôt j’ai eu la pensée de vérifier ce qui m’est venu à l’esprit. Effectivement, 7 ans auparavant, mois pour mois, soit en septembre 2001, les pièces et billets en euros arrivent dans les banques des Etats de la zone euro.

Et donc pendant 7 ans le monde a connu grâce à la zone euro un essor économique extraordinaire, jusqu’en septembre 2008, où le krach occasionnera le début des vaches maigres qui dureront 7 ans, pour nous conduire en septembre 2015. Il s’ensuivra une banqueroute de toute la finance qui nous conduira à la mondialisation, avec l’apparition de l’antichrist le 29 septembre.

Et, comme il y a 3 x 7 ans tels les 777 points, cela signifie que cette mondialisation durera 7 ans également comme la Tribulation…Il faut savoir d’autre part que l’avertissement écrit de la main de Dieu sur le mur de la salle de banquet du roi Belschatsar (Da.5 : 25) a une signification pour nous aujourd’hui : Voici l’inscription qui a été tracée : MENE, MENE, TEKEL, PARSIN. Voici l’interprétation de la parole : MENE : Dieu a compté les jours de ton royaume et y a mis fin. TEKEL: Tu as été pesé dans la balance et tu as été trouvé insuffisant. PARSIN : Ton royaume a été divisé et donné aux Mèdes et aux Perses. » versets 26 + 27.

 


Le pasteur Berggren souligne que, selon David Flynn dans son livre Le Temple au Centre du Temps, les mots qui étaient écrits sur le mur sont également des mesures d’argent.

 


Vous pouvez aussi voir ceci dans les notes de la Bible NASB.

 


MENE est une mina qui vaut normalement 50 shekels d’argent.

TEKEL est un autre mot pour shekel.

Et PARSIN est un demi-shekel. Le shekel est de 20 gerah.

Ensemble, MENE, MENE, TEKEL, PARSIN égalent 2520 gerahs, ce qui est le nombre exact de jours dans une semaine prophétique d’années, ou sept années !

 


La mondialisation devrait avoir lieu 7 ans après l’inscription 777 sur le mur de Wall Street qui a eu lieu le 29 septembre 2008, ce qui nous projette au 29 septembre 2015.

En mettant tous ces événements en parallèle, l'éclipse lunaire ayant lieu le 28 septembre 2015, l'apparition de l'Antichrist et sa mise en place de la mondialisation se ferait le lendemain, le 29 septembre 2015. Cela ne peut être dû au hasard, car tous les évènements coïncident avec les dates de septembre 2015. De plus si l’on prend en considération la
prophétie de Joël, on a bien notre 5ème preuve qui s'articule dans la configuration suivante :

 

1° Le premier signe dans le ciel, le 13 septembre 2015 : éclipse solaire : précède d’un jour le « Jour de Christ » (l’Enlèvement) qui aura lieu le 14 /15 septembre 2015.
2° Le deuxième signe dans le ciel, le 28 septembre 2015 éclipse lunaire totale : précède d’un seul jour également le « Jour de l’Eternel » dans Son autre particularité : l’apparition de l’Antichrist sur la scène mondiale. Commencera à ce moment-là, l'ouverture du premier sceau ce sera : le 29 septembre 2015.

 

3°) Argument n°3 : Le symbolisme des éclipses

 

Il est intéressant de remarquer que les deux éclipses de septembre 2015 sont de nature très différente. Le soleil diffuse de la lumière à l’image de Christ qui est La véritable Lumière (Jean 1 : 9) et donne la vie, alors que la lune n’est qu’un reflet et ne procure aucune lumière par elle-même : elle se contente d’imiter les rayonnements du Soleil, à l’exemple du diable. De plus la lune est de couleur sang comme tous les crimes perpétrés par le mal qui a fait couler le sang des innocents.


1° L’éclipse solaire étant partielle symbolise la lumière dont bénéficieront un certain nombre de chrétiens seulement : l’enlèvement ne concernera que les sanctifiés, purs et sans taches s’appuyant entièrement sur le Sacrifice Expiatoire de Christ, revêtus de la robe immaculée, lavée dans le Sang de l’Agneau (Apo.7 : 14) et en fin lin : les œuvres justes des saints (Apo.19 : 8).
2° L’éclipse lunaire rouge sang est totale, cela signifie que le monde entier sera éprouvé par « le Jour de l’Eternel » et la manifestation de l’Antichrist. Les nations, la prostituée, la Babylone religieuse et la mère des impudiques, la grande Babylone seront soumises au jugement que Dieu enverra par les événements apocalyptiques. Dans le même temps, les saints élus convertis durant la Tribulation, et Israël, seront persécutés par l’Antichrist et le faux prophète.



VII) 7ème preuve irréfutable : La vision de Jean du 6ème sceau confirme le tout.

 

Il ne vous a sûrement pas échappé qu’il y a un autre verset dans la Bible qui évoque le même phénomène : il s’agit de Apocalypse 6 : 12

    " Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang ".

Contrairement à ce que l’on peut croire, l’apôtre Jean n’évoque pas du tout la prophétie de Joël pour décrire ce qu’il voit dans sa vision, mais il cherche à attirer notre attention sur un signe similaire dans le ciel qui va se reproduire pour un autre événement de grande ampleur.

En effet, Apocalypse 6 :12 relate le sixième sceau, donc une période ultérieure à ce que nous venons d’étudier. J’espère qu’après m’avoir lu jusqu’ici, vous reconnaîtrez que je ne me contente pas que de suppositions, mais que je me suis toujours efforcé d’apporter des arguments - même des confirmations de ce que j’avance - de sorte que vous ayez à chaque fois l'occasion de rendre gloire à Dieu pour Ses révélations. J’ai donc approfondi mes recherches en partant du principe de ce que le Saint-Esprit m’avait révélé dans l’interprétation inspirée de l’Apocalypse. Je savais comme je l’avais mentionné (dans la 6ème partie Tome 1 ou 2) que le 6ème sceau se situait à mi-parcours de la dernière semaine de Daniel, ce qui nous ramène début 2019 à partir de l'Enlèvement en septembre 2015. Et chose formidable, en janvier, il y a une éclipse partielle de soleil et une éclipse totale de lune, exactement comme l’indique le verset : seule la lune est entière et non le soleil.

« Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang… »

 

 

ECLIPSE SOLAIRE PARTIELLE DU 4 JANVIER 2019

  15 jours séparent les deux éclipses de 2019 comme celles de 2015

 

 ECLIPSE LUNAIRE TOTALE DU 21 JANVIER 2019

Ces indications tendent à prouver que l’armée de la Bête (l’Europe avec ses alliés de l’Ouest) symbolisée par le grand tremblement de terre (voir Tome 2, p. 166 à 172, l'ouverture du 6ième sceau) commencera à se lever pour marcher contre Israël 3 ans et 3 mois après l’Enlèvement (septembre 2015 à janvier 2019). L’invasion durera selon toute vraisemblance, 3 mois, car au milieu de la dernière semaine de Daniel (3 ans et 6 mois après son début), l’antichrist rompra l’alliance pour faire ses abominations dans le temple nouvellement reconstruit (Dan.9 :27, Mat.24 : 15 et 2 Thess.2 : 4).

Autre particularité du phénomène : l’éclipse lunaire totale du 21 janvier 2019 sera visible surtout en Israël et Egypte.

Maintenant la question qui peut se poser est : « pourquoi l’éclipse solaire est- elle partielle tandis que celle de la lune entière ? Y’a-t-il un lien de cause à effet ? Certainement, et pas seulement en 2015, car le phénomène se reproduit également en 2019, à intervalle régulier, soit 15 jours de l’une à l’autre. Cela ne peut être dû au hasard, la probabilité est infime. En effet, du 13 septembre 2015 (éclipse solaire partielle) au 28 septembre 2015 (lune entière de sang), il y a 15 jours ; et de même du 6 janvier 2019 (éclipse solaire partielle) au 21 janvier (lune entière de sang) l'intervalle est de même de 15 jours. Mais avant de poursuivre, avec l’aide du Saint-Esprit, dans ce mystère de Dieu pour la prochaine preuve, nous pouvons d’ores et déjà confirmer avec ce qui vient d’être démontré, que septembre 2015 est bien la date du déclenchement de tous les évènements. Ces deux phénomènes rapportés dans les Ecritures en tant que signes dans les cieux, affinent par la même occasion la chronologie des jours jusqu’à la dernière semaine de Daniel !

Peut-être que certains voudraient avancer l’hypothèse que l’Enlèvement pourrait, dans ce cas, se passer non pas en 2015 mais en 2019. Cela est tout simplement impossible : non seulement à cause des cinq preuves déjà détaillées ci-dessus, mais également par le fait que le phénomène est bien relaté dans la Bible dans deux contextes différents, comme nous l’avons vu, à savoir : le premier en Joël 2 : 32 comme désignant les signes « avant que vienne le grand et terrible Jour de l’Eternel… », et le deuxième contexte se situant au début du sixième sceau (Apo. 6 : 12), qui n’est plus avant le Jour de l’Eternel, mais qui est le début du jour de la colère dans le « Jour de l’Eternel ».

La différence de ces termes est expliquée dans la partie 4 Tome 2 et dans la partie 2 de ce livre. Pour les résumer « le Jour de la colère » commence lors du 6ème sceau, à la fin de la première période de la tribulation, et se trouve être dans « le Jour de l’Eternel » qui est constitué de plusieurs phases qui débutent aussitôt le jour après l'Enlèvement (1er et 2ème sceau). Même si vous ne comprenez pas tout le sens de ces définitions, il n’en reste pas moins vrai que le contexte est suffisamment explicite pour reconnaître que l’un est avant le Jour de l’Eternel et l’autre dans le jour de l’Eternel (presque à la mi-Tribulation des 7 ans), et que par conséquent, il ne peut y avoir confusion dans les dates.

Le verset 12 d'Apocalypse 6 qui s’apparente aux éclipses de 2019, au milieu de la 70ème semaine, est bien la 7ème preuve irréfutable en cohérence entière et parfaite avec la chronologie de la fin des temps et confirme par la même occasion la prophétie de Joël 2 : 30-31 - Nous devons en effet retirer 3,5 ans (aller à reculons) pour arriver en septembre 2015 -. Il y a de plus similitude des phénomènes pour deux événements majeurs différents, chacun à sa date respective ce qui écarte tout hasard.

 

 

 

 

VIII) Autres preuves qui précisent l’année des événements

   1) La " dernière génération " confère une autre preuve pour situer les événements de la fin des temps.

    Dans Matt 24 :

    32 « Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l'été est proche.

    33 De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l'homme est proche, à la porte.

    34 Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive.

    35 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. » (Mt. 24:32-35).

Le Seigneur nous interpelle et nous demande de fixer notre attention sur Israël (le figuier) et de considérer l’avancement des prophéties par rapport aux évènements qui montrent les signes de Sa Venue. Et au verset 34 il précise que la génération en cours depuis la déclaration d’indépendance de l’État d’Israël (1948) ne passera pas que tout cela n’arrive. Considérons maintenant Ps. 90 : 10 :

    « Les jours de nos années s'élèvent à soixante-dix ans, et, pour les plus robustes, à quatre-vingts ans ; Et l'orgueil qu'ils en tirent n'est que peine et misère, car il passe vite, et nous nous envolons » (Ps. 90:10).

Prenons ce verset à la lettre : 75 ans comme moyenne pour une génération - et 75 ans en années bibliques ou prophétiques font 74 ans en années juliennes -, soit : 1948 + 74 = 2022. Or : fin 2022, le Retour de Jésus sur terre se réalisera aux yeux de tous les survivants ayant traversé les événements apocalyptiques. Ce qui atteste une fois de plus la datation du « Jour de Christ » : 2022 – 7 ans (de la dernière semaine de Daniel) = année 2015.

 

   2) L’erreur de 2 ans dans le calendrier Julien + 1 an de l’an 0 qui n’existe pas est une autre preuve en soi.

 


Le fait que nous avons un décalage de 2 ans dans le calendrier Julien + 1 an expliqué dans la 2ème preuve des 70 semaines de Daniel, cela signifie, mes amis, qu’en 2015 nous serons en réalité en 2012. C’est pourquoi les mayas et autres qui prédisaient des évènements apocalyptiques n’avaient pas tout à fait tort. Mais comme je ne porte pas crédit aux prédictions autres que celles de la Bible, je ne l’ai pas compté dans mes 7 preuves.

    3) Une autre preuve de taille : l’année de naissance de l’Antichrist
Voir révélation partie suivante sur l’identité de l’Antichrist : première apparition.

 

CONCLUSION DES 7 PREUVES :

 

Sentinelles toutes ces preuves sont pour vous, j’espère que vous savez ce qu’il vous reste à faire. Toutes les 7 preuves se confirment les unes aux autres et convergent toutes au même point de rencontre : septembre 2015 dont deux d’entre elles précisent d’une manière indéniable à deux jours près l’enlèvement de l’Eglise. Reste maintenant à chacun de prendre conscience de cette extraordinaire grâce que le Seigneur nous accorde pour nous préparer à ce rendez-vous, telles des vierges sages qui se détournent des choses terrestres pour porter toutes notre attention sur sa venue certaine, mais aussi de réaliser ce que le Seigneur nous a confié pour porter ce message à tous les enfants de Dieu du monde entier. Si quelques-uns n’ont pas encore été convaincus de la démonstration de l’Esprit prophétique dans ces écrits, ils sont véritablement à plaindre, et je les invite à se remettre sérieusement en question. Par ailleurs, je crois que la suite de la lecture ne leur conviendra guère plus, car si ce qui a précédé ne les pas fait changé de position, les autres preuves sur l’identité de l’Antichrist et son apparition ne les convaincront pas davantage. Pour finir, nous dirons que l’année 2015 sera une année riche en rebondissements : pour les uns une joie intense et de l’allégresse dans le ciel, tandis que pour les autres la terreur et l’angoisse sur la terre. L’ordre des événements devrait être l’Enlèvement de l’Église en septembre 2015 qui précédera « le Jour de l’Éternel » suivi de la 70e semaine de Daniel pendant sept ans.

PARTIE IV



Partie IV

Les dates prédites pour d’autres évènements de la chronologie détaillée de la fin des temps.

Les Fêtes d’automne de l’Eternel dans Lévitique 23 nous confèrent d’autres dates que « le Jour de Christ ». Nous avons vu en Partie 2 que Roch Hashana (la Fête des Trompettes) était associée au Retour de Jésus dans les airs pour les Siens, appelé « le Jour de Christ », et qu’à ce titre nous pouvons parvenir, avec tous les éléments concordants, à connaitre la date de cet événement extraordinaire de l’Enlèvement de l’Eglise. Mais grâce aux deux autres Fêtes d'automne restantes (non accomplies à ce jour), nous pouvons également connaitre leur date, précisément grâce à leur signification, et surtout par rapport à toutes les preuves détaillées en partie 2.

 

 


    I) La date de la fin de la Tribulation : au moyen du « Jour des Expiations » (Yom Kippour)


Cette Fête d’automne est prévue le dixième jour du septième mois et de par sa signification nous pouvons connaître la date du commencement de la fin de la Tribulation et de la grande Tribulation.

Le caractère prophétique de Yom Kippour, le jour des Expiations met l’accent sur l’humiliation et le repentir d’Israël à cause du rejet de son Messie il y a deux mille ans. Cet événement sera le prélude de la restauration du reste d’Israël, suivi de la manifestation de la Seconde Venue de Christ sur terre et à l’établissement de Son Royaume. Et c’est donc Elle qui définira la fin de la Grande Tribulation de la 70ème semaine de Daniel… Par conséquent, si nous avons démontré que les quatre Fêtes de printemps ont fidèlement été réalisées lors de la Première Venue de Jésus, et que nous avons également prouvé que la cinquième Fête (Roch Hashana) est digne de foi dans son accomplissement prophétique futur, nous sommes alors en mesure de déterminer avec la même certitude les événements liés aux deux Fêtes restantes.

Sachant que le Yom Kippour représente la fin de la Tribulation des 7 ans ou de la Grande Tribulation de 3,5 ans, nous pouvons connaître également son début, sachant que l’événement qui sera le signe de ce début correspond à l’alliance de l’Antichrist, pour une semaine d’année prophétique de Daniel.

1° Premièrement : la date de la fin de la Tribulation correspondant à Yom Kippour.

Nous avons le point de départ, 2015, comme année de référence du début du « Jour de l’Eternel » auquel nous additionnons les 7 ans de la Tribulation (dernière semaine des 70 semaines de Daniel) soit 2015 + 7 = 2022. Et le Yom Kippour en 2022 est prévu dans le calendrier juif le 5 octobre 2022.

2° Deuxièmement : la date du début de la Tribulation et de la 70ème semaine Daniel, (et donc de l’alliance de l'Antichrist concernant Israël) : si nous soustrayons 7 années prophétiques x 360 jours = 2520
jours à cette date du 5 Octobre 2022, nous obtiendrons l’objectif désiré.

 


        5 oct
      30 sept
      31 août
      31 juillet
      30 juin
      31 mai
     30 avril
     31 mars
     28 février
     31 janv

       = 278 jours pour 2022

     2022 : 278
     2021 : 365
     2020 : 366
     2019 : 365
     2018 : 365
     2017 : 365
     2016 : 366
     2015 : 50
                2520

Les 50 jours de 2015

     DECEMBRE : 31
     NOVEMBRE : 19
     TOTAL          : 50

     Il y a 19 jours sur les 30 du mois de novembre, soit le 11 novembre 2015.

L’alliance future de l’Antichrist : Prédite par le prophète Daniel en Da.9 : 27, elle marquera le début de la 70ème semaine de Daniel (la Tribulation) et devrait débuter en Israël le 11/11/2015, et pourquoi pas à 11 H 00 comme cela est fort probable. C‘est aussi une date de prédilection, fin de la première guerre mondiale par l’armistice du 11/11/1918.

« Il (le faux christ) fera une solide alliance avec plusieurs pour une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice et l'offrande ; le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu'à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur ». Dan. 9 : 27.

3° Troisièmement, la date du début de « la Grande Tribulation » (la mi-Tribulation) : Le Yom Kippour « le jour des Expiations » nous a permis de connaitre la date de l’alliance de l’Antichrist, donc du début de la Tribulation. Et comme la grande Tribulation doit commencer au moment où sera rompu ce contrat, soit au bout de 3,5 ans, il suffit de retirer 1260 jours du 5 octobre 2022 ou de rajouter 1260 jours au 11 nov. 2015 pour cibler cette date à mi-parcours.

2019    114

2018    365
2017    365
2016    366
2015      50
           1260

2019 

31     Janvier
28      Février
31      Mars
24      Avril
114

Le 24 avril 2019 sera le commencement de la grande Tribulation du peuple d’Israël, ce qui signifie d’abord qu’Israël sera annexée ce jour-là et l’Antichrist consommera son abomination décrite par le prophète Daniel et confirmée par l’Apôtre Paul :

    « …l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu » (2 Thess. 2 : 4).

A remarquer, qu’ayant connaissance maintenant de cette date, et également des éléments de la preuve n°7, à savoir : le départ de l’armée de la Bête le 21 janvier 2019 symbolisé par le tremblement de terre d'Apoc.6 :12, (commenté dans la 6ème partie de mon Tome 2, et en rapport avec l’éclipse lunaire), nous constatons qu’il faudra environ 3 mois à l’armée de la Bête pour arriver jusqu’en Israël. En voici la raison :

Ne perdons pas de vue, que l’une des singularités de l’Antichrist est de se faire passer pour le vrai Christ ; de plus Jésus avait prophétisé en ces termes : « Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez » (Jean. 5 : 43).

Les Juifs ont rejeté leur Roi venu au nom du Père lors de Son Premier Avènement, mais ils recevront le faux christ, celui qui prétendra être le Christ. C’est ainsi que l’Antichrist sera reçu lors de sa première manifestation parmi le peuple juif lors de la signature du traité (l’alliance prédite par Daniel) qui permettra alors la reconstruction du temple. Mais lorsqu’il se représentera, 3,5 ans après, la Bible dit qu’il se manifestera en envahisseur. Et lorsqu’Israël s’apercevra des intentions de cet usurpateur, la bête en tant que l’Assyrien, les Juifs chercheront à résister. Mais pendant combien de temps ? Très peu de temps. Car l’effet de surprise sera de taille (confirmé par Jésus en Mt. 24 : 15-20), étant donné qu’Israël se croit encore en sécurité par l’alliance de paix contractée avec l’Antichrist. De plus, l’armée de la bête (l’Antichrist) se trouvera déjà au Moyen-Orient, puisque Daniel (Da. 11 : 40) prédit qu’une nation du sud (probablement l’Iran), aura provoqué le roi du Nord (la bête). Voici un autre texte attestant la promptitude de cette opération sur Israël :

    « Cette multitude de guerriers sera comme la balle qui vole, et cela tout à coup, en un instant. C'est de l'Éternel des armées que viendra le châtiment, avec des tonnerres, des tremblements de terre et un bruit formidable, avec l'ouragan et la tempête, et avec la flamme d'un feu dévorant » (Es. 29 : 5-6).

Par là-même, si ce scénario se confirme, nous voyons que cette réalité est déjà en phase de préparation, bien plus proche que certains ne se l’imaginent (tenez-vous prêt, le Seigneur revient chercher Son Église).

Après cette petite parenthèse, revenons à la suite, lorsque l’Antichrist fondra sur le roi du Midi. Ce sera obligatoirement dans la dernière année de la première partie de la Tribulation, et cette date est le 21 janvier 2019 que nous avons vue précédemment lors des deux éclipses prophétisées par Jean (Apo.6 : 12). Pourquoi ? Parce qu’au milieu de la 70e semaine, l’Antichrist devra être dans le sanctuaire, pour l’accomplissement des Écritures prophétiques, à commettre l’abomination décrite par Daniel (Da. 9 : 27).
L’armée de la bête, une fois que la nation du sud sera dévastée, celle qui l’avait heurtée, se tournera vers Israël, pour la raison évoquée dans l’abomination de Daniel, c'est-à-dire en blasphémant, se proclamant lui-même Dieu.

Un conflit majeur va donc commencer ; il sera provoqué par une nation du sud mentionnée comme roi du Midi (Da. 11 : 36-41) qui heurtera l’Empire romain reconstitué par la bête. Le roi du septentrion (du Nord, la bête, l’Assyrien) fondra sur le roi du Midi avec ses troupes.

Et le prophète Daniel précise que cette première intervention se poursuivra jusqu’à atteindre les territoires d’Israël et annexer Jérusalem, exprimée en ces termes : « Il entrera dans le plus beau pays… ». Alors s’accomplira ce que Jésus prédisait (Mt. 24 : 15-20 ; Mc. 13 : 14-18 ; Luc 21 : 20-23).

Cette incursion de l’Assyrien ne se limitera pas à la Samarie, Jérusalem, la Judée ou même tout le pays, mais se poursuivra par la suite (cinquième trompette) de la même façon en Palestine, Égypte, Éthiopie, Liban et tous les pays alentour (Ez. 30 : 3-9 ; Da. 11 : 36-45).

 

      II) La Fête des Tabernacles (Sukkot) permet de prédire la date de la restauration d’Israël.

Le peuple d’Israël après sa repentance au Yom Kippour sera restauré lors de Sukkot, la Fête des Tabernacles qui se situe selon le calendrier juif, le 10 et 11 octobre 2022.

 

     III) La date de la libération de Jérusalem par les 1290 jours de Daniel 12 : 11

 


Une autre date à prévoir : la désolation dans le temple par l’Antichrist durera 1290 jours depuis son commencement. « Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l'abomination du dévastateur, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours » (Da.12 : 11).

Sachant que la grande Tribulation commencera le 24 avril 2019 + 1290 jours soit 30 jours après le Yom Kippour du 5 octobre 2022 = le 10 novembre 2022 les armées de la Bête auront quitté Jérusalem, parce que chassées par la résistance des chefs de Juda (Za.12 : 5-9, et 9 : 13-16).

      IV) Le début du millénium par les 1335 jours de Daniel 12 : 12

 

Les 45 jours supplémentaires : « Heureux celui qui attendra, et qui arrivera jusqu'à mille trois cent trente-cinq jours ! ». Dan. 12 : 12. Cette date de 45 jours de plus que la délivrance de Jérusalem devrait correspondre au rétablissement des peuples du monde entier après le grand jugement des survivants de la Tribulation des 7 ans sur terre qui marquera le début du Millénium.

      Le 10 novembre 2022 + 45 jours = 25 décembre 2022 = Millénium.

Le Millénium devrait commencer le 25 décembre 2022. Ce jour-là ne vous évoque-t-il rien ?

 

Le tableau ci-dessous n'est donné que pour une compréhension globale permettant la traduction dans les différentes langues.

Pour examiner  les détails, veuillez prendre en parallèle l'original dans l'exemplaire en français en vous rendant sur la page " Accueil " puis en cliquant sur " livre " puis sur  " révélations de la fin des temps Tome 3 ", afin de vous rendre à la page :141

 

Ou rendez-vous directement sur le site de l'auteur où il explique toute la chronologie :

 

http://www.apocalypse-revelations-bible.com/#!tableaudelachronologie/cg0g

LE JOUR DE CHRIST SUIVI DU JOUR DE L'ETERNEL 

49 ans soit 7 semaines de la 2ème phase de la prophétie de Daniel
"jusqu'au Prince Messie" Da.9:25 = enlèvement de l'Eglise
13 SEPT. 2015 ECLIPSE SOLAIRE PARTIEL SIGNE DANS LE CIEL (Joël 2:30-31)
13/14 SEPT. 2015 ENLEVEMENT DE L'EGLISE
2015 La fête des Trompettes ( la Rosh Hashanah juive) est associée
28 SEPT. 2015 ECLIPSE TOTALE DE LUNE 2ème SIGNE
(Joël 2:30-31)
29 SEPT. 2015 APPARITION DE L'ANTICHRIST
au lendemain de l'éclipse totale lune de sang

DEBUT DE LA 70 ème ET DERNIERE SEMAINE DE DANIEL attesté par l'Alliance de l'Antichrist concernant Israël et la construction du 3 ème temple / DEBUT DE LA TRIBULATION 7 ANS

MI-TRIBULATION L'alliance rompue par l'Antichrist, Jérusalem annéxée / DEBUT DE LA GRANDE TRIBULATION

FIN DE LA TRIBULATION DES 7 ANS / Fin de la 3ème guerre mondiale / JOURS DES EXPIATIONS
SOCCOUT FETE DES TABERNACLES = réstauration du reste
10 et 11 d'Israël
oct./2022

LIBERATION DE JERUSALEM


??? Jour précis inconnu (Mat24:36 et Za. 14:6)

Le Retour en gloire de Jésus-Christ sur terre " Personne ne connaît ce jour-là exactement (Mat.24:36 en // avec Za 14:6-7). " Voici il vient avec les nuées, et tout oeil le verra, et ceux même qui l'ont percé; et toutes les Tribus de la terre se lamenteront devant lui; oui, Amen !" ( Apo1:7)
ARMAGUEDON la grande bataille. Jésus le Messie représenté par la pierre (Daniel 2) va détruire la grande statue (l'empire de la Bête) du rêve de Nébucadnésar.

25 DECEMBRE 2022 = DEBUT DU MILLENIUM / Le grand sabbat de Dieu
/ l'Etablissement du royaume du Roi des rois Jésus-Christ

 

PARTIE V 



Partie V :

Les codex, manuscrits anciens : lesquels ?

 


Cette étude de 2 Thess.2 : 2 fait suite à la confusion de certains manuscrits qui diffèrent de la traduction originale pour appuyer la fausse doctrine de l’imminence expliquée dans la première partie. En effet, comme je l’ai déjà mentionné dans cet ouvrage, ce passage de 2 Thess.2 : 2 est déterminant dans la compréhension des événements de la fin des temps (le temps presse), car le sens de ce texte dépend entièrement de l’expression du Jour de Christ ou Jour du Seigneur. Ce qui est sûr, c’est que si les copistes et traducteurs ignoraient la différence fondamentale de ces deux expressions - au point de les confondre sans y prêter attention - il est certain que celui qui a agi comme le serpent dans l’Eden connaissait leur importance. Vous constaterez à quel point le diable a combattu durant tous ces siècles contre la vérité en cherchant à pervertir la Parole sacrée de Dieu, jetant le trouble parmi le peuple de Dieu en introduisant des falsifications dans certains manuscrits. J’ai tellement voulu connaître la vérité sur ce verset que le Seigneur, dans Sa bonté, a daigné m’accorder Ses grâces pour trouver les réponses. Ces recherches n’ont fait que confirmer les profondes convictions que j’avais reçues précédemment dans mon esprit par le Saint-Esprit.

 

 


V.I) Pourquoi le verset 2 de 2 Thess.2 ne peut s’agir du « Jour du Seigneur » ?

 


     1) Le « Jour du Seigneur » ainsi mentionné dans certaines versions (Segond, Darby, Tob etc.), pose un problème de cohérence avec l’ensemble des Ecritures. Car deux signes (l'apostasie et l'apparition de l'Antichrist) doivent être accomplis avant l’événement. S'il s'agit ici du Jour du Seigneur, cela constituerait obligatoirement son commencement. Etant alors dans la première phase du déclenchement du Jour du Seigneur (autrement dit : juste après l’Enlèvement) et à cause des deux signes qui le précèdent, l’apostasie (au sens où on l'entend habituellement, à savoir : « abandon de la foi ») serait en contradiction totale avec les Ecritures, ce qui est impossible. Pourquoi ? L’apostasie annoncée en tant que « révolte » de certains chrétiens est prédite par les Ecritures comme l’un des signes forts des derniers temps en rapport avec l’Eglise, et non des convertis pendant la Tribulation, ce qui fait une différence fondamentale. Explication : une lecture attentive des passages suivants (1 Tim.4 : 1-3 ; 2 Tim.4 : 3-4 et 2 Pi. 2 : 1-3) met en garde l’Eglise universelle dans les derniers temps car elle sera de plus en plus exposée à la séduction, et ce, jusqu’à la fin. Certains chrétiens, n'étant pas enracinés dans la Parole de Dieu, de faux prophètes et faux docteurs en profiteront. Ils introduiront sournoisement de fausses doctrines, et par là-même, induiront ces croyants dans l’erreur, en provoquant de faux réveils (qui ne viennent pas de Dieu). Tous les réveils spirituels ne viennent pas forcément de Dieu, certains sont provoqués par l’ennemi et sont la cause même de l’apostasie. Il faut savoir que Dieu permet cette épreuve pour la purification de Son peuple décrit comme : le jugement commençant par la maison de Dieu (1 Pi.4 : 17). C‘est un principe divin que l’on retrouve dans toute la Bible (Ez.9 : 6) : Sa justice s’exerce contre toute impiété en commençant par Son peuple, puis avec les incrédules (Rom.1 : 18). Et la fin des temps suit ce même processus : d’abord l’Eglise en vue de la purification des vierges sages et de l’apostasie pour les vierges folles, puis vient le Jour de l’Eternel pour les nations (avec l’heure de l’épreuve pour tous les habitants de la terre par les quatre premiers sceaux (Apo.3 :10), avec d'un côté : la persécution, par l’Antichrist, des chrétiens convertis pendant la Tribulation et pendant la grande Tribulation, et de l'autre, la sélection et la sanctification des juifs, appelés le " reste d’Israël ". La puissance d’égarement qui s’en vient bientôt dans le monde concerne les habitants de la terre dans le Jour du Seigneur parce qu’ils n’ont point aimé la vérité, et non pas l’Eglise qui sera enlevée préalablement, ni même les croyants de la Tribulation qui seront exposés non à l’apostasie mais à la persécution (ex. 5ème sceau). Il est important de bien comprendre cette distinction : l’apostasie concerne l’Eglise à cause de la séduction du péché avant le « Jour de Christ », car elle s’apparente à l’église de Laodicée (et non aux élus : les chrétiens convertis pendant la Tribulation). Pour ces raisons, l’apostasie est un signe qui est mentionné par Paul dans 2 Thess.2 : 2 + 3, qui se place préalablement à l’événement par l’expression « auparavant ». Il ne peut donc s’agir que du « Jour de Christ » et non du « Jour de l’Eternel ».

 


2) Toujours dans le cas où les manuscrits qui s’approprient l’expression « Jour du Seigneur » seraient vrais, cela supposerait également que le deuxième signe : l’Antichrist, ne soit dévoilé qu’après le « Jour de Christ » puisque avant le « Jour du Seigneur ». Comment se fait-il alors que nous connaissions déjà son identité (voir partie IV) ? Chrétiens réveillez-vous : non seulement l’apostasie s’est imposée en cette fin des temps (voir Tome 2 page 34 à 52), mais l’Antichrist est déjà né, est déjà dans ce monde depuis 1982 et il est sur le point de se révéler… (voir révélations à ce sujet en dernière partie de ce livre).

 


3) Si la version « Jour du Seigneur » dans le contexte de ce verset était juste, la Bible se contredirait, car la différence, bien fondée, entre les deux expressions « Jour de Christ » et « Jour du Seigneur » sont clairement définies dans l’ensemble des Ecritures par de nombreux exemples (ceci est largement développé dans les 3 tomes).

J’ai l’intime conviction que le Seigneur a permis que ces choses soient accessibles à ceux qui prennent en compte la vérité, selon la piété, comme principe divin (Tite 1 : 1) avec notamment cette invitation : celui qui cherche trouve, celui qui demande recevra et l’on ouvrira à celui qui frappe. Mais point de révélations et de manifestations de Sa grâce pour ceux dont le cœur n’est pas droit devant Lui, qui manquent peut-être de piété dans le vrai sens du terme, ou d’humilité et de sincérité devant Lui…

Je peux témoigner des manifestations miraculeuses de l’intervention divine, à bien des égards, dans mes recherches ; des réponses précises à mes prières surtout au moment où la situation devenait désespérée, insoluble sur le plan humain, où les limites humaines étaient atteintes.

Ci-dessous, la preuve que la vérité rencontre toujours sa juste mesure d’opposition, car si Dieu permet des obstacles, c’est pour rendre les choses inaccessibles à ceux qui, dans leur cœur mal intentionné, ne doivent pas les recevoir, mais pour les révéler seulement à Ses enfants qui L'aiment et à ceux qui persévèrent dans la vérité et ne se complaisent pas dans la passivité.

La Bible de l’Epée 1550 en vieux français.

 

 

 


V.II) Ce que les chrétiens sont en droit de savoir, nous dirons même plus, ce qu’ils doivent savoir sur les vrais et faux manuscrits :

     1) Que sont devenus les originaux du Nouveau Testament ?

 


Le Rev. James Townley, D.D. nous dit "Townley' Biblical Literature, vol.1, 1842" : "Les Manuscrits Originaux n'existent plus. Mais nous avons des évidences qui nous indiquent que certains d'eux furent préservés pour longtemps dans les anciennes églises chrétiennes. Au début du 3e siècle, Tertullien affirma que plusieurs Autographes existèrent encore en son temps à Corinthe, à Philippes, à Thessalonique, et à Rome (De Proescriptionibus, sec. 36). Jérôme déclara que l'Évangile Original de Matthieu écrit en Hébreu, se trouva dans la librairie de Césarée fondée par Julius Africanus et dirigée par Pamphile. Épiphane (310-403) écrivit que l'Évangile de Jean et les Actes des Apôtres en Hébreu furent gardés dans la trésorerie des Juifs en Tibériade. Au 4e siècle, un évêque d'Alexandrie du nom de Pierre, disait que l'Évangile de Jean écrit de la main de l'apôtre, était encore préservé dans l'Église d'Éphèse où il fut vénéré par les croyants. Frickius suggéra que les Autographes furent préservés dans les archives de l'Église primitive, ou la "Tabularia Sacra". Il croit qu’Ignace se réfère à ces archives dans son Épître aux Philadelphiens. Plusieurs érudits tel que Usher et Dodwell sont du même avis. La perte ou destruction des Originaux a produit la nécessité de collecter et de comparer les manuscrits grecs ainsi que les anciennes versions".

De toute évidence, il semblerait que les Originaux du Nouveau Testament aient disparu lors de la persécution de Dioclétien qui commença en l'an 303. J.M. Nicole nous rapporte que Dioclétien rêvait d'exterminer le Christianisme. Par ses quatre édits successifs, il ordonna la destruction des édifices du culte et des livres sacrés. Cécilien, évêque de Carthage, dont l'autorité fut contestée par les Donatistes, fut soupçonné d'avoir livré les Écritures pendant cette période. Gildas, ancien historien Britannique écrivit : "Les Églises furent détruites et tous les livres des Saintes Écritures furent brûlés dans les rues" Il est possible que certains des Originaux survivent et existent encore aujourd'hui, mais le Seigneur n'a pas permis qu'ils soient découverts ; peut-être sont-ils sous les yeux même des critiques textuels qui ne les reconnaissent point à cause de leur égarement ? Les copies fidèles des Autographes furent transcrites avec précision par des chrétiens fidèles dirigés par le Saint-Esprit. Ce texte fut parfois nommé "la Vulgate Grecque" (de vulgaire ou commun), car il fut désigné pour le commun du peuple.

Les manuscrits grecs utilisés par les chrétiens des premiers siècles furent ceux que Dieu préserva pour la génération future. Ceux-ci furent copiés tellement de fois qu'ils vinrent à dominer le peu de textes qui furent pervertis ; au point que de nos jours, 95 manuscrits sur 100 sont en accord. Seulement 5% des manuscrits du Nouveau Testament portent des évidences de corruption comme le Vaticanus et le Sinaiticus. Les Bibles Martin, Ostervald, et Épée s'accordent avec le Texte Majoritaire (95%) de la Vulgate Grecque représenté dans le Texte Reçu qui contient en lui seul les lectures du Texte Original et Authentique des Apôtres. Toutes les versions modernes ont abandonné le Texte Majoritaire pour se prostituer au Texte Minoritaire, mais ce qui est plus grave est qu'elles rejettent le Texte Reçu des Réformateurs. Ceci est l'attaque la plus sérieuse jamais lancée contre la Parole de Dieu. Le Nouveau Testament des Bibles Martin, Ostervald, et Épée est le produit de la souveraine providence de Dieu pour Son peuple de langue française.

Le miracle de la rédaction des Textes Originaux assure conséquemment leur préservation, non la préservation des manuscrits originaux, mais de leur Texte Sacré. Il est entièrement impossible que Dieu abandonna sa Révélation écrite aux caprices des hommes et à un destin incertain après qu'elle fut rédigée. Comme le Saint-Esprit avait dirigé et guidé les auteurs sacrés, il fit de même pour diriger et guider les copistes dans leurs transcriptions des Originaux, et veilla même sur leurs traductions. Ainsi nous dit A.R. Kayayan, directeur de

" Perspectives Réformées ", (Révélation et Connaissance du Salut) :

" Nous ne pouvons pas concevoir un Dieu qui, ayant achevé Son Œuvre, S'en désintéresserait définitivement. Dieu continue à agir dans le monde pour préserver Son Œuvre. Cette action divine s'appelle la Providence ".

Nous avons cette promesse du Dieu Tout-Puissant qui est la source même de sa Parole Vivante : Les paroles que je vous dis sont esprit et vie" ; "Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point" ; "... il n'est pas possible que la Parole de Dieu soit anéantie" (Jean 6 : 63 ; Matthieu 24 : 35 ; Jean 10 : 35).

 

 


Quels sont les vrais et faux Manuscrits du Nouveau Testament ?

 

 


Comparaison de manuscrits

C’est bien beau d’avoir une grande quantité de manuscrits, mais sont-ils très différents les uns des autres? Retrouve-t-on des preuves d’un changement survenu à travers les années ?

Quand on compare tous les manuscrits (plus de 5250), on dénombre un total d’environ 100 000 variations entre eux. À première vue, cela semble être un chiffre énorme, mais il inclut les fautes d’orthographe, le changement de l’ordre des mots dans une phrase, l’omission ou l’inclusion de l’article défini grec avec les noms propres ainsi que d’autres variations mineures. Quand toutes ces variations mineures qui n’affectent pas le sens d’un passage sont éliminées, il ne reste qu’environ 235 différences qui ont une quelconque signifiance. De ces 235 variations, seulement 5 peuvent remettre en question l’authenticité d’une partie du texte. Voici la liste des 5 passages en question : Marc 16 : 9-20, Luc 22 : 20 + 43-44 ; 23 : 34 ; et Jean 7 : 53 - 8 :11.

 

 


Les copistes grecs du Nouveau Testament sont divisés en deux origines :

 


1) 1er corpus grec : le Texte Majoritaire et ses origines byzantines

On distingue deux corpus de textes grecs du Nouveau Testament bien distincts. Le premier fut établi à partir de manuscrits grecs du Nouveau Testament, provenant de ce que nous appelons aujourd'hui la tradition « Byzantine ». Ce sont des manuscrits issus des copistes de l'Eglise ancienne de la région de Byzance (actuelle Turquie) où les premières églises furent fondées du temps de l'apôtre Paul, au premier siècle de notre ère. On nomme cet ensemble « le Texte Majoritaire » car il y a beaucoup de copies à comparer entre elles.

Les premiers spécialistes qui ont mis au point le Texte grec définitif remontent au XVIe siècle : il s'agit de l'héritage du Cardinal Ximenes de l'école espagnole, d'Erasme de Rotterdam, de Robert Estienne, de Théodore de Bèze, des Elzevirs, de John Owen, et de David Martin. Tous ces spécialistes considéraient que Dieu avait veillé à la transmission du Texte Saint et que celui-ci ne pouvait donc être « traité » comme n'importe quel autre écrit humain. Avec les imprimeurs hollandais Elzevir, on a fini par appeler cette version du NT grec « le Textus Receptus », Texte reçu (de la tradition byzantine).

Au XIXe et XXe siècle, les spécialistes qui ont établi les versions du Texte reçu sont : John William Burgon, T. R. Birk, E. Miller, F. H. A. Scrivener, Edward F. Hills, WilburN. Pickering, Theodore P. Letis, Jakob van Bruggen.

Le texte traditionnel grec du Nouveau Testament est aujourd'hui à nouveau disponible en librairie dans l'édition établie par les soins de Zane Hodges et de A. Forstad, Z. Hodges et A. Forstad, The Greek New Testament According to the MajorityText (Nashville, Ten.: Nelson).

Certains spécialistes ont été troublés par le fait qu’un petit nombre de manuscrits récemment découverts puisse prévaloir contre des centaines d'années de dépendance à l'égard du texte traditionnel et contre le nombre impressionnant de manuscrits qui l'appuyaient. Le plus énergique de ces critiques a été John W. Burgon, doyen de Chichester. Sa préférence allait au texte syrien/byzantin parce qu'il était soutenu par la grande majorité des manuscrits. Il considérait que le Codex Vaticanus et le Codex Sinaïticus étaient corrompus et n'étaient donc pas des témoins fiables du texte original.

Une autre critique soulignait que Hort n'avait pas vraiment appliqué la méthode généalogique aux manuscrits du NT: toutes ses démonstrations renvoyaient à des manuscrits hypothétiques et non existants en réalité. De plus, on constate que l'ensemble des manuscrits présente des phénomènes de mélange (mixture), ce qui rend la méthode généalogique aléatoire. Plusieurs affirment ainsi que la méthode généalogique ne peut pas être appliquée au NT.

Plus récemment, les praticiens de la critique textuelle ont effectué une classification des manuscrits en textes-types différente de celle de Westcott- Hort. Ils dépendent beaucoup moins des codex Vaticanus et Sinaïticus, reconnaissant plus de poids à d'autres témoins anciens tels que les papyri. Beaucoup acceptent désormais d'inclure le texte byzantin dans leur formule plutôt que de l'ignorer.

 

 


L’exemple de piété d’Érasme de Rotterdam (en contraste avec Westcott et Hort) :


Latinisé "Desiderius Erasmus Roterodamus", Érasme fut un géant de l'érudition. Les sources de la connaissance des Grecs coulèrent une autre fois dans les plaines Européenne dû à la renaissance littéraire du 15e et 16e siècle. Celle-ci prit son essor avec l'afflux des manuscrits grecs et des érudits chassés de l'empire Byzantin en 1453, lorsque les Turcs prirent l'ancienne capitale de Constantinople (maintenant Istanbul). La Renaissance fut facilitée par la découverte de l'imprimerie qui fit connaître les oeuvres antiques au monde européen. En France on s'efforça d'enrichir la langue et de prêcher l'imitation des Grecs, des Latins et des Italiens. Érasme sut canaliser ces sources d'informations à l'avantage des Réformateurs. Avant ce temps, la Bible n'était qu'en Latin, les manuscrits des anciennes versions étaient copiés fidèlement par les Vaudois depuis le 2e siècle, principalement celle de la VestusItala au Version-en Vieux Latin. Tandis que l'Église Catholique supportait la Vulgate Latine de Jérôme, une version en vieux latin que celui-ci avait pollué avec des lectures de l'Hexapla d'Origène sous l'ordre de son protecteur, le pape Damase 1 (366-384).

Mais voici que les manuscrits du Texte Original Grec furent disponibles pour la première fois au monde européen ; et que ceux-ci furent tous de la famille Byzantine. Qui ne peut voir l'intervention de Dieu dans tout ceci, afin que nous puissions avoir sa Parole intégrale qu'Il nous a préservée et destinée ? Érasme examina des centaines de manuscrits, mais en utilisa seulement quelques-uns uns, car dans toute la masse des manuscrits, ceux qu'il sélectionna pour composer son Nouveau Testament Grec, représentèrent avec quelques variations, le texte général qui se trouve dans l'ensemble de tous les manuscrits, sans inclure toutes les lectures variées. Quoique ceux-ci ne soient pas tous identiques, les variations qui s'y trouvent sont mineures et superficielles dans le genre de texte unique qu'ils représentent.

En comparant les évidences et en sélectionnant son matériel sous la providence de Dieu, Érasme confirma la fidélité de l'Église Vaudoise.

 


Le Nouveau Testament Grec d'Érasme connu comme le Texte Reçu se révéla être le Texte Authentique de la Parole de Dieu. Ainsi après environ 1000 ans de ténèbres spirituelles, le Nouveau Testament fut imprimé dans sa langue originale en 1516, et occasionna la Réforme Protestante par un retour à la pure Parole de Dieu comme seule autorité de notre foi. Érasme fit paraître d'autres éditions de son Nouveau Testament Grec. Celle de 1519 devint la base du Nouveau Testament de la Bible Allemande de Martin Luther. Ce dernier utilisa aussi dans sa traduction, la Bible Bohémienne de Teplice, une ancienne version Vaudoise en langue Germanique. Les éditions de 1516 et 1519 furent utilisées aussi par Jacques Lefèvre d'Estaples, nommé Jacobus Faber Stapulensis, dans sa traduction française du Nouveau Testament qu'il fit publier à Paris en 1523 ; et par le Vaudois Louis Olivier, nommé Pierre Robert Olivetan, disciple de Jacques Lefèvre, dans sa traduction Française du Nouveau Testament qu'il fit publier dans sa Bible de 1535. Cette Bible Authentique d'Olivetan est celle que nous connaissons aujourd'hui comme la Bible de Martin et la Bible Ostervald. Érasme fit paraître trois autres éditions, notamment celles de 1522, 1527 et 1535. Lorsqu'il mourut le 12 juillet 1536, ses ennemis déclarèrent : "Érasme a pondu l'œuf et Luther l'a fait éclore".

James Townley nous dit qu'en publiant son Nouveau Testament, Érasme souleva une troupe d'ennemis contre lui et contre le Texte Byzantin qui s'oppose à celui de l'Église Catholique. Certains l'accusèrent d'actions téméraires et d'autres ajoutèrent la marque d'inexactitude et d'hérésie à son Nouveau Testament. Plusieurs de ses oeuvres littéraires furent interdites et même condamnées à être brûlées, et lui-même échappa de justesse au bûcher. En effet, c'est la coutume même aujourd'hui de ceux qui sont hostiles au Texte Reçu de se moquer d'Érasme. Aucune perversion des faits n'est assez grande pour diffamer son Nouveau Testament Grec. Tous les apostasiés modernes comme D.A. Carson et Alexander Sauter, prétendent tous, sans aucune preuve à l'appui, que le Nouveau Testament d'Érasme est rempli d'erreurs. Ainsi dit D.A. Carson, ennemi du Texte Reçu : " Il existe des centaines d'erreurs d'imprimerie dans l'édition de 1516. Dans la préparation de son texte, Érasme utilisa plusieurs manuscrits dont aucun ne contenait le Nouveau Testament en entier ".

 

 


     2) 2e corpus grec : le Texte Minoritaire et ses origines égyptiennes, sources de nombreuses erreurs doctrinales.

 


Le second ensemble de textes grecs du NT, qu'on appelle couramment « éclectique », a pris son envol principal à partir de la découverte par Tischendorf, en 1859, d'un texte très ancien du Nouveau Testament « le codex Sinaïticus » découvert dans un monastère orthodoxe au pied du Mont Sinaï. Cette trouvaille fut confortée par la mise en lumière, à la même époque, d'un manuscrit de type semblable « le codex Vaticanus » lui aussi issu de la tradition « alexandrine » des manuscrits du NT. L'origine de ces copies est donc égyptienne. Comme ces copies sont plus anciennes que celles du Texte Majoritaire, les traductions actuelles se basent sur elles : on appelle ces textes « le Texte Minoritaire » car il y a peu de copies à comparer entre elles.

Les spécialistes qui, au XIXe siècle, ont étudié et mis au point les versions définitives du Texte Minoritaire ont placé le Nouveau Testament sur le même plan que n'importe quel autre livre humain, ne croyant pas que Dieu avait veillé à la transmission de Sa Parole.

Ces hommes célèbres, critiques textuels, sont :

Lachmann, Tischendorf, Tregelles, Wescott, Hort, Nestle, Aland, Metzger, etc.

 


Les Bibles actuelles issues des manuscrits Minoritaires sont (et donc à éviter pour toutes études sérieuses de la parole de Dieu) :

Bible de Jérusalem,

TOB (traduction oecuménique),

Bible Segond (toutes éditions),

Bible Darby,
Bible Osty et Crampon,

Bible Synodale,
Bible en français courant,

Bible de la Pléaïde,
Bible Bayard,

Nouvelle Bible Segond,

Bible de Maredsous, etc...

 


Elles sont toutes basées sur les travaux de ces hommes (à partir du Texte grec de Nestle-Aland pour la plupart, ou du texte grec de Wescott et Hort pour la Traduction du Monde nouveau des Témoins de Jéhovah, par exemple).

Pour conclure, sache, ami lecteur, que les différences entre les traductions basées sur le Texte Majoritaire et les traductions basées sur le Texte Minoritaire sont nombreuses et parfois importantes sur le plan de la doctrine Chrétienne.

 


     3) Première attaque du diable : corrompre le texte grec de la Bible, en utilisant deux hommes sans piété, et même occultes, Westcott et Hort.

 

 


L'équipe des traducteurs de la TOB, traduction œcuménique de la Bible, déclare dans la préface de leur première édition de 1972, que l'un des meilleurs textes grecs de la Bible est celui de Nestle-Aland, édition critique basée sur les révisions du XIX° effectuées par Tischendorf, Westcott et Hort, et Weiss.

 


Voici qui étaient deux de ces spécialistes :

 


Brooke Foss Westcott (1825-1901) et Fenton John Anthony Hort (1828-1892) étaient deux universitaires anglais qui produisirent le texte grec corrompu sur lequel sont basées les versions modernes. On doit à leur influence dominante sur le Comité de révision de 1871-1881 la plupart des corruptions qui touchent les traductions modernes.

 


Voici le constat établi par le révérend D. A. White, qui écrit ce qui suit (en page 41 de son livre Defending the King James Bible) :

 


" Le texte de Westcott et Hort modifie le Texte reçu en 5 600 endroits… Mon compte personnel remonte au 2 août 1984 et, au moyen du NOUVEAU TESTAMENT GREC de Scrivener, j'ai relevé 5 604 modifications apportées au Texte reçu par Westcott et Hort dans leur Nouveau Testament grec. De ces 5 604 modifications, j'ai noté :

• 1 952 omissions (35 %),

• 467 ajouts (8 %) et

• 3 185 modifications (57 %).

 


À ces 5 604 endroits où on notait des modifications, on avait ajouté 4 366 mots, ce qui porte à 9 970 le nombre de mots grecs. C'est donc dire que dans un texte grec de 647 pages (p. ex., le texte de Scrivener), cela
représente en moyenne des modifications à 15,4 mots par page du Texte reçu.

 


Celui qui étudie l'histoire des traducteurs de la Bible doit connaître la biographie de ces deux hommes. Ces renseignements sont fort bien documentés dans Final Authority de William Grady, et dans New Age Bible Versions de Riplinger.

• À eux deux, les livres Life and Letters of Brooke Foss Westcott et Life and Letters of Fenton John Anthony Hort contiennent plus de 1 800 pages. Il n'y a pas l'ombre d'un témoignage personnel de salut de la part d'aucun de ces hommes, et on ne trouve le nom de Jésus que neuf fois!

• Westcott croyait fermement au culte de Marie, tandis que Hort affirmait que le culte de Marie avait beaucoup en commun avec le culte de Jésus.

• Hort croyait au maintien des sacrements de l'Église romaine catholique.

• Hort croyait en la régénération de l'âme par le baptême tel qu'enseigné par l'Église catholique.

• Hort rejetait l'infaillibilité de l'Écriture Sainte.

• Hort s'intéressait beaucoup aux travaux de Charles Darwin, lui et Westcott rejetaient le récit de la Création.

• Westcott ne croyait ni à la Seconde venue du Christ sur Terre, ni au millenium, ni au paradis.

• Tous deux rejetaient la théorie de l'Enfer et appuyaient les prières pour les morts du purgatoire.

• Hort refusait de croire à la Trinité.

• Hort refusait de croire aux anges.

• Westcott a admis être communiste de nature.

• Hort a admis qu'il détestait toute forme de démocratie.

• Westcott était un grand buveur de bière. En fait, seulement 12 ans après la parution de la Version révisée, il était le porte-parole d'une brasserie.

• Pendant qu'ils travaillaient sur leur texte grec (1851-1871) et au comité de révision de la Version révisée (1871-1881), Westcott et Hort s'étaient attachés " à des esprits séducteurs et à des doctrines inspirées par les démons " (1 Tim. 4 : 1). Les deux hommes étaient vivement intéressés par les pratiques occultes et les clubs. Ils mirent sur pied le club Hermes en 1845, la GhostlyGuild en 1851 puis, au cours de la même année, Hort se joignit à un club secret appelé Les Apôtres. Il s'agissait de groupes spirituels qui croyaient en des pratiques anti-bibliques telles que la communication avec les morts (nécromancie).

• Le texte grec de Westcott et de Hort fut remis EN SECRET au Comité de révision.

• Les membres du Comité de révision de 1881 promirent de garder le secret (relativement au nouveau texte grec utilisé). Ils se rencontrèrent en secret pendant 10 ans.

• Le texte grec corrompu de Westcott et de Hort n'a été diffusé au public que cinq jours avant le commencement de la Version révisée. Cela a empêché les universitaires qui croyaient en la Bible, dont Dean Burgon, de le réviser et d'exposer un tel tas d'ordures.

 

 


4) Deuxième attaque du diable : interpréter la Bible à travers la critique textuelle.

 

 

 

 

• La Bible nous a prévenus que l'une des techniques du diable est de remettre en cause la Parole de Dieu : il aime nous faire douter, nous faire interpréter les paroles de Dieu pour s'y glisser par le scepticisme et la désobéissance.

 


• La critique textuelle est une science littéraire qui tente d'analyser tous les manuscrits bibliques en notre possession pour les classer, les commenter et en définir la valeur. La critique externe essaie de dresser la chronologie et les liens qui unissent ou séparent les vieux manuscrits. La critique interne est une deuxième approche qui interprète le contenu des manuscrits. Voici ce qu'écrivent les traducteurs de la TOB :

"Toutefois, cette méthode fait largement intervenir le jugement subjectif du critique, qui doit exploiter tout à la fois son sens personnel du texte et sa connaissance du comportement coutumier des scribes ainsi que des erreurs 
qu'ils commettent le plus habituellement. Ce caractère subjectif de la méthode, explique, dans une large mesure, qu'elle ne soit, en règle générale, employée que comme : un " complément à la critique externe".

C'est la critique textuelle du XX° siècle qui a mis à l'honneur les Codex Vaticanus et Sinaiticus en les déclarant les plus neutres, les plus fidèles qui soient. Pourtant le CODEX Vaticanus est apparu mystérieusement (les traducteurs de la TOB disent : de provenance inconnue !!!!), soi-disant trouvé par hasard au XIX° siècle dans les caves du Vatican. Le CODEX Sinaiticus aurait été lui aussi soi-disant découvert par Tischendorf dans les rebuts du monastère de Sainte-Catherine, sur le mont Sinaï, au XIX° siècle.

 


Au XX° siècle, ces codex minoritaires corrompus ont pris la place qu'occupait le Texte Reçu, utilisé autrefois dans l'impression des Bibles anciennes. Dès l'invention de l'imprimerie, les Bibles publiées reposaient sur le texte biblique grec dit "Syrien" ou "Antiochien", rassemblé vers l'an 300 à Antioche. C'est ce Texte Reçu qu'a utilisé la Réforme Protestante de 1535 à 1750 pour publier des Bibles fidèles.


Les authentiques Bibles de sources protestantes : d'Olivétan (1535), la bible de l’Epée (1540), Bible de Genève (1669), Bible de David Martin (1707), Bible de Jean-Frédéric Ostervald(1744) reposent sur ce Texte Reçu et permettent aujourd'hui de constater les changements, omissions et altérations que les Bibles modernes ont introduites en se basant sur les codexs Vaticanus et Sinaïticus.

 


5) Les liens de cause à effet de la falsification des codex minoritaires sous l’influence de l’Eglise Catholique Romaine

 


   1) Datation des codex minoritaires

Les paléographes sont unanimes pour dater le Codex Sinaïticus du IVe siècle. Il ne peut pas avoir été écrit avant l’an 325, terminus a quo, parce qu'il contient les canons de concordances. Il ne peut pas non plus avoir été écrit après 360, terminus ad quem, en raison de références aux Pères de l'Église dans la marge 9.

À l'origine, selon Constantin Tischendorf, d'après Eusèbe lui-même, le Codex Sinaïticus était un des cinquante exemplaires de la Bible grecque commandés par l'empereur Constantin Ier à Eusèbe de Césarée, peu après le Concile de Nicée de 325.

     2) La fondation de l’église de Rome

Il est certainement utile de rappeler ici que l’Eglise Catholique n’a été établie ni par Jésus ni par les apôtres et que l’Eglise primitive était radicalement différente de celle-ci. C’est en 313 que l’Eglise jusque-là persécutée va obtenir de l’empereur Constantin la paix, la reconnaissance et un rapprochement étroit avec l’État. Constantin, tout en gardant son titre païen de Souverain Pontife favorisa le christianisme.

C’est à la fin du IVème siècle que l’empereur Théodose interdit le culte païen : tout citoyen romain était contraint d’accepter la foi chrétienne telle qu’elle avait été formulée au concile de Nicée en 325. Tous ceux, dès lors, qui pour des raisons de conscience, ne suivaient pas ce diktat et n’entraient pas dans cette religion d’État étaient stigmatisés comme hérétiques. Sous la direction du pape Léon Le Grand (440-461), l’Eglise universelle prit un immense essor. C’est lui que la plupart des historiens de l’Eglise désignent comme étant le premier pape, le premier à vouloir monopoliser au profit de l’évêque de Rome les promesses faites par Jésus à l’apôtre Pierre (Matthieu 16 : 18,20).

L’institution de « l’Eglise d’État » fut achevée sous le règne de l’empereur Justinien (527-565) lorsqu’il établit les prêtres comme « fonctionnaires d’État ». Les évêques devinrent des dignitaires munis de pouvoirs religieux et politiques et se firent considérer comme des « pères spirituels ».

La prééminence des évêques, et surtout des métropolites dans les églises catholiques favorisèrent grandement les relations de l’Eglise avec les autorités civiles. L’Eglise et l’État ne tardèrent pas à être étroitement associés, et, très vite, la puissance de l’État fut à la disposition des chefs de l’Eglise pour sanctionner leurs décisions. C’est ainsi que les persécutés devinrent graduellement persécuteurs. Plus tard, les églises qui, restées fidèles à la Parole de Dieu, furent persécutées par l’Eglise dominante comme hérétiques et sectaires, exprimèrent souvent dans leurs écrits leur entière désapprobation de l’union de l’Eglise et de l’État.

Avec l’introduction des masses plus ou moins païennes dans l’Eglise, le culte ne peut éviter la paganisation. Toutes sortes de pratiques sont introduites : le signe de croix (310); l’utilisation des cierges (320); la vénération des anges et des saints décédés (375), en sont quelques exemples. Les églises et même les individus sont placés volontiers sous la protection d’un saint ; bientôt, dans chaque autel, on désire placer une relique sacrée. Les images, les pèlerinages, les processions satisfont également le goût du faste et de la superstition qui animent les foules. Ceux qui protestent alors contre ces déviations sont traités d’impies et leurs réactions restent sans résultat.

Il ne faut pas être dupe pour comprendre le rapprochement des manuscrits minoritaires Sinaïticus, Vaticanus etc. qui ont ressurgi de nulle part et dont la datation correspond exactement à la période de l’introduction des fausses doctrines issues de l’église de Rome. De plus, les falsifications par omission de versets de ces codex témoignent contre l’église catholique, car écrits dans le but de servir les intérêts de celle-ci. Ils considèrent l’autorité des Ecritures sur la base de faux manuscrits pour étayer leur doctrine. Ils prennent la vérité de la Parole de Dieu comme secondaire lorsqu'elle est en contradiction avec leurs traditions et leurs dogmes.

 


Conclusion :

 


L’erreur est bien de privilégier les codex minoritaires sous prétexte qu’ils soient plus anciens : - Sinaïticus (4e s), Alexandrinus (5e s), Vaticanus (4e s), Codex Claromontanus (6e s), Codex Augiensis (9e s), Codex Boernerianus (9e s), Codex Angelicus (9e s), Porphyrianus (9e s), Codex AthousLaurae (9e s) - car d’une part, leurs origines restent incertaines, elles ont subi beaucoup de modifications soumises à l’influence d’abord de l’église catholique dans ses débuts, puis à travers les siècles par d'autres religions…et d’autre part, ils ont fait l’objet de milliers de modifications par ces hommes : Westcott et Hort dont le témoignage de leur vie laisse deviner leurs intentions.

Les codex majoritaires sont grandement préférables puisqu’ils sont nombreux et reposent sur un procédé de redondance appelé : « Textes reçus » qui proscrit toutes influences doctrinales, toutes incohérences, et toutes erreurs éventuelles des copistes, à plus de 99% par rapport aux textes originaux. Il ne faut pas oublier que « le Texte reçu » provient du texte byzantin qui est le texte de l'immense majorité des manuscrits, et que c'est donc celui qui a été le plus utilisé dans l'église primitive ainsi que lors de la réforme. Le texte byzantin a été transmis de par le monde en langue grecque, tandis que les codex minoritaires sont de sources incertaines. Certains pensent toutefois qu’ils proviennent de l'église d'Alexandrie (qui était par ailleurs en proie à des courants quelque peu mystiques ou gnostiques et le manque de rigueur face à ces influences se ressent dans les écrits d'Origène, Clément d'Alexandrie ou Cyrille d'Alexandrie).

Si vous avez compris la nécessité de conserver l’authenticité de la Parole de Dieu, utilisez une Bible qui soit digne de l’original. Evitez toutes les versions en français moderne, et préférez les traductions basées sur le texte byzantin : l'ancienne Bible protestante dans ses diverses révisions: Bible Martin (1744), le Bible de Genève (1669), Bible de l'Épée, Bible Ostervald et la Bible King James Française.

PARTIE VI

PARTIE VI : tout ce qu’il faut savoir sur l’Antichrist

 

Nous savons que l’homme impie prophétisé par les Ecritures doit faire son apparition prochainement, car nous sommes à la fin des temps, pour ne pas dire dans les derniers jours. Aussi est-il légitime, même urgent de nous interroger, en tant que chrétiens de cette dernière génération, sur la personne de l’Antichrist. Qui est-il ? A quand son apparition ? Comment va-t-il s’y prendre ? Qui sont concernés ? Autant de questions qui, manque de révélations, ont laissé la majorité des chrétiens dubitatifs face à des enseignements très contradictoires…
Les Ecritures ont été écrites sur la base de faits authentiques où chaque histoire constitue un moyen pour nous de mieux connaître le plan de Dieu, autant pour notre vie que pour l’humanité. La Genèse nous parle dès le premier verset d’un commencement, et l’Apocalypse nous confirme que Celui Qui est le commencement est également la fin, Il se présente comme l’Alpha et l’Oméga. C'est là la révélation du Fils de Dieu pour nous introduire dans cette Histoire. Il y a donc un commencement et il y aura une fin, et ce n’est évidemment pas en rapport avec la dimension de Dieu, car Dieu était déjà au commencement et même avant, en tant qu’Eternel, mais il s’agit d’un commencement de l’histoire de notre monde à travers laquelle Dieu veut nous donner la possibilité de Le connaître au moyen de la révélation de Son Fils. La Bible est le seul livre digne d’intérêt, le seul à nous proposer une vue d’ensemble sur toute l’histoire de l’humanité avec en plus une projection dans l’avenir. Au fur et à mesure de la réalisation de ses prophéties, l’arrière-plan du tableau devient la seule scène en mouvement. Mais bien des chrétiens en sont restés à contempler le tableau dans son ensemble, comme s’ils étaient à la place des différents auteurs de l’époque, inspirés par le Saint Esprit. Eux n’avaient pas d’autre choix que de se contenter d’une projection, en esprit, vers la finalité. Si la vue d’ensemble est effectivement essentielle pour la compréhension des Ecritures, c’est justement pour nous permettre de savoir en quel temps nous sommes arrivés, quel chapitre du scénario de l’histoire de notre monde est en train de se dérouler. Réalisons-nous que nous sommes au tout dernier chapitre de cette histoire qui a été écrite par l’Auteur divin ? Si oui, pourquoi ne pas se préoccuper de la partie dans laquelle nous sommes arrivés ? Sommes-nous contemplateurs comme les croyants des générations qui nous ont précédés et qui sont maintenant auprès du Seigneur - en attente de leur rédemption corporelle - ou sommes-nous acteurs de l’histoire qui est la nôtre et que le Seigneur a écrite, afin que, dans les siècles à venir, nous ayons sujet de Le louer pour les immenses richesses de Sa grâce et de Sa bonté envers nous, par Jésus-Christ ? Combien d’entre nous ont-ils recherché, demandé, l’Esprit prophétique pour sonder les Ecritures sur ce fond de tableau dans lequel nous sommes parvenus ? J’aimerais porter à votre attention une promesse du Seigneur :
« Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir » (Jean 16 : 13).

Si certains sont restés en dehors du tableau, d’autres, à l’inverse, sont tellement à l’intérieur du décor de l’arrière-scène qu’ils n’ont pris aucun recul, et sont encore dans une grande confusion. Ils sont à l’affut de tous les événements qui se passent sous leurs yeux pour leur attribuer une interprétation biblique, pensant trouver ainsi l’explication des livres prophétiques. On s’étonne que les chrétiens des derniers temps deviennent pour certains inconsciemment de faux prophètes ; dès qu’ils entendent parler des informations, par exemple d’une nouvelle sur la Russie, ils en déduisent aussitôt que la guerre de Gog et Magog est sur le point d’arriver, alors que la Bible la situe sans ambiguïté à la fin du Millénium, comme l’ultime révolte de Satan (Tome 2 p. 302 à 304). Et cela n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Alors la question se pose : pensez-vous sérieusement qu’à force de jouer à l’apprenti sorcier, l’Esprit prophétique se révélera, dans ces circonstances, ou avec un pareil état d’esprit, parmi ces chrétiens-là ? En vérité, l’Esprit prophétique est bien à l’œuvre dans le monde, mais actuellement avec un nombre très restreint de chrétiens ouverts aux choses de Dieu et qui attendent Son Moment…
Là encore, nous devons définir l’expression « libérer l’Esprit prophétique ». Il ne s’agit nullement du ministère de prophète au sens d’Ephésien 4 :11, mais d’un renouveau de la manifestation du Saint- Esprit pour révéler les mystères contenus en Christ, et annoncés par les prophéties de la Bible, qui sont réservés à la génération concernée par les événements de la fin des temps. Et laissez-moi vous dire : si Dieu tarde dans cette révélation, c’est parce que les chrétiens ne cherchent pas Sa grâce, et de ce fait, ne savent pas reconnaître l’Esprit prophétique de la Bible lorsque l’Esprit de Vérité est en action. Car l’histoire est déjà écrite, et les prophéties de la Bible sont le moyen que Dieu accorde à Ses enfants pour s’y préparer :
« Et nous tenons pour d'autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour vienne à paraître et que l'étoile du matin se lève dans vos cœurs ; sachant tout d'abord vous-mêmes qu'aucune prophétie de l'Ecriture ne peut être un objet d'interprétation particulière, car ce n'est pas par une volonté d'homme qu'une prophétie a jamais été apportée, mais c'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu » (2
Pi. 1 : 19 - 21).
Ceux qui marchent dans les ténèbres ne savent pas où ils vont, contrairement à ceux qui marchent dans la lumière, qui voient le chemin et savent où ils vont. La prophétie est le seul moyen (la lampe qui éclaire) qui nous est donné pour accéder à la connaissance du plan de Dieu pour tout ce qui concerne la fin des temps, par cette expression : « jusqu’à ce que le jour vienne à paraître ». Et comme les prophéties de la Bible ne procèdent pas de la volonté des hommes, et ne peuvent faire l’objet d’une interprétation particulière, il est donc juste de concevoir que l’Auteur de ces prophéties nous accorde à nous enfants de Dieu la compréhension de cette inspiration divine. Si le peuple n’a pas la connaissance sous forme de révélations des prophéties de la Bible annoncées depuis des siècles, comment Dieu enverra-t-Il un prophète dans le ministère pour confirmer ces choses ? Le prophète est indissociable de la Parole révélée de Dieu. En admettant qu’un prophète vous annonce aujourd’hui que Christ Se manifestera prochainement sur terre pour établir Son Royaume par syncrétisme de toutes les religions du monde - comme quelques-uns le croient - faudrait-il encore avoir préalablement reçu la compréhension des prophéties des Saintes Ecritures par révélations du Saint-Esprit pour exercer le discernement des esprits…, car là, en l'occurrence, il s’agirait plutôt du faux christ.

     I) La confusion entre les termes Antichrist et faux christ.

La plupart des gens associent l’image de l’homme impie à celui de l’Antichrist, et c’est une erreur non sans conséquences de le considérer de cette façon, car cette réputation qui le précède fait l'affaire de Satan le dragon. Ce n’est pas pour rien que Jésus parle de celui qui vient, en le désignant différemment. Jésus nous met en garde contre la grande séduction qui s’en vient, en désignant l’homme qui doit apparaître par sa vraie imposture : le faux christ. Il y a là une différence fondamentale entre le faux christ, qui, tel un usurpateur, prend la place du vrai, et l’idée que la population mondiale se fait de celui dont on entend parler négativement : l’Antichrist. Car, par définition, le terme Antichrist a toujours eu dans le passé - et a encore aujourd'hui - une connotation très négative. Il parade dans les films qui le représentent comme le despote, le tyran, cruel personnage qui impose ses lois martiales et dictatoriales sur le monde qu’il gouverne. Si un tel homme se présentait aujourd’hui avec une telle image de sa personne, à coup sûr, il ne risquerait pas d’avoir l’approbation de la population mondiale, toujours en quête de plus d’humanisme et de liberté sans limite, n’aspirant qu’à la paix et la sécurité.
Satan sait que les habitants actuels de la terre n’accueilleraient pas un type d’Antichrist qui se présenterait sous une forme qui a pu exister par le passé, à l’exemple d’un Néron, d'un Napoléon, ou d'un Hitler etc. Mais tous en revanche attendent un héros, un sauveur, un Messie, bref l'homme de la situation (qui va en fait créer lui-même ce besoin, quand le monde va être livré à lui-même après cette grande détresse que va causer la disparition de millions de chrétiens). Et son apparition comme nous l’avons déjà expliqué dans les parties précédentes se fera en deux temps. Ce que confirme Jésus avec insistance sur le faux christ dans les Evangiles en Matthieu 24, Marc 13, et Luc 21, et ce que Paul explique de sa double apparition dans 2 Thessaloniciens 2, l’apôtre Jean nous le révèle dans l’Apocalypse avec, d’une part, le cavalier blanc du premier sceau et qui deviendra par la suite la Bête. Cette distinction est cruciale, car la façon de considérer ce personnage nous permettra de comprendre de quelle manière il va se manifester ainsi que ses intentions. Ce qu’il faut comprendre c’est que celui dont parle la Bible est bien différent de celui que le monde attend, car l’homme du péché va revêtir d’abord l’habit d’un messie, tel un mercenaire qui se déguise en berger, et c’est pourquoi Jésus nous met en garde contre le faux messie (qui usera de toute sa manipulation exercée pendant des milliers d’années pour séduire la population mondiale). Et c’est seulement, une fois qu’il parviendra à subjuguer les foules, les politiques, les économistes en leur promettant la paix universelle (mais utopique), qu’il manifestera son vrai visage d’Antichrist : il se révélera être la Bête de l’Apocalypse, despote et tyrannique, se prenant pour un dieu. Maintenant, et après ce qui vient d’être dit, j’aimerais attirer votre attention sur la manifestation de l’homme que Satan a choisi pour servir ses intérêts, car elle se fera en trois phases distinctes et progressives :

 

     II) La manifestation de l’homme impie en trois phases :

 

   1) Les deux premières phases de son apparition ont été largement développées dans le contexte de 2 Thess.2 : 2 - 12. Pour résumer, sa première apparition se fera en tant que faux christ, prévue juste avant le « Jour de Christ », c’est-à-dire avant septembre 2015, et vraisemblablement entre juin et août 2015 (cette date est approximative, estimée par rapport à une chronologie de l’ensemble des événements). C’est cette première apparition qui concerne les chrétiens d’aujourd’hui, ceux de la dispensation de la grâce et de la fin des temps de l’Eglise, avant son ascension lors de l’Avènement du Seigneur dans les airs.

     2) La deuxième apparition, toujours en tant que faux christ prendra les allures d’un héros, ou sauveur, d’un monde en détresse, provoqué par l’Enlèvement de l’Eglise. Cette manifestation devrait avoir lieu le 28 septembre 2015 juste avant la dernière éclipse de la Tétrade du 29 septembre 2015. Cette deuxième apparition se distingue de la première par son entrée en scène. La première étant pour son dévoilement, tandis que la deuxième est son entrée en fonction en tant que leader mondial.

     3) La dernière manifestation relève presque du mysticisme, car le faux christ se transformera en Antichrist lors de son dernier mandat lorsqu’il fera son apparition (plutôt sa réapparition) en Bête de l’Apocalypse, au milieu de la Tribulation c'est à dire au début de la grande Tribulation. Ce changement brutal interviendra lors d’un coup mortel qu’il recevra suite à un engagement militaire en tant que chef (Apo.13 : 3), mais réapparaitra aussitôt par la puissance du dragon, pour tenir le monde dans l’admiration de ses miracles et prodiges dont il fera objet (Apo.13 : 4 + 14). Sauf que lors de cette réapparition, l’Antichrist sera investi de la puissance diabolique, ce qui présuppose que Satan l’aura entièrement sous son contrôle (possédé), pour essayer d’accomplir ses desseins. Mais il se verra réduit à la destruction par la manifestation de Jésus-Christ le Seul et Vrai Messie.

 

     III) Le faux christ dans l’Apocalypse

Le faux christ apparait dans l’Apocalypse dans le premier sceau qui sera ouvert lors de la deuxième apparition de l’homme impie, une quinzaine de jour après l’Enlèvement de l’Eglise.
     « Je regardai, quand l'agneau ouvrit un des sept sceaux, et j'entendis l'un des quatre êtres vivants qui disait comme d'une voix de tonnerre : Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc ; une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre. » (Ap. 6 : 1 - 2)

Le cavalier du cheval blanc n’est certes pas à confondre avec Christ, car il s’agit bien entendu du faux christ, en voici les raisons, évidentes :


 1° Le cavalier part à la conquête, alors que Christ est déjà vainqueur ;

 2° Ce cavalier reçoit une couronne pour régner sur les peuples un court instant : 7 ans (Ap. 13 : 5 ; 17 : 12 - 13), alors que Christ l’a reçue lors de Son Ascension il y a 2000 ans ;
 3° Ce cavalier a un arc pour envoyer des traits enflammés contre ses victimes (Ep. 6:16) ; Christ à comme arme Son épée (Ap. 19:15) comme celle des chrétiens (Ep. 6:17) ;
 4° Ce cavalier précède les trois autres cavaliers de l’Apocalypse qui
accompagnent la guerre, la famine, et la mort ;
 5° Ce cavalier est parti en vainqueur pour vaincre « les saints » de la Tribulation : Dan.7 : 21 : « Je vis cette corne faire la guerre aux saints, et l'emporter sur eux » ;
 6° Le cheval en blanc revêt son importance, car cela signifie que le cavalier est un fabulateur qui se substitue à la personnalité d’un autre, en l’occurrence ici, celle du Messie. Il se fera passer pour le Christ, bienfaiteur de l’humanité, pour séduire les foules jusqu’à ce qu’il montre le vrai visage de l’Antichrist pour devenir la 7e tête de la bête. C’est le faux Christ des derniers temps qui correspond à la description de l’homme impie, et le fils de perdition (2 Th. 2:3-10), et plus tard la bête qui monte de la mer (Ap. 13:1), et du dévastateur dans Dan 9 : 26
- 27.
Pour les autres sceaux, notamment des trois autres cavaliers de l’Apocalypse, voir commentaires Tome 2 à partir de la page 159.

     IV) L’Antichrist : « la Bête qui monte de la Mer »

Il m’a paru judicieux, compte tenu du contexte, de remettre ici ce qui avait été traité dans le tome 2 Partie VI au sujet de la Bête de l’Apocalypse pour compléter son profil.
Versets 1 et 2 du chapitre 13 de l’Apocalypse :

« Puis je vis monter de la mer une bête qui avait dix cornes et sept têtes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème. La bête que je vis était semblable à un léopard ; ses pieds étaient comme ceux d'un ours, et sa gueule comme une gueule de lion. Le dragon lui donna sa puissance, et son trône, et une grande autorité. »

     IV) La bête (l’Antichrist) de l’Apocalypse

Le verset commence par nous donner un indice intéressant. Jean dit : « Je vis monter de la mer une bête ». Et nous avons vu que la Bible emploie cette expression « la mer » comme signification pour une foule en mouvance dans le système auquel elle appartient. Exemple : « La mer de verre » (Ap. 4:6 et 15:2) représentant les élus dans leur éclat céleste. Par contre, lorsque la mer évoque le monde actuel, elle représente le système par lequel elle est régie : le mal personnifié (1 Jn. 5:19). Et donc, la bête qui vient de la mer est issue de celui qui est maître de ce système du monde.
Un certain nombre d’éléments nous permettent d’identifier cette première bête. Les dix cornes sont dix rois (Da. 7:24 ; Ap. 17:12). Les dix rois en question sont les rois qui recevront un royaume pendant une heure avec la bête (Ap. 17:12), c'est-à-dire durant le court temps de pouvoir que la bête recevra du dragon pendant la Tribulation.
Les sept têtes sont aussi sept rois. Ces sept rois–là (têtes) n’ont rien de commun avec les dix rois (cornes), si ce n’est le huitième roi (la bête) qui sort des quatre royaumes des sept rois. C’est le verset suivant qui nous éclairera sur les sept têtes de la bête.

Le verset 2 nous précise : « La bête est semblable » à une association d’animaux : un léopard, un ours et un lion. Ces animaux apparaissent également dans la vision de Daniel avec encore plus de détails. Ils sont tous assimilés à des empires universels qui ont dominé le monde. Vous remarquerez au passage qu’ils sont mentionnés dans un ordre inverse selon les livres : dans Daniel, c’est une prophétie qui doit être réalisée (à venir), alors que dans Jean elle est déjà accomplie.
Pour cerner le portrait de cette bête, il nous faut d’abord examiner les êtres à qui elle ressemble, et ressortir le trait commun de chacun pour l’appliquer à son image.

« Et quatre grands animaux sortirent de la mer, différents les uns des autres. » (Da. 7:3)
1° Le premier animal : l’Empire universel de la Babylone

« Le premier était semblable à un lion, et avait des ailes d'aigles ; je regardai, jusqu'au moment où ses ailes furent arrachées ; il fut enlevé de terre et mis debout sur ses pieds comme un homme, et un cœur d'homme lui fut donné. » (Da. 7:4)
Il s’agit d’une allusion à Nébucadnetsar, mis à l’écart par Dieu, en lui retirant son royaume durant sept ans pour vivre avec et comme les bêtes des champs. Après le temps marqué, la raison lui revint et il donna gloire au Dieu du ciel qui donne à qui lui plait ; c’est ainsi que le roi après son humiliation fut rétabli dans son royaume, dominant sur toute la terre (Da. 4:28-37). Et cela concorde entièrement avec l’interprétation de Daniel pour la statue que le roi Nébucadnetsar vit en songe. La tête d’or de la statue représente le royaume de Babylone (Da. 2:36-37).

2° Le deuxième animal : l’empire universel des Mèdes et des Perses

« Et voici, un second animal était semblable à un ours, et se tenait sur un côté; il avait trois côtes dans la gueule entre les dents, et on lui disait : Lève-toi, mange beaucoup de chair ». (Da. 7:5).
Dans la statue, la partie d’argent, la poitrine et les bras, représente le royaume
des Mèdes et les Perses (Da. 2:32 et 39).
Trois côtes… c’est une possible allusion à la structure tripartite du second empire : Médie, Perse et Babylonie (Scoffield). « Beaucoup de chair », c’est à dire la Lydie, la Babylonie, l’Égypte, etc.

3° Le troisième animal : l’empire universel de la Grèce

« Après cela je regardai, et voici, un autre était semblable à un léopard, et avait sur le dos quatre ailes comme un oiseau ; cet animal avait quatre têtes, et la domination lui fut donnée. » (Da. 7:6)
Dans la statue, le troisième royaume d’airain sera la Grèce, « Semblable à un léopard » à cause de sa rapidité qui s’apparente aux conquêtes d’Alexandre le Grand.

4° Le quatrième animal : l’empire universel de Rome

« Après cela, je regardai pendant mes visions nocturnes, et voici, il y avait un quatrième animal, terrible, épouvantable et extraordinairement fort ; il avait de grandes dents de fer, il mangeait, brisait, et il foulait aux pieds ce qui restait ; il était différent de tous les animaux précédents, et il avait dix cornes. » (Da. 7:7)
Ce quatrième et dernier royaume est au centre de toutes les préoccupations du prophète Daniel ; il retient tant son attention qu’il demande à l’ange de bien vouloir lui en donner l’explication (Da. 7:15-28). Mais l’explication que l’ange fournit à Daniel n’est que le complément de ce qu’il a déjà reçu précédemment par l’interprétation de la statue. En effet, Daniel avait expliqué le songe de la statue par l’intelligence que Dieu lui avait donnée. Ce songe rappelons-le concernait les quatre royaumes qui devaient apparaître dans leur forme universelle marquant l’histoire de l’humanité, et après quoi viendrait le royaume de Dieu (Da. 2:44-45). Or le quatrième royaume est symbolisé par les deux jambes de fer qui mettent tout en pièces (Da. 2:40) pour finir en dix orteils mêlés de fer et d’argile (versets 41-42). Ce qu’il faut comprendre, c’est que le dernier royaume se fera en deux temps :

1° Au départ, les deux jambes sont du même alliage : le fer symbolisant la force. Cette partie-là de la statue constitue le quatrième royaume universel tel qu’il sera au début de sa manifestation, c'est-à-dire fort comme le fer, de même que le fer brise et rompt tout… (Da. 2:40). Mais ce royaume au bout de quelque temps se séparera d’abord en deux comme les deux jambes de fer. Le dernier royaume que relate notre histoire est celui de l’Empire romain qui se divisa en deux en l’an 293 par l’empereur Dioclétien : l’Empire romain d’Orient administré par lui-même et l’Empire romain d’Occident géré par son compagnon d’armes Maximien.

2° Et dans un second temps, les Écritures laissent entendre clairement que le quatrième royaume sera détruit par Christ ; c’est ce qu’indique la pierre qui se détache de la montagne sans le secours d’aucune main pour briser l’ensemble de la statue (Da. 2:44-45). Seulement, le quatrième royaume ne sera plus sous la forme des deux jambes, mais sous celle de son prolongement représenté par les dix orteils. Et les dix orteils seront toujours de même nature que les deux jambes, c'est-à-dire de fer, mais ils seront mélangés à l’argile à cause – nous précise l’Écriture – des alliances entre les dix rois (Da. 2:43). Ainsi, les dix orteils sont définis comme dix rois (Da. 7:15-28), ceux que Jean mentionne dans l’Apocalypse, qui appartiendront à la bête à la fin des temps des nations afin de régner une heure ensemble (Ap. 17:12-14).

Ce que Daniel ne pouvait pas comprendre, c’est le temps qui devait séparer le quatrième royaume aux deux jambes et celui aux dix orteils, soit près de 1700 ans. Car le Dieu du ciel et de toutes choses a en réserve, dans Son dessein éternel, des mystères qu’Il ne peut nous révéler que progressivement à cause des limites de l’homme. Et parmi ces mystères, il y avait justement l’Église et le Christ en nous, les chrétiens (qui ne devaient être dévoilés qu’au temps marqué par Dieu (Ep. 3:6 ; Col. 1:24-26)). Pour ma part, il m’a fallu du temps pour que le Seigneur me fasse comprendre et admettre que le quatrième royaume débutait avec l’Empire romain. Et c’est une évidence, lorsque l’on considère les trois premiers empires à l’échelle du monde de cette époque. Ils étaient universels, dans le sens de leur étendue et de leur puissance dans le monde. De plus, le monde devait encore évoluer jusqu’au temps où toutes les parties du monde seraient impliquées et où elles pourraient communiquer instantanément entre elles. Car n’oublions pas que la première alliance contractée avec l’homme se fit lorsque Dieu demanda à Adam de propager la race humaine et de dominer sur toute la terre (Ge. 2).
Il apparait donc clairement que le quatrième royaume universel, dans sa forme future, prend sa source dans l’origine de sa constitution, parce que celle-ci dépend de l’histoire de l’humanité depuis l’apparition des premiers empires dominant le monde. C’est pourquoi l’apôtre Jean, lorsqu’il évoque les trois animaux, le léopard, l’ours et le lion, comme les trois premiers royaumes, sous-entend que le quatrième royaume sera celui de la Bête. Si cela nécessite autant d’explications, c’est parce qu’une prophétie peut comprendre parfois plusieurs étapes avant d’atteindre son but. C’est pourquoi il faut souvent s’y reprendre à plusieurs fois pour mieux la saisir, parce qu’elles se complètent justement l’une l’autre.

Récapitulons : la bête :

1. Elle est semblable aux trois animaux apparentés à trois empires exerçant leur domination sur la scène mondiale, quand bien même le monde d’alors était limité aux régions du monde connues à cette époque, (en considérant les plus importantes : le Moyen-Orient, l’Asie, l’Afrique et l’Europe).

2. Elle-même constitue un quatrième empire plus terrifiant que les trois premiers.

3. Le quatrième animal présentera les caractéristiques des trois premiers :

 Le léopard représente la rapidité des Macédoniens par la conquête éclair du roi de Javan : d’Alexandre le Grand ;
 L’ours symbolise la ténacité des Perses ;
 Le lion figure de la voracité des Babyloniens.

4. Le quatrième animal était différent de tous les animaux (Da. 7:7) tant il inspirait de terreur par son apparence et sa puissance : « Il foulait au pied ce qui restait ».

5. Les sept têtes sont issues des trois premiers animaux de Daniel, qui ont donné naissance au quatrième empire universel : le premier empire babylonien forme la première tête, l’empire Médo-perse forme la seconde tête. Le troisième empire totalise les cinq dernières têtes et est composé de la façon suivante : Alexandre, représente le troisième empire universel, soit une tête (Da. 8:21), mais ce royaume se décomposera en quatre parties après sa mort, d’où les 4 têtes supplémentaires mentionnées dans Da. 7:6 ; 8:8 ; 8:22). Au total nous avons bien sept têtes pour les trois premiers empires.

6. Le quatrième royaume doit également comporter sept têtes puisqu’il présente toutes les caractéristiques des trois autres royaumes. D’autant plus que Apocalypse 17:10 nous précise la composition de ce quatrième royaume :
« Les sept têtes sont sept rois : cinq sont tombés, un existe, l’autre n’est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit rester peu de temps. »
Si Daniel n’évoque pas les sept têtes au même titre que Jean, c’est parce que l’apôtre parle de certains faits qui se sont déjà déroulés à son époque, en l’occurrence ici, les six premières têtes. C’est pourquoi il nous faut faire un saut dans le passé de Jean au premier siècle de notre ère. L’apôtre reçut sa vision à l’île de Patmos (Ap. 1:9) quand on le fit prisonnier lors de la persécution contre les chrétiens. Nous savons donc que la rédaction de ses textes prophétiques est datée des environs de l’an 95*. Et par conséquent, des sept rois représentés par les sept têtes de la bête, six ont existé du temps de Jean, et le sixième est encore vivant au moment même où Jean rédige son livre de l’Apocalypse. Seulement pour connaître le roi en question, un élément important doit être pris en considération : « Et sur ses têtes des noms de blasphème » (Ap. 13:1). C’est la distinction de la bête par les têtes qu’elle porte ; toutes ont ce dénominateur commun : le blasphème, celui qui consiste à se prendre pour Dieu et de le proclamer ou de le revendiquer de son vivant, à l’exemple de l’Antichrist qui sera la septième tête de celui qui doit venir et qui restera peu de temps (Ap. 17:10 ; 2 Th. 2:4).

*L’Apocalypse fut rédigée par l’apôtre Jean à la fin du 1er siècle
La plupart des exégètes de l’Église ancienne attribuaient notre Apocalypse à l’apôtre Jean. Irénée de Lyon et Justin Martyr rapportent que l’apôtre Jean serait, après sa captivité sur l’île de Patmos, revenu à Éphèse où il aurait vécu jusqu’au début du règne de Trajan (c’est-à-dire jusqu’en 98). Ainsi on situe la rédaction de notre Apocalypse autour de 95 apr. J.-C. À l’époque survint sous l’empereur Domitien (qu’on appelait aussi le second Néron) une grande persécution des chrétiens.
Domitien fut un despote cruel. On dit qu’il aurait fait arrêter et condamner Jean aux travaux forcés sur l’île de Patmos afin d’intimider les chrétiens. Ce serait pendant cet exil que Jean aurait reçu cette dernière révélation de la part de Jésus-Christ. Ce sont surtout les pères de l’Église, Tertullien et Hippolyte qu’on compte parmi les témoins les plus importants de la rédaction de l’Apocalypse par l’apôtre Jean.

Je vous propose un peu d’histoire pour mieux comprendre la vision de Jean au
sujet de ces têtes.

1° La première tête de la bête du quatrième royaume de l’Empire romain : l’empereur Jules César.
La vénération de l’empereur romain, et donc la célébration du culte impérial,
voit le jour avec Jules César (46-44 av. J.-C.), lequel l’avait apprise des Grecs. Ces derniers avaient eux-mêmes retenu cette idée des Égyptiens et des Babyloniens. César, lui, revendique une origine divine pour justifier son ambition d’atteindre une souveraineté à vie. Il se trompera toutefois en suggérant d’être loué de son vivant comme un dieu descendant de Vénus. Son orgueil démesuré ainsi manifesté, combiné à l’ambition de l’aristocratie romaine, aboutira à son assassinat dans un acte collectif mené par les sénateurs Brutus et Cassius.
Pourtant, il ne fallut pas longtemps pour que le désir de Jules César d’être divinisé soit comblé. En effet, son neveu et fils adoptif Octave, qui deviendra César Auguste (27 av. J.-C. – 14 apr. J.-C.), proclame son père DivusIulius (divin Jules), lui bâtit un temple et installe sa statue dans le Panthéon d’Agrippa, parmi les dieux de l’antiquité romaine.

2° La deuxième tête de la bête du quatrième royaume : l’empereur Auguste. Il refuse que l’Italie romaine lui confère les honneurs divins accordés à son père, affirmant ne pas être un dieu. Toutefois, il permet à ses sujets égyptiens de le reconnaître comme tel et autorise la construction de temples en son nom dans l’Empire oriental. Dans ces régions éloignées de l’Italie, on le connaît alors sous l’appellation de « sauveur » et de « bienfaiteur », ce qui lui vaut d’être vénéré.
Suétone, Vies des Douze Césars: Auguste
Je lis dans les Traités d’Asclépiade Mendés (écrivain originaire d’Égypte) « Sur les choses divines », que la mère d’Auguste, Atia, s’étant rendue au milieu de la nuit dans le temple d’Apollon pour un sacrifice solennel, fit placer sa litière dans le temple et y resta endormie, tandis que les autres femmes s’en allaient. Or, un serpent se glissa auprès d’elle puis se retira peu après. À son réveil, elle se purifia comme si elle sortait des bras de son mari. Dès ce moment elle eut sur le corps l’image d’un serpent qui ne put jamais s’effacer, en sorte qu’elle ne voulut plus paraître dans les bains publics. Et Auguste, qui naquit neuf mois après, passa ainsi pour le Fils d’Apollon. Avant de le mettre au monde, Atia rêva que ses entrailles étaient portées vers les astres et embrassaient toute l’étendue de la Terre et des cieux. Octavius, père d’Auguste, rêva aussi qu’un rayon de soleil sortait des flancs de sa femme.
Comme Auguste lui‐même s’institua « fils du dieu César », il était inéluctable que des rois clients de Rome fassent assaut de courtisanerie, et prennent
l’initiative de construire, de toutes parts, des temples dédiés au dieu Auguste, avant même sa mort, et avant « sa divinisation » officielle. Par politique d’humilité, et afin de ne pas paraître aux yeux du Sénat et du peuple romain comme outrecuidant, Auguste autorisait rarement la construction de tels temples, ou, du moins, il n’était supposé en apprendre l’édification qu’une fois le temple achevé et dédié. Auguste prenait alors modestement acte du fait accompli. (The Temple of Solomon Could not Stand On its Water Tower, By N. Nata).

3° La troisième tête de la bête du quatrième royaume : l’empereur Tibère
Le successeur d’Auguste, Tibère (14-37), est réticent à l’idée de sa déification, alors qu’il l’a volontiers accordée à son prédécesseur, parlant de ce dernier comme du « divin Auguste ». Pourtant, pendant son règne, Tibère figure comme divus sur certaines monnaies et est reconnu « fils du dieu » dans un document écrit en 37.

4° La quatrième tête de la bête du quatrième royaume : l’empereur Caligula
C’est l’empereur suivant, Gaius (37-41), aussi dénommé Caligula, qui va franchir le dernier pas et demander à faire l’objet d’un culte à Rome. Une maladie survenue dans les premiers jours de son règne semble avoir causé un déséquilibre mental chez cet empereur. Se prenant pour Jupiter personnifié, le père des dieux, il se proclame l’incarnation de tous les dieux et déesses romains antérieurs et s’habille communément à leur image.
Irrité par le refus des Juifs d’Alexandrie d’ériger et de vénérer sa statue dans leurs synagogues, Caligula ordonne à son légat de Syrie d’installer un bronze à son effigie dans le temple de Jérusalem. Même s’il annule cet ordre quelque temps après, il fait penser au futur Néron par sa mégalomanie et son égocentricité. On retrouve en effet chez ces deux empereurs une autocélébration criante et une folie des grandeurs.

5° La cinquième tête de la bête du quatrième royaume : l’empereur Néron

Lorsque, vers la fin de son règne, Néron, l’empereur romain aux mœurs dépravées (54-68 après J.-C.), s’oppose à la construction d’un temple le célébrant comme être divin, il va, semble-t-il, à l’encontre de l’ordre social de l’époque. En effet, la vénération de leur empereur fait déjà partie de la vie quotidienne des Romains et la tendance du dirigeant à ce genre de magnification paraît s’intensifier. Le refus de Néron signifie-il que l’humilité a enfin atteint ce souverain suffisant et cruel ?
Apparemment pas, et à plus d’un titre. Comme motif de refus, Néron invoque l’opinion générale selon laquelle seuls les empereurs décédés peuvent accéder à la divinité. Pourtant, dix ans auparavant, il a autorisé le Sénat à ériger une statue de lui grandeur nature, aux côtés de celle du dieu de la guerre dans le temple de Mars vengeur. De plus, les monnaies frappées pendant son règne le représentent coiffé de la couronne radiée d’un empereur déifié ou sous les traits d’Apollon, le dieu solaire.
Si cela ne suffit pas à prouver la fascination de l’empereur pour la nature divine (qu’il ait vraiment pensé être divin ou seulement aspiré à le devenir), certains événements survenus pendant la visite à Rome de Tiridate, roi d’Arménie, devraient convaincre les sceptiques. Tiridate est un mage parthe et un prêtre de Mithra. Sa soumission aux forces romaines lui a permis de conserver son trône en tant que roi vassal, mais c’est par son rôle de mage qu’il intrigue Néron. Ce dernier le considère en effet comme un magicien ; or, il est passionné par la magie. Ajoutant à cette fascination, Mithra est le dieu de la lumière, donc souvent assimilé au soleil. Lorsque le roi arménien rend visite à Néron en l’an 66, il s’agenouille et s’adresse à l’empereur en l’appelant « maître » et « dieu ». À cette époque apparemment Néron se voit vraiment proche de la divinité. Selon le sénateur et historien romain du IIIe siècle, Dion Cassius, Néron dit au roi : « Tu as bien fait de venir à moi en personne ; c’est dans une telle rencontre face à face que je peux répandre ma grâce sur toi. […] J’ai la puissance de reprendre les royaumes tout comme j’ai celle de les donner. » (Histoire romaine, 63.5.3). Peu après, lors d’une cérémonie publique gigantesque et soigneusement orchestrée, le prêtre du dieu de la lumière répète sa formule d’allégeance tandis que l’aube éclaire le visage de Néron, lui donnant tous les aspects du nouveau dieu soleil.
Même si, probablement, Néron est intéressé par les dieux sur un plan plus idéologique que religieux, il est indubitablement obsédé par l’astre solaire. De son identification à Apollon joueur de lyre, dieu de la musique, en passant par Sol Invictus (soleil invincible), dieu des courses de chevaux, jusqu’à Phébus Apollon qui conduit le char du soleil, Néron empruntera au cours de sa vie plusieurs aspects du dieu solaire. En l’an 60, on le voit divin joueur de lyre, chanteur et conducteur de char aux cheveux d’or. Il instaure un Âge d’or. À la fois nouvel Apollon et Sol, il porte un diadème orné de faisceaux. Pourtant, il appartient aussi aux hommes, fuyant tout caractère divin, jouant des pièces de théâtre ou chantant en public.

Par ses opinions parfois ambivalentes sur la nature divine, Néron n’est pas si original, car ces prédécesseurs romains et ses successeurs impériaux agiront de même : ils s’efforceront aussi bien d’échapper à leur divinité que de la revendiquer. L’adulation apparaît constamment en filigrane, tant comme besoin pour le gouverné que comme tentation pour le gouvernant.
On lui prêtait pour motivation l'intention d'immortaliser son nom en renommant Rome Neropolis. Il était important pour Néron d'offrir un autre objet à ce besoin de trouver un coupable. Il choisit pour cible une secte juive qui prenait de plus en plus de place, et dont il s'amusait à en persécuter les membres, celle des chrétiens. Il ordonna que les chrétiens soient jetés aux lions dans les arènes, alors que d'autres étaient crucifiés en grand nombre et brûlés vifs, comme des torches. Il fut l’un des grands persécuteurs des premiers chrétiens.


6° La sixième tête de la bête du quatrième royaume : l’empereur Domitien

La sixième de ces têtes, c’est celle qui « existe » (Ap. 17:10) et qui est donc présente au moment de la vision que Jean a eue de la part du Seigneur. Domitien était au pouvoir à partir de 81 jusqu’à sa mort en 96. Son portrait, ses ambitions, sa cruauté, son orgueil… répondent exactement aux critères de Jean comme étant la sixième tête de la bête.
Au début de son règne, Domitien se montre libéral et juste. Il est loué pour son sens de la justice et de la religion. Cependant son naturel inquiet, sa tendance à voir des complots partout, sa violence, son autoritarisme et sa démesure – il se fait appeler seigneur et dieu, empereur très saint et même parfois Jupiter – assombrissent la fin de son règne.

7° La septième tête de la bête du quatrième royaume : l’Antichrist
Le septième roi, « L’autre n’est pas encore venu… » (Ap. 17:10) ne peut faire partie de l’ancien Empire romain (c’est-à-dire des deux jambes) au même titre que les précédents, même ultérieurement à Domitien. Car il appartient au quatrième royaume dans sa forme future (des dix orteils) qui doit être détruit par la pierre (Christ) qui se détache de la montagne sans le secours d’aucune main (Da. 2:45). Cette tête répond exactement aux critères des six premières, mais elle fera son apparition à un temps qui sera celui de la fin des nations pour faire place au Royaume éternel. La bête de l’Apocalypse qui porte les dix cornes est le quatrième royaume et ressemble aux trois premiers (Ap. 13:2), ayant sept têtes, dont six représentent l’empire ancien de Rome (deux jambes de la statue) et une septième tête de par sa configuration finale (dix orteils). Compte tenu de ces détails, nous pouvons identifier la bête comme étant la septième tête qui gouverne les dix rois qui recevront dix régions du monde recouvrant toute la surface de la terre. Cette bête est particulière et différente en ce sens que, non seulement elle présente toutes les spécificités des autres royaumes, mais également elle incarne la négation du Fils éternel de Dieu. Le dragon Satan conférera tous ses pouvoirs à la bête (Ap. 13:2), ceux-là même qu’il a proposés audacieusement à Jésus lorsqu’il le tenta dans le désert (Mt. 4:8-9).

Versets 3 et 4 du chapitre 13

« Et je vis l'une de ses têtes comme blessée à mort ; mais sa blessure mortelle fut guérie. Et toute la terre était dans l'admiration derrière la bête. Et ils adorèrent le dragon, parce qu'il avait donné l'autorité à la bête ; ils adorèrent la bête, en disant : Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle ? »
Au verset 3 : « l’une de ses têtes comme blessée à mort… ». Aucune des six têtes (rois, empereurs) ne fut blessée à mort : César, Caligula et Domitien furent assassinés, Auguste et Tibère connurent une mort naturelle, et Néron se suicida. Il reste encore la septième tête, mais pour être sûr qu’il s’agisse bien de celle qui a été blessée, nous devons prendre toutes les données possibles que la Bible nous fournit à ce sujet. Tout d’abord, rappelons-le encore, il nous faut garder à l’esprit que la septième tête correspond à la renaissance de l’Empire romain dans sa forme nouvelle de plusieurs confédérations dominant le monde par son chef qui sera cette première bête (venant de la mer). Et cela est une évidence dans la mesure où cette tête est désignée comme celui qui est à venir : « Quand il sera venu, il restera peu de temps » (Ap. 17:10).

Le verset 3 du chapitre 13 nous rapporte que : « L’une de ses têtes comme blessée à mort ; mais sa blessure mortelle fut guérie ».
Là, en l’occurrence, il est question de la tête et non de la bête elle-même, autrement dit, il s’agit bien de son roi et non de son Empire. C’est seulement après le rétablissement, ou plutôt devrais-je dire après sa résurrection puisqu’elle est blessée à mort, que la septième tête devient la bête ; donc à partir du moment où il est écrit au verset 3 : « Remplie d’admiration, la terre entière suivit la bête ». Maintenant que nous savons que la blessure mortelle est attribuée au chef (la tête) et non à l’Empire, nous devons considérer le verset 14, car il nous précise que c’est une épée qui est à l’origine de son coup fatal. Et cette expression « épée » signifie que c’est suite à une guerre dans laquelle la tête a été engagée que s’est produit cet incident mortel. Des détails nous sont fournis en Ap. 17:8 : le monde assistera à la réapparition de la bête :
« Ils s'étonneront en voyant la bête, parce qu'elle était, et qu'elle n'est plus, et qu'elle reparaîtra ».
Cet autre verset confirme donc bien (Ap. 13:3) que nous avons affaire à un évènement majeur qui se passera dans la première partie de la Tribulation, où la bête en tant que septième tête connaîtra la mort, mais que son retour suscitera l’admiration (Ap. 13:3) et l’étonnement (Ap. 17:10) de ceux dont le nom n’est pas inscrit dans le Livre de vie.
Autre chose, pourquoi cet évènement doit-il obligatoirement se passer dans la première partie de la période de la Tribulation (dans la fin de la première tranche des 3,5 ans) ? C’est ce que nous allons voir au verset suivant :

Versets 4 et 5 du chapitre 13

« Et ils adorèrent le dragon, parce qu'il avait donné l'autorité à la bête ; ils adorèrent la bête, en disant : Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle ? Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes ; et il lui fut donné le pouvoir d'agir pendant quarante-deux mois. »
La septième tête qui reste de cet Empire universel du quatrième royaume est devenue la bête elle-même. Et pour répondre de suite à la question posée ci- dessus, le verset 5 nous donne cette indication de toute importance : c’est donc durant la deuxième partie de la Tribulation, pendant 42 mois, qu’il recevra tout pouvoir du dragon sur tous les peuples et les nations. Et comme elle reçoit ce pouvoir après la guérison de sa blessure mortelle (résurrection), il est logique de déduire que cette blessure mortelle fut infligée au cours de la première période (de toute évidence à la fin des 3,5 ans de cette période de 7 ans).
C’est un grand changement que l’humanité connaîtra à partir de ce moment-là, les pires bouleversements lui sont réservés. La vraie nature de la bête sera révélée au grand jour depuis qu’elle est revenue de l’abîme. En effet, avant, l’Antichrist était monté sur un cheval blanc (Ap. 6:1) s’apparentant au faux Christ, et étant identifié comme la bête qui montait de la mer, se faisant passer pour le sauveur du monde. Mais depuis qu’elle est revenue, Jean emploie une autre expression ici pour la bête : « Elle montait de l’abîme » (Ap. 17:8). Et celui qui monte de l’abîme c’est le diable. La bête n’est autre que le diable incarné en la personne de l’Antichrist. C’est pourquoi, à la bête « Il lui fut donné une bouche pour proférer des paroles arrogantes et des blasphèmes ».
Le diable est l’usurpateur qui par sa ruse s’est approprié le pouvoir de régner sur ce monde ; mais il sait que son temps est compté depuis qu’il a été précipité du ciel par l’archange Michel (Ap. 12:7-12). C’est pourquoi l’évènement de Ap. 12:12-17 doit être pris en parallèle avec la réapparition de la bête, où le dragon donne toute puissance et une grande autorité à la bête (Ap. 13:4) qu’il exercera en grand despote pendant 42 mois (verset 5).
Depuis le quatrième empire, l’ennemi de Dieu s’est servi des antéchrists pour préparer son chemin en nous laissant présager de ses intentions. C’est ce que Paul exprime en ces termes :

« Car le mystère de l'iniquité agit déjà ; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l'impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu'il anéantira par l'éclat de son avènement. L'apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, Et avec toutes les séductions de l'iniquité pour ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés » (2 Th. 2:7-10).
Le mystère de l’iniquité a continué d’agir depuis des siècles, il suffit pour cela de revenir aux sources de la franc-maçonnerie pour se rendre compte que le diable et ses collaborateurs ministres n’ont de cesse de préparer la venue du nouvel Empire mondial et de son Antichrist. Vous remarquerez que cet agent du mal, et bien que cela ne fasse aucun doute, n’est pas ouvertement présenté comme l’Antichrist dont Jean avait prédit la venue (1 Jn. 2:18), ou comme l’homme impie appelé ainsi par Paul (2 Th. 2:2), mais sa première
manifestation est décrite dans le 1er sceau de l’Apocalypse : il apparaît comme un cavalier sur un cheval blanc. Car son but est évidemment de gagner la confiance des habitants du monde, comme nous l’avons déjà expliqué dans l’après enlèvement de l’Église au Jour de l’Éternel. C’est pourquoi, son avènement se fera par des miracles et des signes mensongers sataniques. Oui, mensongers, parce qu’il viendra en faux Christ pour séduire le monde, se faisant passer pour le Christ sauveur de retour sur terre. Durant cette première période de la Tribulation – qui n’en reste pas moins un temps de jugement de Dieu par les cinq premiers sceaux – le faux Christ et le faux prophète s’évertueront à exploiter la crédulité des gens en recherche de paix dans ces temps troublés.
« Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus. Voici, je vous l'ai annoncé d'avance. Si donc on vous dit : Voici, il est dans le désert, n'y allez pas ; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas. » (Mt. 24:24-26)
On ne sait pas au jour d’aujourd’hui, si les faux Christ ou les faux prophètes seront plusieurs à se succéder ou à se manifester chacun dans sa partie du monde, ou plutôt s’il faut comprendre que l’Antichrist et son prophète s’adapteront aux peuples de façon à ce qu’on puisse dire qu’il y en aura plusieurs. Mais comme la plupart des religions existantes du monde attendent leur messie, il ne serait pas surprenant de voir la réunification de toutes ces croyances manipulées par l’Antichrist. Il est même certain que son organisation par les Illuminati est à l’œuvre dans ce sens. La parole de Dieu nous met en garde : son apparition sera magistrale, miracles et prodiges seront au programme pour séduire le maximum de gens.

Il est même possible que certains élus (non pas l’Église déjà enlevée) mal affermis par la parole de Dieu, soient également séduits à cause des miracles ; mais ceux qui aiment la vérité ne se laisseront pas tromper, l’Antichrist est bien annoncé ; dans l’une de ses épitres Jean affirme la chose suivante :
« Petits enfants, c'est la dernière heure ; et comme vous avez entendu que l'Antichrist vient, maintenant aussi il y a plusieurs antichrists, par quoi nous savons que c'est la dernière heure » (1 Jn. 2:18, Darby 1859).

Le retour de Jésus sur terre sera différent, et je le dis tout spécialement pour tous ceux qui seront présents durant cette période trouble, afin qu ’ils prennent courage :
« Car, comme l'éclair part de l'orient et se montre jusqu'en occident, ainsi sera l'avènement du Fils de l'homme » (Mt. 24:27).
Jésus-Christ, le Roi des rois, sera de retour sur terre avec tous les saints de
l’Église enlevés et des myriades d’anges, et tous le verront :
« Voici, il vient avec les nuées. Et tout œil le verra, même ceux qui l'ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui. Amen ! » (Ap. 1:7).
Et cet avènement aura lieu environ 30 jours après la Troisième Guerre mondiale de la sixième trompette, lorsque les armées de la bête auront été entièrement décimées à Harmaguédon à la fin de la 7e trompette. Autrement dit, pour voir la véritable apparition de Jésus-Christ sur terre, il faut compter environ 7 ans et 30 jours après l’Alliance de paix signée (Da. 9:27) entre l’Antichrist, Israël et les autres nations (probablement des pays arabes) juste après l’événement exceptionnel de l’Enlèvement de l’Église. À ces 7 ans et 30 jours il faut rajouter encore la durée qu’il y aura entre l’Enlèvement et cette alliance de l’Antichrist avec Israël, mais la Bible ne dit rien à ce sujet : quelques jours ou quelques semaines au plus. En ce qui concerne l’Enlèvement de l’Église, j’insiste sur l’importance de cet évènement, car il représentera quand même quelques millions de chrétiens. Il s’ensuivra une grande angoisse et un chaos certain. Quelques millions, oui, mais pas tant que cela, à côté des sept milliards d’habitants de la planète. La Bible dit bien qu’il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. Mais malgré l’onde de choc que suscitera un tel évènement sans précèdent dans le monde entier, il ne faut pas sous-estimer l’adversaire de Dieu, car il n’ignore rien des prophéties, et il aura eu tout le temps de préparer son plan pour que les esprits des gens soient préoccupés par leur avenir afin qu’ils oublient leurs chers disparus.

Le moyen le plus sûr pour ne pas se laisser duper par les manifestations surnaturelles de l’Antichrist, ainsi que ses séductions trompeuses, c’est de savoir qu’il agira de la même façon que les premiers empereurs romains, à savoir qu’il persécutera les croyants, ceux qui aiment la vérité et qui gardent le témoignage de Jésus-Christ. Car la séduction de la bête consistera avant tout à faire croire à la paix sur terre, et donnera l’espoir de s’attacher à sa propre vie. Ce qui bien sûr est contraire à la pensée de Dieu :
« Alors Jésus dit à ses disciples : Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive. 25 Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera. Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s'il perdait son âme ? Ou, que donnerait un homme en échange de son âme ? » (Mt. 16:24-26).

Versets 6 à 8 du chapitre 13 de l’Apocalypse :

« Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, et son tabernacle, et ceux qui habitent dans le ciel. Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation. Et tous les habitants de la terre l'adoreront, ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l'agneau qui a été immolé. »

L’Antichrist apparaîtra à la suite de l’Enlèvement de l’Église dans un environnement particulier, puisque le monde sera entré dans sa phase d’épreuves dont personne ne soupçonne encore la portée ni la signification du
« Jour de l’Éternel ». Même si cela apparaît aujourd’hui aux yeux des non chrétiens comme un scénario surréaliste, le jour où cela arrivera tout le monde sera mis devant le fait accompli : des milliers, voire même des millions de gens auront disparu ; l’histoire de l’humanité est entrée dans sa phase finale. Alors tous chercheront une réponse à l’inquiétude grandissante des disparitions nombreuses qu’ils entendront ressasser, heure après heure, jour après jour par les médias. C’est sans compter que la détresse la plus insoutenable sera de la part des familles directement concernées par cet évènement : l’un perdra sa femme, l’autre son époux, ou pire encore, son enfant, voire tous ses enfants… C’est donc dans ce contexte-là, au bout de quelques jours ou semaines, quand la situation sera anarchique et sans issue que l’Antichrist fera son apparition avec des miracles et des prodiges. Il viendra sur son cheval blanc. Alors le premier sceau sera ouvert. Cela indique qu’il viendra en homme de la situation pour redresser ce chaos. L’arc qu’il a dans ses mains est une arme de guerre, et le verset 7 nous précise contre qui il déclarera la guerre et vaincra : les saints, autrement dit les croyants qui se sont rangés du côté de Dieu en prenant position pour Jésus-Christ. Non pas les saints de l’Église, mais ceux qui seront restés et se seront convertis à Dieu.
L’arc a été subtilement choisi comme arme de précision, la cible est visée, la flèche a atteint son but : les premiers martyrs sont nombreux. Le verset 6 nous dit que sa bouche proférera des blasphèmes à l’encontre de Dieu parce qu’il se fait adorer par tous ceux qui auront préféré l’injustice à la vérité (versets 4 et 8 d'Apoc. 13). Il se prendra pour le sauveur du monde.

Versets 9 et 10 du chapitre 13

« Si quelqu'un a des oreilles, qu'il entende ! Si quelqu'un est destiné en captivité, il ira en captivité ; si quelqu'un tue par l'épée, il faut qu'il soit tué par l'épée. C'est ici la persévérance et la foi des saints. »
Ce sera une période terrible pour les croyants qui se convertiront à Jésus : ils seront considérés comme une secte conditionnée et on les accusera de la disparition de tous ceux que l’on n’a jamais retrouvés. Ils seront persécutés par l’église universelle, la Babylone spirituelle sur terre, appelée la grande prostituée (Ap. 17:1), comme les premiers chrétiens sous le despotisme de Caligula, Néron et Domitien. Et, plus que jamais, les saints de cette période devront s’imprégner de l’espérance d’En-Haut et de la promesse de la récompense qui la suivra ; car « C’est ici la persévérance et la foi des saints » (verset 10).

    V) l’Antichrist dévoilé

Traiter un tel sujet demande beaucoup de réflexions et du temps passé avec le Seigneur dans la prière, pour recevoir la conviction que nous sommes dans la volonté de Dieu, car nous avons besoin d'une pleine inspiration du Saint Esprit, sans laquelle tout ne serait que vent et perte de temps. J’ai eu le vif sentiment que ce livre ne serait pas complet sans cette partie-là, car j’avais reçu du Seigneur certaines révélations concernant la manifestation de celui qui se prétendra être le Messie. Au fur à mesure que j’effectuais mes recherches et portais réflexion sur le sujet, je recevais d’un côté les différents aperçus du Saint-Esprit, mais de l’autre également les oppositions de l’ennemi pour tenter d’empêcher la vérité d’être révélée. Mes convictions de devoir divulguer les révélations qui suivent se confirmèrent avec le fait que le Seigneur me montra l’ordre des évènements précis à venir, avec dans l’idée qu’il était plus que temps pour le peuple de Dieu de prendre conscience de l’urgence de la situation.
Il est évidemment légitime pour tout chrétien, d’être en droit de se demander si de telles affirmations ainsi exprimées en ces pages reflètent l’entière réalité à venir ou au contraire n’est que pure spéculation de la part de l’auteur. C'est la responsabilité de chacun de vérifier ces sources, d’examiner la question, et d’user de discernement pour retenir ce qui est bon - et surtout de demander confirmation de ces choses au Seigneur -. Alors premièrement s’engage un combat spirituel intérieur pour le chrétien, parce que le Seigneur ne révèle les choses qu’à Ses enfants qui se donnent la peine de s’intéresser aux prophéties et même d’y aspirer, ce qui est aussi une preuve d’amour pour la vérité, qui a ses propres principes : la piété.
« Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! Car le temps est proche » (Apo.1 :3). Ensuite et par expérience, je sais qu’après avoir reçu les convictions profondes du Seigneur, nous serons éprouvés dans notre foi par diverses oppositions, car l’ennemi cherchera toujours à nous faire douter du bien-fondé de ces vérités, c’est alors que nous devrons lui résister avec une foi ferme. Et si le doute persiste, la meilleure arme est encore l’offensive : donc de répandre ces vérités. D'ailleurs n’est-ce pas la volonté du Seigneur pour nous, car nous avons reçu, et maintenant nous sommes devenus le vase communiquant, continuellement arrosés par Lui.
Je vous invite directement à rentrer dans le vif du sujet avec cette question : existe-t-il un moyen certain qui nous permettrait d’affirmer l’identité de l’Antichrist ? Réfléchissons un instant. Pensez-vous que nous connaîtrions en tant que chrétien la manifestation de notre Messie avec certitude, et que l’apparition de l’Antichrist resterait un mystère pour ceux qui préparent de tout temps sa venue ? Certainement pas, et je dirai même plus, le comble c’est qu’ils le savent bien avant que nous, nous sachions la vérité sur ces dates. Mais avant que nous prenions connaissance du moyen par lequel les illuminati ont acquis la certitude de l’identité de l’Antichrist (le mystère d’iniquité : voir tome 2 partie VI), nous nous concentrerons sur la façon par laquelle le Seigneur veut nous interpeller pour nous faire connaître la vérité.
Le fait que nous connaissions avec certitude la manifestation des événements à venir (et en particulier celui de l’Enlèvement de l’Eglise universelle, l’Epouse de Christ), est en même temps le moyen indéniable de connaître - avec autant de certitude - l’identité de la personne qui doit apparaître à cette même date en tant que leader mondial et faux christ. En effet, la date du « Jour de Christ » étant connue et certifiée par toutes les preuves qui nous ont été révélées par la grâce de Dieu, cette indication nous permettra de reconnaître celui qui se présentera en faux christ pour attirer les faveurs des grands de ce monde (ainsi qu'une grande partie de la population qui n’aura pas aimé la vérité). Nous savons désormais que « le Jour de Christ » suivi « du Jour de l’Eternel » auront lieu en 2015 lors de la Fête des Trompettes prévue entre le 13 Septembre (au crépuscule) et le 15 septembre au soir, cela signifie que l’Antichrist doit apparaître comme nous l’avons vu - dans sa première apparition - juste avant cette date (qui est l’Enlèvement de l’Eglise), (et donc des éclipses du 13 septembre et 28 septembre 2015). Si nous ajoutons à cela le fait que lorsqu’il apparaîtra, il devra - pour être crédible - avoir l’âge de Christ au moment de Sa mort, nous avons alors le moyen le plus sûr pour reconnaître la personne qui se cache derrière ce mystère de l’Antichrist. Avez-vous compris ? Alors développons un peu. Certains ont faussement suggéré que l’Antichrist apparaitra au même moment que Christ a commencé son ministère, c’est-à-dire à l’âge d’environ 30 ans, mais cela dénote une incompréhension totale de ses intentions et de sa stratégie. Cet homme impie est avant tout un usurpateur, par conséquent son but est de se faire passer pour le Christ - du moins de le faire croire à la masse -. Or ce n’est pas en imitant le Christ pour feindre son ministère terrestre : car ce serait le meilleur moyen d’être aussitôt repéré. Non ! Plutôt profiter de la renommée du véritable Fils de Dieu, bâti sur le travail du Saint-Esprit au travers de l’Eglise de tous ces siècles d’évangélisation. En effet : tous savent que Christ doit faire Son Retour, en dépit des différentes doctrines à cet égard. C’est justement de cela que le faux christ veut profiter en se faisant passer pour le vrai. Il n’y a pas que les chrétiens qui attendent le Retour de Jésus comme Sauveur, mais les peuples du monde entier attendent le Retour du Messie, les croyants de tous bords, de toutes religions, croient à un retour imminent de leur messie, même si ce n’est pas de la bonne manière : toute la chrétienté, les catholiques, les témoins de Jehova, les apostoliques… Dans le judaïsme c’est le Machia'h, pour les musulmans le Madhi, pour le bouddhisme c’est le Maitreya ou le Mirokou pour les japonais, dans l’hindouisme c’est le Kalki Avatar. Et, à part les grandes religions, il existe bon nombre de croyances moins répandues qui attendent pareillement leur Messie : les nomades de l’Asie centrale est l'appellent : " le Burkhan blanc ", Le Messie des SUFIS est appelé " Khidr ", Le Messie SHIITE, lui, est appelé " le douzième Imam ", Le Messie des ORTHODOXES SUNNITES est appelé " Muntazar ". Même toutes les sectes sataniques, particulièrement tous les druides et grands sorciers du milieu des illuminati qui constituent la branche de la religion préférentielle de la trinité diabolique, (appelé aussi « mystère de l’iniquité » dans la Bible). Bref ! Vous l’aurez compris, le faux christ aura préparé le terrain de sa venue dans toutes les sphères des religions du monde et devra être capable de répondre à toutes leurs attentes. En tant que manipulateur - de par son savoir de plusieurs millénaires -, il lui sera aisé d’exploiter la crédulité de ceux dont le cœur est attiré par la seule satisfaction de la chair - et non de la pureté de la vérité et la sainteté de l’Esprit de Dieu -. Il va leur procurer une paix utopique, qui ne sera qu’éphémère, basée sur des mensonges et des tromperies afin d’arriver à ses fins : envoyer le maximum d’âmes en enfer.
Pour ce faire donc, l’usurpateur usera d’une ruse qui consistera à prendre l’identité de Christ et tentera de remplir le maximum de conditions pour être reconnu comme tel, pour confondre tous ceux qui ne se seront pas armés de la Vérité de la Parole de Dieu.
L’une des conditions, qui est à mon sens la plus importante, est de répondre à un impératif de la chrétienté : savoir : l’âge requis pour le Christ lors de Son Retour : c’est cela qui va nous permettre de le dévoiler. Si le faux christ veut être cohérent avec l’histoire du christianisme il doit lors de son apparition avoir l’âge de Christ lorsqu’Il a été crucifié, c’est-à-dire environ 33 ans. Car il s’agit du Retour de Christ pour les chrétiens, non des 30 ans que Jésus avait lorsqu'Il commença Son ministère.
Après ce qui vient d’être dit, nous avons ici la plus belle preuve que l’Antichrist est déjà dans ce monde, puisque nous connaissons : d’une part, cet impératif d’avoir 33 ans lors de son apparition - et d’autre part nous savons
qu’il doit la faire avant l’Enlèvement et que sa deuxième apparition (voir étude sur 2 Thess.2 ) sur la scène mondiale doit se faire 15 jours environ après l’Enlèvement, lors de l’éclipse lunaire du 28 septembre -. Ce qui signifie en d’autres termes que, connaissant son âge à son apparition et le moment précis de celle-ci, nous pouvons donc connaître le moment de sa naissance. S'il doit apparaître en 2015 en ayant 33 ans, cela veut dire qu’il est né en 1982. A partir de la date de sa naissance, tout devient maintenant plus clair, (et cela devrait être une évidence pour chacun), car désormais il est facilement reconnaissable.
En effet, quel est le personnage qui selon vous est né en 1982 et remplisse le maximum de conditions pour être candidat au poste de leader mondial ? Pour répondre à cette question nous allons dresser une liste de ces conditions qui doit répondre à la particularité de ce personnage :
• Il est né en 1982.
• Il doit être roi ou prince.
• Il doit bénéficier d’une grande notoriété et être connu du monde entier.
• Il doit jouir d’une influence considérable dans son propre pays.
• Il doit faire partie d’une grande puissance mondiale.
• Il doit répondre à tous les critères « des messies » des fausses religions du monde.
• Il doit répondre aux critères du faux christ pour les vrais chrétiens.
Le seul dans le monde qui réponde parfaitement à ce profil, c’est le Prince William.
Il faut avouer qu’au premier abord, l’idée de considérer le fait que le Prince William d’Angleterre puisse être le futur Antichrist m’était apparue plutôt fantaisiste. Mais il est le seul qui soit né en tant que prince et dont la date de naissance colle parfaitement avec ce que l’on vient de démontrer.

 Les occultistes attachent une grande importance aux signes astrologiques. Or le Prince William, né le 21 juin 1982, est né juste après une éclipse solaire, le jour du solstice d’été. En astronomie, cela signifie que le Soleil, la Lune et le point nodal du nord étaient alignés. Sans entrer dans les détails, cette date révèle de très nombreux « signes astrologiques » particuliers, qui sont très parlants. Le 21 juin, Au cours de la 666 [Saros] Solar Eclipse, jour du solstice d’été, est aussi une date exceptionnelle pour tous les occultistes, satanistes, sorciers et shamans du monde entier. Il s’agit de la « fête de la renaissance du soleil, » toujours célébrée, notamment à Stonehenge, en Angleterre. La nuit du 21 juin 1982 fut aussi celle de la nouvelle lune, ou de la « lune noire. » Pour les occultistes, tout cela annonçait la naissance d’un grand roi.

Même si cela peut nous paraître dénué de sens, sa date de naissance est à elle- seule une preuve incontestable que son identité n’est plus un mystère, mais voici d’autres arguments en plus :

 

 Satan s’efforce toujours d’imiter la Parole de Dieu ! De même que Christ est né de Marie, qui fut faite « Reine du Ciel » par le Catholicisme Romain, le Prince William est né de la Princesse Diana. Or Diane était une grande déesse païenne, la « Reine du Ciel » des Ephésiens. En outre, le Prince William est aussi né à l’Hôpital Catholique Sainte-Marie à Londres…

        o « Le danger qui en résulte, ce n’est pas seulement que notre industrie ne tombe en discrédit ; c’est encore que le temple de la grande déesse Diane ne soit tenu pour rien, et même que la majesté de celle qui est révérée dans toute l’Asie et dans le monde entier ne soit réduite à néant. Ces paroles les ayant remplis de colère, ils se mirent à crier : Grande est la Diane des Ephésiens ! » (Actes 19 : 27-28).

 L'article " No More Sacrifice ", (du Bulletin de l'Association Psychogeographical Londres) nous rappelle qu'il existe des chrétiens qui ont déjà souligné que lorsque le Prince William deviendra roi, il sera appelé King William V. En prenant le W comme deux V et les I pour des " i " majuscules, et le tout comme des chiffres romains, ils ont construit un anagramme des plus troublants « Once and Future King : I AM VI VI VI ou I AM Six Six Six (666) : en français cet anagramme se traduit par : je suis 666. (WIlllAM V : V V I I I I A M V : I AM VI VI VI)
 Le Prince William n’est pas Juif au sens strict du terme. Mais les Maisons Royales des Windsor et des Stuart, dont il est l’héritier, prétendent toutes deux descendre en droite ligne du Roi David, ce qui suffit pour faire du Prince William « le Juif idéal » qu’attend Israël.
 Le Prince William est fils du Prince Charles. Or la signification littérale de « Charles » est : « homme ». William pourrait donc être surnommé le « fils de l’homme.»

 Ajoutons que le 6 mars 1996, la CNN a révélé que le Prince William, futur Roi d’Angleterre, avait été l’un des premiers êtres humains à recevoir, à l’âge de douze ans, une micropuce qui lui fut implantée juste sous la peau de la main droite. Le prince, pouvant être localisé par satellite, est en permanence surveillé par les services secrets Britanniques, grâce à cette puce implantée.

 Le symbolisme du Dragon Rouge qui se trouve sur les armoiries des Windsor Anglais et du Pays de Galles. Rappels :
« La bête que je vis était semblable à un léopard ; ses pieds étaient comme ceux d’un ours, et sa gueule comme une gueule de lion. Le dragon lui donna sa puissance, et son trône, et une grande autorité » (Apoc. 13 : 2). « Et ils adorèrent le dragon, parce qu’il avait donné l’autorité à la bête ; ils adorèrent la bête, en disant : Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle ? » (Apoc. 13 : 4). « Un autre signe parut encore dans le ciel ; et voici, c’était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui » (Apo. 12 :3,9).

Si tous ces arguments ne vous ont pas encore convaincus, en voici un - biblique - de poids qui vient confirmer son identité : la tribu de Dan.

La Bible contient une telle source d’informations qu’on est loin d’avoir tout épuisé. Il y a bien plus d’éléments dans la Bible que nous pouvons le penser, y compris sur la personne et l’apparition de l’Antichrist, et c’est surtout le seul moyen nous permettant de savoir si nous sommes dans la bonne direction. Et en ce temps de la fin nous avons plus que besoin de l’aide de l’Esprit prophétique pour nous orienter dans nos investigations. Il est un élément que nous devons relever avec insistance parce qu’il vient conforter grandement l’idée que le Prince William est le faux christ prédit par les Ecritures. Il s’agit en fait de retrouver les tribus d’Israël en remontant à leur origine. Mais cela demande un travail fastidieux et je ne dispose pas du temps matériel. Je me contenterai de me limiter à celle qui intéresse notre sujet, savoir : la Tribu de Dan. Sa géo localisation est un moyen sûr de remonter jusqu’à l’Antichrist, car les Ecritures laissent entendre clairement qu’il sera issu de cette Tribu d’Israël. Ci-dessous les versets qui l’attestent :

« Dan jugera son peuple, Comme l'une des tribus d'Israël Dan sera un serpent sur le chemin, une vipère sur le sentier, qui mord les talons du cheval, et celui qui le monte tombe à la renverse.» (Genèse 49 : 16 + 17).

Le contexte de ce passage fait suite à la fin de vie du patriarche Jacob qui réunit ses enfants au nombre de 12 qui deviendront les douze Tribus d’Israël, et voici ce qu’il dit : « 1 Puis Jacob appela ses fils, et leur dit : Assemblez-vous, et je vous déclarerai ce qui vous doit arriver aux derniers jours. 2 Assemblez- vous, et écoutez, fils de Jacob; écoutez, dis-je, Israël votre père. » (Version Martin).
Il est précisé qu’à la fin des temps, dans les derniers jours la Tribu de Dan deviendra un instrument de jugement pour le peuple d’Israël et cela est confirmé par les autres versets :

« Car une voix qui part de Dan annonce la calamité, Elle la publie depuis la montagne d'Ephraïm » (Jérémie 4:15).

Et maintenant un verset important :

« Le hennissement de ses chevaux se fait entendre du côté de Dan, Et au bruit de leur hennissement toute la terre tremble; Ils viennent, ils dévorent le pays et ce qu'il renferme, La ville et ceux qui l'habitent." (Jérémie 8:16)

D’après le verset ci-dessous, la tribu de Dan a progressé vers l’extrême nord en occident. Cela confirme mes investigations comme étant en Irlande (voir le lien avec la famille royale).
Ezéchiel 48 : 1 :
« Voici les noms des tribus. Depuis l'extrémité septentrionale, le long du chemin de Hethlon à Hamath, Hatsar-Enon, la frontière de Damas au nord vers Hamath, de l'orient à l'occident : Dan, une tribu ».
La déclaration d’indépendance écossaise affirme que les ancêtres des Ecossais étaient venus de la Scythie en passant par l’Espagne, vers l’an 500 apr. J.-C. – soit environ 1200 ans après la conquête de la Samarie par les Assyriens, en 721 av. J.-C. - (voir The Story of Celto-Saxon Israel, Bennett, pages 96-99). Le britannique Gildas, dans un ouvrage datant des années 500 de notre ère, décrit l’invasion anglo-saxonne comme un châtiment divin sur « ces Israélites » – les Britanniques (De ExcidioBritanniae). Les premières annales de l’Irlande appellent certains des tous premiers habitants de l’Ile les « Tuatha de Danann »(The Story of the Irish Race, MacManus, pages 2-6 ; TheFlowering of Ireland, Scherman, pages 51-55), qui peut se traduire par « la tribu de Dan » – l’une des tribus d’Israël. Les « Tuatha de Danann » d’Irlande seraient le même peuple que les « Danois » de Grèce, qui, d’après les légendes locales, étaient montés de l’Egypte, vers l’an 1500 av. J.-C. – soit à peu près à l’époque de l’Exode des Israélites. L’une des caractéristiques de la tribu de Dan était de renommer les lieux qu’elle traversait ou qu’elle habitait (Josué 19 :40-48 ; Juges 18 :11-12, 26-29).
Les prophéties bibliques révèlent que les Danites étaient des marins (Juges 5 :17), qui laisseraient leur marque là où ils passeraient : Chypre (appelée “Ia-Dnan”, ou l’Ile de Dan), le Danube, les Dardanelles, Dantzig et le Danemark (voir Bennett, pages 76-79). Une autre source informe que la tribu de Dan arriva par voie maritime en Irlande où elle fonda des établissements comme Dans-Laugh, Dan-Sower, Donegal, Dundee, avant de débarquer au Danemark (Danm-hairgen gaélique). Le terme gaélique Tuatha de Danaann, désignant ces nouveaux Irlandais, signifie littéralement Tribu de Dan.
Les Danaens sont aussi installés à Chypre et dans les temps anciens, il était connu comme Ia-Dan ou «l'île de Dan". Le nom de l'île de Man en mer d'Irlande, un lieu si important pour les druides, a la même origine, sans aucun doute. Les montagnes Tauras en Turquie, les Baléares et la Syrie étaient les autres établissements Danaan et ils partirent d'Atlantis en Grande-Bretagne où ils sont devenus connus comme Tuatha de Danann ou les "gens de mer".
Il est intéressant de noter que le roi de la tribu Tuatha Dé Danann a été effectivement appelé le «Sumaire » qui signifie dans la vieille langue irlandaise « le dragon ».
Les Mérovingiens sont les descendants de la tribu de Dan, qui se marièrent avec les Cananéens Tuatha Dé Danann , aussi connu comme les Seigneurs Dragons d’Anu parce qu'ils étaient censés être les descendants des anges déchus (Anunnaki).

Quand Dieu a dispersé les tribus du nord pour leur méchanceté, la tribu de Dan a migré vers la Grèce, et plus tard en France et les îles britanniques, où ils ont établi des sacerdoces païens et des dynasties royales de la lignée démoniaque : "Les Tuatha Dé Danann (ou dragon Lords of Anu) ... (avant de s'installer en Irlande environ en - 800 avant J.C.)... étaient les princes ... de la mer Noire de la Scythie (maintenant l'Ukraine).
Cormac mac Cuilennáin, un érudit, écrivit un glossaire des difficultés de la langue irlandaise et édita le Psautier de Cashel dans lequel est mentionné:

«Les Tuatha de Danann ont jugé en Irlande pendant environ deux siècles, et étaient hautement qualifiés dans l'architecture et d'autres arts de leur long séjour en Grèce. Les Tuatha de Danann étaient les descendants de Danaos, le fils de Bélus, qui est allé avec ses cinquante filles à Argos, la maison de ses ancêtres Io.

 

Quatre symboles sont utilisés dans la Bible concernant les Dan : un serpent, un aigle, un lion, et les abeilles. Dans l'histoire de Samson (ses parents étaient des danites), nous trouvons la célèbre énigme des abeilles qui ont fait le miel dans la carcasse d'un lion qu’il avait tué auparavant. La nature symbolique des abeilles pourrait représenter le concept que les descendants de la tribu de Dan aient un jour essayé de provoquer la destruction de la tribu de Juda, (dont le symbole était le lion). La carcasse du lion de la tribu de Dan tenterait de produire l'âge d'or d'un empire mondial, symbolisé par le miel.

Ce qu’il faut comprendre, (même s’il paraît difficile de déterminer avec exactitude le lien direct entre la famille royale et la présence des danites en Irlande), c'est que l’étau se resserre, car la géo localisation nous permet de restreindre notre champ d’investigation concernant la manifestation de l’Antichrist. En effet, puisque nous savons que les Ecritures sont une source incontestable, elle nous projette dans l’avenir par la prophétie de Jacob et nous renvoie jusqu’à la fin des temps avec l’arrivée de l’Antichrist qui descendra de la Tribu de Dan, et que cette dernière a migré (de source sûre) en Irlande (Tuatha de Danaann) et au Danemark, là ou précisément les familles royales ont leurs racines. Est-ce utile de rappeler que c’est en ces deux lieux que la tribu de Dan s’est implantée et que la famille royale du Prince William est issue de cette union royale par le mariage du prince Philip, duc d’Édimbourg, né prince Philippe de Grèce et du Danemark avec la Reine Elisabeth II du Royaume Uni…

C'est là un élément supplémentaire, qui accroit encore la probabilité nous permettant d'affirmer que le Prince William est un prétendant à la très prochaine apparition de l’Antichrist. Mais nous devons insister et vous mettre en garde, cher peuple de Dieu, de la stratégie du diable, car cette révélation du Prince William comme étant de la Tribu de Dan n’est évidemment pas la version retenue par la famille royale Britannique. Elle a préparé son terrain de prédilection pour faire éclater sa prétendue vérité que nous allons maintenant dévoiler.
Les deux familles royales de Grande-Bretagne ont toujours prétendu descendre de la tribu de Juda, d’où sont issus David et Jésus. Ce sont les Windsor, famille de la Reine Elisabeth, le Prince Charles et son fils William, et les Stuart, dont faisait partie la Princesse Diana. Dans le monde occulte ces deux familles sont connues comme étant rattachées à la descendance messianique de David. Non seulement il n’existe aucune preuve historique irréfutable, mais cela ressemble davantage à un gros mensonge qui s’est perpétué à travers des siècles…
Cependant beaucoup d’historiens nient le fait que les Windsor puissent hériter du trône d’Angleterre, ce qui met en doute leur prétention à descendre du Trône de David, contrairement aux Stuart qui, de surcroît auraient du sang juif à la suite de nombreuses unions consanguines multipliées au fil des siècles( Il va de soi que cette prétention est fausse et ne repose sur aucune base historique. Mais cela sert les intérêts de Satan). Ces sociétés occultes affirment que c'est de cette descendance royale messianique que doit venir leur propre "Messie" futur.
Considérant cela, il était donc de la plus haute importance, pour la Maison des Windsor, de rechercher une "Vierge" de pure lignée Mérovingienne, dans la Maison des Stuart, pour la marier à l'héritier du trône d'Angleterre, le Prince Charles. De cette manière, l'antique puissance occulte de la Maison royale d'Angleterre serait légitimée.

En outre, le fruit de cette union, notamment le premier-né éventuel, bénéficierait de la "sainte ascendance de Christ et de David," et unifierait en sa personne les deux Maisons royales. C'est pour cette raison que le clan des Windsor a cherché activement cette "Vierge Mérovingienne," et l'a trouvée en la personne de la jeune Diana Spencer, héritière des Stuart d'Ecosse.

Il faut savoir que les Rois Mérovingiens, ancêtres des Stuart et de la plupart des familles royales d'Europe, prétendaient aussi descendre directement de Jésus-Christ, selon la légende occulte blasphématoire d'après laquelle Jésus- Christ aurait eu des enfants avec Marie-Madeleine. L’un de ces enfants serait l’ancêtre direct des Mérovingiens. C'est cette même légende qui a été exploitée dans le récent best-seller, le "Da Vinci Code." Nous pensons d'ailleurs que ce livre prépare l'opinion publique à la manifestation prochaine de l'Antichrist.
Sir Laurence Gardner est le biographe officiel de nombreuses familles royales européennes. A partir d'archives officielles et d'archives secrètes, il affirme avoir reconstitué la généalogie historique des "Rois du Graal," à partir d'Adam, en passant par David, Jésus-Christ, les Rois Mérovingiens, le Roi Arthur d'Angleterre, et jusqu'aux Maisons royales européennes. Il aboutit ainsi à la Maison Mérovingienne des Stuart d'Ecosse, véritable héritière, selon lui, du trône d'Angleterre, et de laquelle est issue Diana Spencer. ( Le "Saint Graal" serait la coupe sacrée dans laquelle Jésus aurait versé le vin, lors du dernier repas avec Ses disciples. Le Roi Arthur et ses "Chevaliers de la Table Ronde" avaient consacré leur vie à la quête de ce Saint Graal, censé donner la paix au monde). Il est clair, dans la pensée Juive, que s'il est "prouvé" qu'une Maison Royale descend du Roi David, elle peut prétendre à voir sortir d'elle le "Messie" tant attendu.

 

Dernière remarque intéressante qui fait même l’objet d’une preuve qui corrobore le tout, au sujet de la tribu de Dan : elle n’hérite pas du sceau de Dieu et est exclue de l’énumération des douze Tribus des enfants d’Israël, dans les 144 000 élus dans Apocalypse au chapitre 7. Ils constituent les prémices et non le reste des élus juifs de la fin des temps. Cette observation est importante parce qu’elle est la confirmation de tout ce qui vient d’être observé sur la tribu de Dan : à savoir qu’elle sera l’instrument de Dieu pour juger tout le peuple d’Israël, tel que Jacob l’avait prophétisé en Gen.49 : 16 « Dan jugera son peuple… ».
Le lien entre la famille royale du Prince William et la tribu de Dan.
Comme on le savait déjà, Kate Middleton l’épouse du Prince William est de descendance juive.
Sa mère Carol Middleton, est la fille de Ronald Goldsmith et Dorothy Harrison, tous deux juifs.
Les parents de Dorothy Harrison, Robert Harrison et Elizabeth Temple étaient également tous deux juifs, Elizabeth Temple étant la dernière descendante de la famille Myers , juifs anglais du 19eme siècle.
En un mot, la Princesse Kate, de par sa lignée matriarcale, est juive et par voie de conséquence, le futur Roi d’Angleterre qui est venu en ce monde sera, selon la Halakha, juif et pourra faire partie d’un Minian….De toute façon il sera sans doute circoncis selon la tradition établie par la Reine Victoria, qui, convaincue que la monarchie anglaise descendait du Roi David, a fait circoncire ses garçons et notamment celui qui devait devenir Roi, Edouard VII. Une coutume qui s’est, parait-il , perpétuée par la suite.

Mazel Tov donc ! Cela fait des siècles que nous n’avons pas eu un Roi juif, le dernier en date ayant été,comme chacun le sait, Alexandre Yanaï roi de Judée, mort en l’an 76 Av.J-C.
Serait-ce la raison pour laquelle le mariage a été planifié un vendredi et non un
samedi, comme on aurait pu s’y attendre dans un mariage anglican ?
Sans doute pour permettre à certains invités à la noce de s’y rendre en voiture,
ce qui aurait été impossible un Shabbath.

 

     VI) La première apparition du Prince William.

Dans le passage de 2 Thess.2 - déjà développé - concernant les deux signes avant-coureurs du Jour de Christ (de l’Enlèvement de l’Eglise universelle), nous constatons que chacun d'eux a déjà eu lieu : ils ont commencé pour ainsi dire en même temps.
1) Le premier signe, rappelez-vous, est l’apostasie. Et si l’on considère que l’apostasie - définie par les passages de Timothée (2 Ti. 4 : 3 - 4), de Pierre (2 Pi 2 : 1 - 3) et de Jude - est parfaitement illustrée par les caractéristiques de l’église de Laodicée, nous pouvons aujourd’hui faire le rapprochement avec les différents mouvements de réveils que l’on voit un peu partout dans le monde, par l’hypocrisie de faux docteurs. Ces hommes se servent de leur ministère et de la Parole de Dieu à leur fin personnelle pour prêcher non l’Evangile de Christ, mais un évangile de la prospérité. Dans l’évangile de la prospérité (the prosperity gospel), connu aussi sous le nom de « parole de la foi » (Word of Faith), il est dit au croyant d’utiliser Dieu, alors que la vérité biblique est juste l’opposé : Dieu utilise le croyant. La parole de la foi, ou la théologie de la prospérité, voit le Saint-Esprit comme une puissance à utiliser pour tout ce que le croyant désire. La Bible enseigne que le Saint- Esprit est, au contraire, une personne qui dynamise le croyant pour qu'il soit capable de faire la volonté de Dieu. Le mouvement de l’évangile de la prospérité ressemble beaucoup à certaines des sectes insatiables et destructrices qui s’étaient infiltrées au sein de l’Eglise du premier siècle. Paul et les autres apôtres n’étaient ni obligeants ni conciliants avec les faux docteurs qui propageaient une telle hérésie. Ils les identifiaient comme des faux docteurs dangereux et pressaient les chrétiens de les éviter.

Paul avait averti Timothée concernant ces hommes en 1 Timothée 6 : 5 + 9 + 11. Ces hommes « corrompus d’entendement » présumaient que la piété était un moyen de gagner de l’argent et leur désir de richesses était un piège qui les avait plongés dans « la ruine et la destruction » (v.9)

Pour ne citer que quelques exemples de ces mouvements spirituels qui ont toutes les caractéristiques de l’apostasie des derniers temps : l’évangile de prospérité appelé également parole de la foi, la troisième vague, « la bénédiction de Toronto » et « le réveil de Pensacola »… Tous ces mouvements ont commencé à prendre de l’ampleur pour ainsi dire en même temps que la naissance de l’Antichrist qui est le second signe d’avant la venue du « Jour de Christ ».
2) Le deuxième signe précurseur d’un grand bouleversement pour le monde, prédit par l’apôtre Paul, est donc comme nous l’avons vu : l’apparition de l’homme impie ou du faux christ dans sa première phase. "Que personne ne vous séduise d'aucune manière ; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître ( " apokalupto ") l'homme du péché, le fils de la perdition." 2 Thess.2 : 3
L'apostasie est déjà là. Si le Prince William est le futur Antichrist, nous pouvons dire que " nous l'avons déjà vu paraître ", bien qu'il ne se soit pas encore pleinement manifesté.
Mais ce n’est pas tout : en principe nous devrions assister à une manifestation de sa part qui le révélera au grand jour, car l’expression " Apokalupto " a davantage le sens de : dévoiler, révéler, mettre à nu, porter à la connaissance, rendre manifeste. Il y a deux possibilités sur la façon par laquelle cette apparition devrait voir le jour :
1° Première hypothèse - et c’est celle que je retiendrai par conviction - : le trône d'Angleterre passera directement d'Elizabeth II à William, le Prince Charles s'étant disqualifié par son mariage avec Camilla, une divorcée, à l'issue d'une longue liaison adultère, ce qui doit normalement l'empêcher d'exercer la royauté. A moins que lui aussi ne disparaisse dans un mystérieux accident de voiture ou d'avion ! Et cela pourrait se réaliser courant 2015 (entre juin et août). De ce fait, il serait révélé aux yeux des chrétiens (notamment ceux de l’Eglise universelle) par son titre royal, se faisant appeler roi William V, ce qui signifie, par son anagramme, comme déjà expliqué : WILLIAM V = JE SUIS LE 6 6 6 (le nombre de la Bête Apo.13 : 18)
2° La seconde hypothèse - mais sa probabilité est très faible - est que suite à cette intronisation, le Prince William soit manifesté comme celui que les juifs attendent : le Messie. Dans ce cas, il devra bénéficier du soutien du faux prophète - qui en tant que précurseur de l’événement devra également apparaître un peu plus tôt (juste quelques semaines avant) -. L’apparition de cet autre acteur de la fin des temps se fera également avec puissance et beaucoup de miracles.

PARTIE VII



PARTIE VII


Au sujet du faux prophète :

I) Le faux prophète annoncé

La différence fondamentale qu’il y a entre l’Antichrist et le faux prophète est que le premier se prend pour le Christ en usant de séduction pour tromper les gens, tandis que le faux prophète prétend avec audace qu’il est envoyé par Dieu pour délivrer un ou des messages de Sa part. Et dans le cas du faux prophète de l’Apocalypse, la deuxième bête aura pour fonction toute particulière d’une part : de préparer le terrain de l’Antichrist, comme Jean Baptiste le fit pour son Maître Christ, et d’autre part, de collaborer avec lui, comme Aaron le fit avec Moïse. Car tous deux, l’Antichrist et le faux prophète, sont au service du dragon pour prolonger son règne. Mais tous les trois finiront dans l’étang de feu pour y être tourmentés aux siècles des siècles. Il y a un autre fait dont nous devons tenir compte, et qui nous confirme que le faux prophète se manifestera avant le faux christ, c’est que peuple d’Israël attend la venue d’Elie selon la prophétie de Malachie :

« Voici je vous enverrai Elie le prophète, avant que le jour de l’Eternel arrive, ce jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit » (Malachie 4 : 5 - 6 : les deux derniers versets de l’Ancien Testament).

Ces deux versets sont très révélateurs, car nous savons que les juifs ont rejeté le Messie Jésus lors de Sa Première Venue il y a presque 2000 ans. Les conséquences de ce rejet sont que non seulement ils attendent toujours le Messie, mais également la réalisation de cette prophétie qui prédit la venue du prophète Elie - en soulignant le fait que cette apparition doit se passer avant le « Jour de l’Eternel » -. Il paraît évident que cet évènement doit avoir lieu avant la première manifestation de l’Antichrist, puisqu’en réalité cet Elie que les juifs attendent, n’est autre que le faux prophète qui est représenté par la deuxième Bête de l’Apocalypse venant de la terre. Explication : contrairement à ce que j'ai pu entendre dans les milieux chrétiens - par ceux qui pensent que 
l’esprit d’Elie doit reposer sur l’un des prophètes de Dieu de la fin des temps - cette prophétie a déjà été accomplie avec la venue de celui que Jésus a Lui- même indiqué : Jean Baptiste !
« 10 Les disciples lui firent cette question : Pourquoi donc les scribes disent-ils qu'Elie doit venir premièrement ? 11 Il répondit : Il est vrai qu'Elie doit venir, et rétablir toutes choses. 12 Mais je vous dis qu'Elie est déjà venu, qu'ils ne l'ont pas reconnu, et qu'ils l'ont traité comme ils ont voulu. De même le Fils de l'homme souffrira de leur part. 13 Les disciples comprirent alors qu'il leur parlait de Jean-Baptiste » (Mat.17 : 10 - 13 ; voir également Marc 9 : 11 - 13).

« L'ange lui dit : Ne crains point, Zacharie; car ta prière a été exaucée. Ta femme Elisabeth t'enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jean. 14 Il sera pour toi un sujet de joie et d'allégresse, et plusieurs se réjouiront de sa naissance. 15 Car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira ni vin, ni liqueur enivrante, et il sera rempli de l'Esprit-Saint dès le sein de sa mère; 16 il ramènera plusieurs des fils d'Israël au Seigneur, leur Dieu; 17 il marchera devant Dieu avec l'esprit et la puissance d'Elie, pour ramener les cœurs des pères vers les enfants, et les rebelles à la sagesse des justes, afin de préparer au Seigneur un peuple bien disposé » (Luc 1 : 13 - 17).

La prophétie de Malachie concernant le retour du prophète Elie s’est donc déjà accomplie. Mais les scribes juifs l’ignorent, parce qu’ils ont rejeté le Messie, et ne croient pas au Nouveau Testament. Ils sont toujours dans l’attente de la réalisation de cette promesse. Cela va profiter doublement à l’usurpateur, le faux christ : car premièrement il va se présenter en Messie comme Jésus l’a prédit : « Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez » (Jean 5 : 43), et deuxièmement, pour qu'il soit crédible aux yeux du peuple d’Israël, Satan va leur envoyer l' « Elie » qu’ils attendent, en la personne du faux prophète (le faux Elie). De cette façon, il sera facile au faux messie, une fois le chemin préparé par le faux Elie, de se faire accepter en tant que le Messie - prétendument - de la lignée de David.

Le tout est de savoir quand le prophète doit apparaître. Deux hypothèses sont possibles : 


1° Soit le faux prophète doit se manifester avant la première apparition du faux christ, autrement dit très prochainement, en vue de préparer le chemin de son Maître, en usurpant l’identité d’Elie des saintes Ecritures, avec des mensonges, mais aussi avec la simulation des mêmes miracles que pouvaient faire le vrai prophète à son époque. Dans ce cas, cela signifie que le Prince William se dévoilera publiquement en Messie issu de la lignée de David, ce qui me paraît assez improbable tant que l’Eglise est encore sur terre.


2° En revanche, je pencherais davantage sur le scénario suivant : le faux prophète se manifestera avec puissance juste après l’Enlèvement de l’Eglise pour préparer la deuxième apparition du Prince William, son entrée en fonction en quelque sorte, sachant que le faux christ doit être aussi un conquérant : il sera le leader mondial sur le plan politique et économique en instaurant le nouvel ordre mondial. Et c’est dans ce contexte-là, que la scène paraît la plus probable, car le faux prophète fera son apparition de manière spectaculaire avec des miracles et des prodiges, pour faire diversion dans le monde alors en détresse par la disparition de millions (comme certains le croient) de chrétiens lors de l’Enlèvement de l’Eglise. Il est difficile d’imaginer le chaos que subira le monde lors de cet évènement qui va entraîner toute la chute de la puissance économique et la stupeur comme jamais parmi tous les habitants de la terre.

Même si ce scénario vous paraît surréaliste, rappelez-vous que nous sommes la dernière génération des derniers jours, et voici encore comment la Bible décrit cette situation :

« Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! Alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l'enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n'échapperont point » (1 Thess.5 : 3).

Ce passage fait suite à l’explication de Paul quant à l’Enlèvement de l’Eglise, comme étant la conséquence de ce qui surviendra lorsque le « Jour de Christ » arrivera. Alors cette détresse insoutenable débouchera aussitôt sur le premier acte du « Jour de l’Eternel », ce grand et terrible jour, confirmé par plusieurs passages des Ecritures, dont celui de Malachie vu précédemment, annonçant l’arrivée de cet Elie (qui sera en définitive le faux prophète).
C’est ainsi que le faux prophète fera son apparition, dans un décor de chaos, mais avec des miracles tels qu’il parviendra à subjuguer les foules entières pour apporter la solution en la personne du faux christ, prouvant qu’il est le Messie attendu par les peuples… Plusieurs soutiennent que lors de cette période de grand trouble entre l’Enlèvement de l’Eglise et (la seconde) apparition du faux christ, il pourrait y avoir des manifestations surnaturelles telles que des OVNIS, de façon à détourner l’attention des gens, en leur trouvant une explication à ce mystère de l’Enlèvement des chrétiens, ce qui serait alors un ennemi commun, et démarrerait une lutte pour préserver l’espèce humaine. Ce qui est certain - pour trouver un apaisement à la période de ce grand trouble - c'est qu'il faudra que le faux prophète fasse preuve de grandes stratégies ou provoquer des phénomènes suffisamment importants pour arriver à ses fins… Dans tous les cas il est prédit par les Ecritures que les apparitions de l’Antichrist et du faux prophète doivent se faire par la puissance de Satan pour introduire le monde dans une ère nouvelle. La séduction sera à son comble, au point de séduire même, s’il était possible, ceux qui connaissent la vérité.

 

 

 

Pour finir ci-après mon étude sur les commentaires de l’apocalypse, extraite du Tome 2 et concernant le faux prophète

     II) La deuxième bête de l’Apocalypse

Une seconde bête apparaît sur la scène mondiale. Cette fois-ci, la seconde bête monte de la terre, parce qu’elle émerge du milieu des habitants de la terre. Jean d’autre part dit : « Eux, ils sont du monde ; c'est pourquoi ils parlent d'après le monde, et le monde les écoute » (1 Jn. 4 : 5). Il s’agit ici du procédé des faux prophètes que l’on retrouve dans 1 Jn. 4 : 1. Nous avons vu que la première bête est la principale, car elle reçoit tout pouvoir du dragon jusqu’à posséder en partage tous les royaumes du monde (Mt. 4 : 8 + 9 ; Ap. 13:2-4). La première bête, identifiée comme l’Antichrist, sera homme sous la forme d’un empereur politique, despote, avec une gouvernance du système mondial, parce qu’il vient de la mer. La deuxième bête est le faux prophète, qui vient de la terre, parce qu’il vient de ce monde pour séduire les habitants de la terre (Ap. 13 : 14), et c’est pourquoi il parle d’après le monde pour être aimé et accepté du monde.
Nous devons lever un malentendu concernant les deux bêtes. Le livre de l’Apocalypse nous donne d’autres preuves au sujet de cette deuxième bête comme étant bien le faux prophète, et qu’il ne faut pas confondre avec l’Antichrist. En effet, la bête qui vient de la terre ne peut être l’Antichrist comme certains l’affirment, puisque le faux prophète est bien distinct de la bête principale (Ap. 16 : 13 ; 19 : 20 ; 20 : 10). De plus, Ap. 19 : 20 ne laisse aucun doute sur le fait que le faux prophète est celui qui fait des miracles et des prodiges en présence de la (première) bête : cela est confirmé par : Ap. 13 : 12.
Cette deuxième bête possède (verset 11) « Deux cornes semblables à celle d’un agneau, et qui parlait comme un dragon ». Ces deux cornes sont propres à la deuxième bête, et donc n’ont rien à voir avec les dix cornes (royaumes) de la première bête. Les deux domaines (royaumes) du faux prophète sont un peu particuliers, parce qu’il revêt l’apparence d’un agneau - qui figure la douceur, la pureté et la piété - mais fait preuve d’une autorité dure, de paroles hypocrites, mensongères et trompeuses ressemblant à celles d'un dragon.
Un autre élément, non sans importance, nous est rapporté dans Ap. 17 : 16 : la bête hait la Babylone religieuse et finira même par la détruire. Or, nous savons que le faux prophète agit pour le compte de la première bête, et qu’il ne peut donc pas être le chef religieux mêlé à la grande prostituée (la Babylone religieuse). La preuve est faite par la destruction de la Babylone (Apoc 18 : 2) précédant la captivité du faux prophète et de l’Antichrist (la bête) qui seront jetés vivants dans l’étang de feu (Ap. 19:20).
Les deux cornes symbolisant deux royaumes (domaines) ont la particularité de revêtir l’apparence d’un agneau et d'un langage de dragon qui ne trompent point. Autrement dit, le faux prophète vient d’un milieu dans lequel il s’est exercé à paraître quelqu’un de bon, faisant croire qu’il veut le bien de tous, mais son langage révèle sa vraie personnalité pour ceux qui sont habitués à discerner le vrai du faux. Et si ces deux royaumes étaient des domaines desquels il serait issu ? Ne serait-il pas ce que Jean-Baptiste était pour le Christ Jésus, à savoir le messager qui prépare la venue de l’Antichrist ? Travaillant pour le compte de la bête, il ne peut qu’appartenir au mystère de l’iniquité lié à celui de l’Antichrist (2 Th.2:7) ; par conséquent, les deux domaines d’actions représenteraient le royaume de la finance et le royaume de l’occultisme. S’il apparaît clairement qu’il n’a pas de lien direct avec la Babylone religieuse, à l’inverse il fait à coup sûr cause commune avec la Grande Babylone : la mère des prostituées (sujet développé plus loin en Apocalypse 17 et 18). Peut-être un druide de haut degré de la Franc-maçonnerie, de la branche des Illuminati ?

Voici encore la vocation de la bête qui monte de la terre : Apoc 13 :
 Elle exerce toute l’autorité de la bête en sa présence (verset 12) ;
 Elle opère des miracles et même des signes, jusqu’à faire descendre le feu du ciel. C’est sans aucun doute pour attirer l’attention des masses populaires, les impressionner pour susciter l’admiration en vue de faire sublimer la bête et d’hypnotiser le monde afin de mieux le manipuler (verset 13) ;
 Elle exerce son pouvoir de séduction sur tous les habitants pour susciter l’adoration de la bête (versets 12 et 14) ;
 Elle doit promouvoir l’image de la bête et l’imposer à tous les peuples (verset 15) ;
 Elle est chargée de faire exécuter tous ceux qui n’adorent pas la bête ;
 Elle est chargée d’apposer la marque, le nom ou le nombre de la bête sur tous les humains, marque sans laquelle aucune transaction commerciale ne sera possible, même pour acheter son pain.

CONCLUSION


CONCLUSION :

Cette révélation de l’Antichrist peut paraître irréaliste, démesurée pour un grand nombre, mais quoi de plus normal, puisque seulement ceux qui chercheront la vérité avec sincérité et qui placeront leur foi dans les Ecritures valideront avec conviction l’authenticité de ce scénario prophétique. Sûrement que certains considéreront cela comme une mise en scène grotesque ou une interprétation digne d’une fiction, mais il n’empêche que tout ce qui vient d’être révélé (en tout cas pour la plus grande majorité) se passera sous les yeux de tous ceux qui seront les témoins vivants de cette réalité. Je me suis souvent demandé pourquoi le Seigneur n’a pas permis que ces révélations soient diffusées plus tôt et de façon plus démonstrative... mais là encore la raison est donnée dans la Bible : « … si tu ne veilles pas, je viendrai contre toi comme le larron, et tu ne sauras point à quelle heure je viendrai contre toi » (Apo. 3 : 3). Mais encore : « 33 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. 34 Prenez donc garde à vous-mêmes, de peur que vos coeurs ne soient appesantis par la gourmandise et l'ivrognerie, et par les soucis de cette vie; et que ce jour-là ne vous surprenne subitement. 35 Car il surprendra comme un filet tous ceux qui habitent sur le dessus de toute la terre. 36 Veillez donc, priant en tout temps, afin que vous soyez trouvés dignes d'éviter toutes ces choses qui doivent arriver ; et afin que vous puissiez subsister devant le Fils de l'homme » (Luc 21 :33-36).
L’effet de surprise, voilà la raison. Et sont concernés ceux qui ne veillent pas et ne se préoccupent que des choses de la terre plutôt que du Retour imminent du Seigneur. Quelle doit donc être alors notre reconnaissance et notre preuve d’amour envers le Prince de Vie, le Sauveur, le Seigneur, l’Epoux, le Fils de Dieu qui a livré Sa Vie pour nous ?



SOMMAIRE :


Résumé du livre................................................................................ p.2
Préambule de l'auteur....................................................................... p.4
Avant-propos.................................................................................. p.10
PARTIE I : La doctrine de l'imminence……................ ............ p.12
   I) Le Retour de Jésus : deux événements distincts...................p.13
   II) La doctrine de l'Enlèvement.....................................................p.16
   III) La position Pré-Tribulationiste................................................p.17
   IV) La (fausse) doctrine de l'imminence..................................... p.21
        1) Première contradiction...................................................... p.22
         2) Le Jour de Christ et le Jour du Seigneur......................... p.26
         3) Autres preuves.................................................................. p.28
PARTIE II : la date du Retour de Jésus-Christ....................... p.36
     I) Peut-on connaître cette date ?.............................................. p.36
     II) Les objections à la prévision................................................. p.41
    III) Les versets sujets à controverse......................................... p.44
        1) 1ère confusion Matt. 24 : 36.............................................. p.44
        2) 2e confusion Apoc. 3 : 3 et 1 Thess. 5 : 1 - 5.................. p.52
        3) 3e confusion Actes 1 : 6 + 7.............................................. p.54
     IV) Exemples bibliques en rapport avec le Jour de Christ........ p.55
        1) Noé....................................................................................... p.56
        2) Elie........................................................................................ p.57
PARTIE III : 7 preuves de la date de l'Enlèvement................... p.59
     I) 1ere preuve : la chronologie inspirée.................................... p.60
     II) 2e preuve : la prophétie de Daniel........................................ p.73
        1) Les 70 semaines d'années................................................. p.73
        2) 1ère phase de la prophétie................................................. p.77
        3) 2ème phase de la prophétie................................................ p.84
        4)3ème phase de la prophétie................................................. p.88
     III) 3e preuve : les tétrades.......................................................... p.92
        1) Tétrade 1949/1950............................................................... p.92
        2) Tétrade 1967/1968............................................................... p.96
        3) Tétrade 2014/2015............................................................... p.98
        4) Une autre prophétie de Daniel associée à la Tétrade…....p.101
     IV) 4e preuve : les Fêtes de l'Eternel......................................... p.106
      V) 5e preuve : les 7 semaines de Daniel : ………………….... p.114
      VI) 6e preuve : la prophétie de Joël.......................................... p.120
        1) Joël 2 : 30 - 31...................................................................... p.120
        2) Les deux éclipses................................................................. p.121
     VII) 7e preuve : la vision de Jean du 6ième sceau..................... p.128
     VIII) Autres preuves....................................................................... p.131
        1) La " dernière génération "..................................................... p.131
        2) Deux erreurs dues au calendrier Julien............................... p.132
        3) L'année de naissance de l'Antichrist.................................... p.132
PARTIE IV : les dates d’autres événements ………………….... p.134
      I) La date de la fin de la Tribulation.……………………….......... p.135
     II) La date de la restauration d’Israël……………..…………....... p.139
     III) La date de la libération de Jérusalem…….………………...... p.139
     IV) Le début du millénium……………………………………......... p.140
PARTIE V : Les codex, manuscrits anciens, lesquels ?.......... p.142
     I) Précision sur 2 Thess.2 :2………………………………........... p.142
     II) Les vrais et faux manuscrits……….…………………….......... p.145
PARTIE VI : Tout ou presque sur l’Antichrist…..……………... p.162
      I) Faux christ ou Antichrist ?..…………...…………………......... p.164
     II) L’apparition de l’Impie en 3 phases…………...….…….......... p.165
     III) Le faux christ dans l’Apocalypse………………….……......… p.166
     IV) L’Antichrist (la Bête) dans l’Apocalypse……..….….….......… p.168
      V) L’Antichrist dévoilé…………….…………………………......... p.182
      VI) La première apparition du faux messie…...…….…………… p.193
PARTIE VII : Au sujet du faux prophète…………..……………. p.195
     I) Le faux prophète annoncé………………….…………....….... p.195
     II) La 2ème Bête de l’Apocalypse……………....……………..... p.198
CONCLUSION …………………………………..……………..…… p.203